masculins / OL - OM

Georges Prost : en formation, c’est le jour et la nuit entre les deux clubs

Publié le 21 janvier 2017 à 09:02 par CC

Vainqueur avec Lyon de la Coupe de France 1973, l’ancien milieu de terrain connaît parfaitement les deux olympiques. Le Bressan est le seul à avoir dirigé les deux centres de formation : celui de l’OM pendant 7 ans de 1995 à 2002 et celui de l’OL au cours de trois saisons entre 07 et 10.

Georges, voilà deux clubs qui s’affrontent que vous connaissez sur le bout des doigts…
Quand on passe 13 ans à l’OL (10 comme joueur entre 1963 et 1970 et 3 comme directeur du centre de formation entre 2007 et 2010) et 10 ans à Marseille (7 ans comme directeur du centre et 3 ans à la tête de la cellule recrutement), cela marque un homme évidemment. Ce sont deux clubs importants dans ma carrière même si ma préférence reste lyonnaise.
Ma dernière expérience à l’OM en 2011 s’est mal passée : Vincent Labrune, voulait s’inspirer de la formation lyonnaise mais il ne m’a reçu qu’une fois en trois années pour un entretien qui n’a duré que trois petites minutes. J’étais pourtant bien placé pour parler du sujet. Vu mon expérience, je l’ai perçu comme un manque de respect.

Quel regard portez-vous justement sur la politique de formation des deux olympiques ?
Entre les deux clubs, c’est le jour et la nuit. L’OL s’appuie clairement sur la formation alors que l’OM mise sur l’équipe première. Le club de Jean-Michel Aulas a toujours su sortir des jeunes, et l’arrivée dans le nouveau stade va permettre aux gones de franchir encore un cap. L’OL va pouvoir attirer des talents internationaux et les incorporer dans un effectif issu du centre. Cette formule peut permettre au club de retrouver les sommets. A Marseille, on n’a pas cette stabilité. Les formateurs changent sans arrêt. Du coup il n’y a pas de suivi.

Quel joueur symbolise, selon vous, le mieux cette formation lyonnaise ?
Max Gonalons sans hésitation. Ce joueur incarne les vertus lyonnaises de combativité, de sérieux et de générosité, et il sait les transmettre à ses coéquipiers. Mon seul regret, c’est que le club n’ait pas pu conserver Alassane Pléa et Anthony Martial dans l’effectif.

Pour revenir au match, quel est le rapport de force avant le choc de dimanche ?
Il y a une grande différence. L’OL a un effectif beaucoup plus performant que celui de Marseille. Même si Lyon reste sur un mauvais résultat à Caen, la dynamique est bonne. Certes, l’OM va quand même mieux depuis l’arrivée de Rudy Garcia et de son adjoint Claude Fichaux, l’un de mes anciens élèves mais cette équipe a encore de grosses lacunes défensives. Du coup, même si le groupe a été remis à niveau physiquement, cela risque d’être très compliqué pour eux de rivaliser ce dimanche au Parc OL.

Serez-vous au Parc OL pour vivre cette rencontre ?
Je ne serai pas à Décines mais je ferai le déplacement au Vélodrome pour le match de Coupe de France. J’aime ces matchs. J’ai eu l’occasion de jouer quelques OL-OM et même de marquer à Gerland un but à Georges Carnus lors d’un match nul 4-4 en 1973. C’est une rencontre toujours spéciale. Lequel des deux matchs sera le plus important ? Difficile à dire… J’imagine que Bruno et toute son équipe voudront gagner les deux. En tout cas, pour figurer sur le podium, l’OL n’a plus de temps à perdre.

Sur le même thème