masculins / Coupe Gambardella: OL 2 - Toulouse 6

Gambardella: Une image dans le match.

Publié le 05 juin 2005 à 16:51 par SR

C'est la fin... La fin du match ; la fin du parcours OL dans cette 50ème édition de la Coupe Gambardella. Cette image ? Elle a été prise quelques instants après le coup de sifflet final de M.Janin. Chez les Toulousains, c'est la joie, le bonheur, l'allégresse, l'euphorie même ! Ils courent, ils sautent, ils crient en se rendant dans les bras de leurs quelques supporters. Et puis ils sont aussi surpris que les lyonnais. Non pas du résultat final, mais du 6-2 infligé au Gones. Ils n'en reviennent pas... [IMG5832L]

[IMG35570#W]


C'est la fin... La fin du match ; la fin du parcours OL dans cette 50ème édition de la Coupe Gambardella. Cette image ? Elle a été prise quelques instants après le coup de sifflet final de M.Janin. Chez les Toulousains, c'est la joie, le bonheur, l'allégresse, l'euphorie même ! Ils courent, ils sautent, ils crient en se rendant dans les bras de leurs quelques supporters.

Et puis ils sont aussi surpris que les Lyonnais. Non pas du résultat final, mais du 6-2 infligé au Gones. Ils n'en reviennent pas.

Les Olympiens, sacré champion de France des moins de 18 ans la semaine dernière, ont pris 2 fois plus de but lors de cette rencontre qu'ils n'en avaient pris durant tout le parcours les menant à cette finale au stade de France. Jusqu'ici, sur les 6 victoires emmagasinées en route, les lyonnais totalisaient 22 buts inscrits pour seulement 3 encaissés. Alors 6 d'un coup, il y a de quoi se tenir la tête et se cacher derrière le maillot comme le fait le défenseur Aurélien Brugniaud, dépité. Mourad Benhamida, lui, n'en revient pas. Assis, plié, non loin de cette Coupe qu'il aurait été historique de soulever pour le doublé Coupe/Championnat. La tête penchée, le regard vide, il refait le scénario et a du mal à y croire. Cette déception n'est pas seulement due à l'échec mais aussi à la manière dont cette finale leur échappe. Le capitaine signalait être « déçu de ne pas avoir joué notre jeu, celui qui nous a amené en finale » en fin de rencontre.

Dans les vestiaires lyonnais, on perçoit vivement le regret qu'ils éprouvent pour tous ceux qui avaient fait le déplacement pour les voir, dans ce fameux Stade de France : les quelques supporters lyonnais, le président Jean-Michel Aulas, Paul Le Guen, Yves Colleu, Dominique Cuperly et tout le staff des –de 18 ans, les familles, les amies…

On ressent la déception, le malaise, le dégoût… pour cette finale « ratée » comme l'indique l'entraîneur Patrick Paillot : « On a raté cette finale, on n'a rien réussi cet après midi. Toulouse avait bien plus de jus que nous et leurs joueurs ont fait un bon match. Ce n'est pas dans nos habitudes de prendre 6 buts. Avec 4 encaissés en première période, on avait déjà bien réduit nos chances. C'est une bonne gifle. C'était un match de haut niveau où nous avons manqué de fraîcheur. »

Alors que les Toulousains soulèvent la Coupe, les larmes de bonheur des Gones de la semaine dernière ont laissé place aux larmes d'amertumes… Il y a des jours sans…



SR