masculins / OL 2 - Olympiacos 1

Gérard Houllier : « On était prêt au sacrifice »

Publié le 20 octobre 2005 à 20:18

[IMG6689R]Suite à l'entraînement de cet après midi, Gérard Houllier est revenu sur la prestation de l‘Olympique Lyonnais en Champions League : « Vous me parlez de rythme ? On ne peut pas jouer tout un match à 100 à l'heure. Rappelez vous du match de l'Olympiacos contre le Real Madrid, les coéquipiers de Beckham ont marqué à 4 minutes de la fin pour l'emporter. Les scénarios se ressemblent...

Suite à l'entraînement de cet après midi, Gérard Houllier est revenu sur la prestation de l‘Olympique Lyonnais en Champions League :

« Vous me parlez de rythme ? On ne peut pas jouer tout un match à 100 à l'heure. Rappelez vous du match de l'Olympiacos contre le Real Madrid, les coéquipiers de Beckham ont marqué à 4 minutes de la fin pour l'emporter. Les scénarios se ressemblent. On a eu du mal à percer la défense grecque mais eux, de leur côté, ont-ils été dangereux avant le coup de génie de Kafes ? D'ailleurs je lui tire un coup de chapeau puisque son but est réellement un coup de génie.

Les chiffres parlent en notre faveur, 53 % de possession de balle et on les a même privé du ballon durant 45 secondes à un moment. Je demande plus de sûreté dans le jeu, et peu importe le rythme. De la précaution ponctuée d'accélérations. L'équipe doit progresser dans ce sens et doit pouvoir donner des coups de boutoir pour sortir son épingle du jeu. On a la volonté de mieux gérer, de mieux contrôler. On ne va pas finir tous nos matchs à 5-0… mais bon.

Le deuxième but ? Je sentais qu'il y avait quelque chose dans le moteur. L'équipe était mentalement supérieure, on était prêt au sacrifice. « Sid » (Govou) avait bossé comme un démon. C'était son jour… sa récompense.

Fred ? C'était un choix de fraîcheur. John (Carew) était malade, souffrant quelques jours avant la rencontre. Fred àa ien fait son boulot, il les a usé. J'ai la chance d'avoir des compétiteurs, des gagneurs. Les remplaçants ont toujours amené quelque chose. Tout le monde contribue au succès. La victoire collective rejaillit également sur la carrière individuelle, ils en profitent tous.

L'Europe ? On a progressé. L'équipe ne panique pas et cela me plaît. Les joueurs sont sur le même bateau et se serrent bien les coudes. »



Avant de s'en aller, Gérard Houllier est revenu « une dernière fois » sur le match de l'équipe de France aux Antilles : « La Martinique ? Ils vont y aller. Je suis vraiment solidaire des victimes… J'ai d'ailleurs dans l'effectif un joueur qui a été directement touché part cet accident. Je pense simplement que la rencontre est mal placée. On va terminer un cycle de 9 matchs en 26 jours ! Cela représente beaucoup d'énergie et de voyage. Il n'est pas bon de faire un match sur la fatigue. Je ne dis pas qu'ils vont se blesser durant la rencontre, loin de là. Mais l'accumulation des rencontres peut amener des blessures dans les matchs qui suivent. Je suis POUR la rencontre, mais sur un autre jour, le 12 par exemple pour que les joueurs puissent avoir du repos et une bonne préparation. »



SR





















Sur le même thème