masculins / OL 3 - Ajaccio 2

Gerland souffle le chaud et le froid

Publié le 16 octobre 2005 à 21:24 par BV

[IMG0#W]


Programmé ce dimanche à 18 heures, le match Lyon - Ajaccio avait tout d'un simple « match du dimanche ». Métro fluide, spectateurs décontractés ; aucun supporter ne semble flairer un quelconque danger. On y évoque le titre de meilleur joueur du mois de septembre décerné à Grégory Coupet, la Champion's League, le 11 de départ Olympien, les matchs de la veille... Placé entre un délivrant France – Chypre et un décisif OL – Olympiakos, l'avant dernier match de cette 11e journée paraissait moins prometteur émotionnellement que l'affiche entre Marseille et le PSG.

Sous un ciel clément et une température douce, le Stade de Gerland semble sommeiller religieusement. Tout juste les 36 347 supporters présents acclament-ils les premières montées du revenant Eric Abidal et les gestes techniques de Tiago. Il leur faut attendre la 15e minute pour s'époumoner devant le premier tir de Sylvain Wiltord. Les Bad Gones ont encore bien du mal à entraîner le reste du stade à sauter aux cris du « Qui ne saute pas n'est pas lyonnais ».

La tombée de la nuit ainsi que l'ouverture du score par Fred marque le coup d'envoi d'une heure durant laquelle le public rhodanien, complété par 8 supporters corses, va souffler le chaud et le froid, alternant entre délivrance et angoisse. Relativement calme durant la première demi-heure, le match s'emballe suivant un scénario haletant. Les « Coupet ! Coupet ! » succèdent aux intenses moments d'effroi. Le Virage Sud fait écho au « Nous sommes les Lyonnais… » venus du Nord… L'ensemble du stade bout devant le déroulement inattendu de la rencontre et le coup de sifflet final vient délivrer un public peu coutumier de ces moments d'inquiétude.



BV

Sur le même thème