masculins / OL 4 - ASSE 0

Gerland aux anges

Publié le 30 avril 2006 à 23:13 par BV

La magie du derby a bien opéré. C’est sous une exceptionnelle ovation que Gerland a accueilli l'éclatante victoire de ses protégés lors de cet affrontement tant attendu.

« Le derby est un match important... surtout pour les supporters » avaient répété à l’envi les joueurs de l’Olympique Lyonnais. Premier signe de la magie de l’instant, les deux tribunes latérales de Jean Bouin et Jean Jaurès s’étaient parées de leurs plus beaux habits « olympiens », entièrement recouvertes de Rouge et Bleu. Dans un Gerland archi-comble, chacun attendait les tifos concoctés par les virages Nord et Sud. Deux accueils dont les échos avaient laissé présager une préparation encore inégalée. Le résultat était à la hauteur de l’événement : une magnifique représentation du Vieux Lyon avec la cathédrale de Fourvière en fond faisant face au « Roi Lyon ». « Depuis toujours notre cité illumine la région » affichait fièrement le virage Nord.

Pour l’occasion, les Lyonnais se présentaient à l’échauffement déguisés et les visages peinturlurés. Masqués, pour Wiltord et Pedretti. Méconnaissable pour Cris, paré de son, désormais habituel, masque de monstre. Comme le 15 mai 2005 pour la réception de Bordeaux (5 à 1) ou le 28 mai 2005 pour le dernier match de la saison face à Nice (0 à 0), les Rhodaniens avaient parfaitement préparé leur « coup », utilisant abondamment les bombes colorantes Rouge et Bleu. Chacun redoublant d’imagination pour faire passer son message. Fred coiffé d’une casquette et d’une perruque rouge déclarait sa flamme sur son tee-shirt, « Ti amo Amanda », tandis que Sylvain Wiltord remerciait mystérieusement Jérémy Clément. Juninho affichait fièrement un 5 sur son crâne. Loin de constituer un signe de mépris ou de désinvolture, cette mise en scène prouvait, si besoin en était, la bonne ambiance qui règne dans ce groupe et semblait annoncer une démonstration que chacun espérait aussi réussie que la fête face à Bordeaux la saison dernière. Les joueurs de Gérard Houiller démontraient ainsi qu’un derby doit avant tout demeurer une magnifique fête du football.

Un derby, c’est également l’occasion pour les deux camps de supporters de s’affronter dans un concours d’inventivité. On entendait plus qu’à l’accoutumée « Emmenez moi à Geoffroy Guichard » et le Virage Sud chambrait : « en 76, c’était vos pieds qui étaient carrés ! ». A peine le temps de déployer leur banderole que Wiltord ouvrait le score et s’en allait fêter avec son banc, sous une pluie de serpentins, le premier éclair d’une soirée exceptionnelle.

Sur le terrain, Sablé et Illunga rappelaient l’enjeu d’un derby en taclant violemment Juninho (2e) et Govou (22e) sans toutefois mettre le feu aux poudres d’une partie entamée sous le signe du beau jeu. Visiblement très inspiré, le Virage Sud provoquait l’ovation nourrie de Gerland en étalant une réponse aux quelques supporters Stéphanois venus habillés avec un maillot du Milan AC : « Milan AC – ASSE, Uniquement sur Playstation » déclenchait les rires des 39 081 spectateurs.

[IMG40512#R]Dès la reprise, le virage nord reprenait longuement « Merci l’OL » et lançait un vibrant « Qui ne saute pas n’est pas Lyonnais » lorsque Rémy Vercoutre, un drapeau au bras, jouait le chef d’orchestre. Au cours d’une seconde période à sens unique, le fidèle public de Gerland prenait soin d’acclamer chaque joueur rhodanien venu s’échauffer et lançait une magnifique et si rare ola.

Débordant de bonheur, l’enceinte des quintuples champions de France n’en finissait plus de fêter les siens, ovationnant chaudement Fred, auteur de son 4e but en 5 matchs et Benoit Pedretti qui, après un relais avec Sylvain Wiltord inscrivait dans une joie partagée avec tout le banc lyonnais le 4e but de la soirée. Plus qu’une démonstration, un récital. Preuve de la qualité du spectacle proposé par les joueurs de Gérard Houllier, aucun supporter ne quittait Gerland avant le terme de la rencontre.

Devant un banc Lyonnais debout et un Gerland en ébullition, monsieur Lannoy donnait le coup de sifflet final de ce somptueux derby et le coup d’envoi d’un formidable instant de communion entre le groupe et son fidèle 12e homme. Cris allait saluer les Bad Gones avant d’entamer avec ses coéquipiers le traditionnel haka lyonnais. Annoncée magnifique la fête n’a pas déçu. Pour leur premier match à Gerland comme quintuples champions de France, les joueurs lyonnais ont ajouté la manière et l’émotion au résultat. 81 points, soit un nouveau record pour un champion de France. 4 à 0 face au meilleur ennemi stéphanois. Que de bohneur!

Gerland pouvait s’éteindre pour profiter du feu d’artifice avant le retour sur la pelouse de ses héros. Un Gerland aux anges !


[IMG40510#C]
Sur le même thème