masculins / Peace Cup 2007

Galtier: "Ce sera de la compétition"

Publié le 18 juillet 2007 à 08:10 par R.B

Le Marseillais Christophe Galtier prend jour après jour ses marques dans son nouvel environnement. Dans le milieu du football depuis de très nombreuses saisons, il revient sur ce séjour coréen…

Champion d’Europe Espoirs avec l’équipe de France en 1988 avec la génération Cantona, Sauzée, Paille, Roche, Silvestre, Angloma… 291 matchs de L1 ; 7 clubs tout au long d’une carrière qui s’est étalée de la saison 85-86 à l’exercice 98-99. L’OM, bien sûr, Lille, Toulouse, Angers, Nïmes, pendant 4 mois, l’OM de nouveau avant une saison à Monza et une dernière en Chine à Liaoming. « J’ai de superbes souvenirs de mon séjour en Chine. J’ai joué avec l’ancien lyonnais Fabrice Grange. Nous étions inséparables ». L'ancien minot est toujours disponible et respire la joie de vivre. Il reconnait d'entrée un défaut: "je fume trop depuis que j'ai arrêté de jouer. Avant nous avions droit de le faire sur le banc.Quand je me revois aux côtés de Clemente ou de Braga, 2 fumeurs, sur le banc de l'OM, je me trouve nul. Un conseil: il ne faut jamais commencer".

Christophe a donc bourlingué. A-t-il joué contre des Lyonnais d’aujourd’hui ? « Lorsque j’ai débuté j’ai joué contre Bernard Lacombe ; un sacré client ; un joueur intelligent. Je crois avoir joué contre Sylvain Wiltord lorsqu’il était à Rennes et/ou à Bordeaux.Et il me semble avoir affronté « Greg » avec l’OM lorsqu’il était chez les Verts ? C’était un match de Coupe que nous avions remporté ».

13 saisons en pros dont 9 en D1. Un seul but inscrit : « c’était avec Angers contre l’OM au stade Vélodrome ; un but sur penalty ». Un comble pour ce Marseillais! Du terrain au banc à peine les crampons rangés. Adjoint de Casoni, Clemente, Braga à l’OM ; puis de Richard Tardy à Aris Salonique ; de Gérard Gili à Bastia où il côtoie Essien et Alou Diarra. En 2004 débute son association avec Alain Perrin à Al Ayn avant Portsmouth, Sochaux et l’OL. « J’avais promis de rester avec Gérard Gili quand il retrouverait un club après son départ de Bastia. Cela prenait du temps pour lui. Alain Perrin, qui était mon locataire à Marseille, m’a proposé de partir avec lui au club d’Al Ayn. L’aventure a débuté… ».

Christophe est donc en place depuis 3 semaines dans la peau de l’adjoint dont il donne sa propre définition : « je suis en autre véritable éponge ». Quelles sont ses premières impressions ? « Positives, bien sûr. Déjà avec Alain nous connaissions les joueurs et l’équipe de l’OL. Là, nous apprenons à travailler ensemble avec un groupe qui a changé depuis la fin de la saison dernière avec des départs de joueurs importants. Ce n'est pas rien. Il y a bien sûr énormément de qualités. Le groupe bosse bien. Il a été malheureusement perturbé par les blessures, ce qui nous empêche de travailler comme nous le voudrions. L’équipe est en pleine préparation. C’est toujours une période délicate. Sans oublier que le groupe peut encore bouger ».

Victorieux face à Lille à Albertville, puis de son premier match en Corée du Sud, l’OL s’est incliné contre Reading. « Nous sommes en pleine préparation ; nous faisons tourner l’effectif ; nous essayons un nouveau système de jeu ; il y a des blessés… cela donne quelques compositions d'équipe bizarres en cours de match. Bien sûr qu’il est toujours décevant de perdre. Mais contre ces Anglais, la différence s'est faite sur des détails. Nous avons eu plus d’occasions qu’eux notamment. Après, il y a la sortie de Cris ; le premier match de certains éléments comme Keita ; la fatigue inhérente au voyage et à cette reprise. Lundi soir après le match, j’ai pris un petit coup derrière la tête, mais le lendemain au réveil, j’ai positivé ».

Il reste un match de poule… à gagner impérativement pour aller peut-être en finale. «Même si nous jouons toujours pour gagner, nous avions plutôt abordé ces 3 premiers matchs comme des rencontres de préparation. Là, face à River Plate, ce sera de la compétition. Croyez-moi, tout sera fait dans ce sens. Et nous allons voir la capacité du groupe à réagir après une défaite ». Ensuite la finale, on le souhaite ; le retour à Lyon et la suite de la saison. Christophe n’aura pas beaucoup de temps à lui. « Je suis au stade tôt le matin et je repars tard. Quand je ne suis pas en fonction, je fais du vélo avec des potes à Marseille et je courre 3 fois par semaine. Mais quand je bosse, je n’ai plus le temps ».