masculins / Portrait

Gonalons… la réussite d’un gone

Publié le 09 juillet 2012 à 14:37 par R.B

Maxime a porté le maillot lyonnais de toutes les catégories de jeunes. Arrivé à l’âge de 10 ans au club, il a franchi les étapes en ayant craint en 2008 de devoir arrêter sa carrière en raison de ce satané staphylocoque doré qui aurait pu lui valoir une amputation.

En 2009, il signe son premier contrat pro et fait rapidement son entrée dans le monde des grands à l’occasion du match de barrage de la LDC à Bruxelles, le 25 août, contre Anderlecht où il remplace à la 73ème minute de jeu Jérémy Toulalan. Certains découvrent ce grand milieu de terrain défensif (187cm) qui ne se pose pas de questions. Le 12 septembre, il fait ses premiers pas en L1 contre Lorient en étant titulaire. Maxime est aligné soit en sentinelle devant la défense, soit dans un milieu à deux récupérateurs. Mais c’est le 21 octobre à Anfield Road face à Liverpool qu’il marque les esprits. Cris, blessé, peu avant la mi-temps, il entre en jeu en défense centrale aux côtés Toulalan. « Max » va faire le boulot et même égaliser. Une sortie majuscule pour ce gone.

International espoir, il jouera 1.764 minutes pour son premier exercice. Son temps de jeu sera quasiment identique en 2010-2011 (1 835 minutes). Il va réellement franchir une étape pour sa troisième saison puisqu’il jouera 4 660 minutes, soit le temps de jeu le plus élevé de l’OL pour un joueur de champ. Après le départ de Toulalan, Maxime est un titulaire indiscutable en milieu de terrain. Il est devenu indispensable. Il a encore dépanné en défense centrale face à la pénurie de spécialistes. Il a remporté son premier trophée en soulevant la Coupe de France. Il a même tapé dans l’œil du sélectionneur national puis qu’il a honoré ses deux premières sélections en débutant le 11 novembre 2011 face aux USA avant de jouer dans la foulée contre la Belgique.

A 23 ans, le natif de Vénissieux a cette capacité à franchir les lignes balle au pied en partant de derrière ; à faire tourner le jeu, à compenser les déséquilibres… Il a encore une belle marge de progression. Présent physiquement, il a cependant déjà discipliné son activité en étant plus « posé » dans son engagement pour ne pas se mettre les arbitres à dos. Doté d’une belle frappe de balle, d’un bon jeu de tête, il voudrait être plus décisif. Il fait partie du présent et de l’avenir de l’OL. Il a d’ailleurs prolongé son contrat jusqu’en 2016. On aura donc l’occasion de voir ce garçon bien élevé qui semble un peu  nonchalant mais qui est plutôt calme, il est notamment un adepte de la pêche. Maxime, un gone qui sait aussi faire la part des choses après avoir frôlé le pire en 2008. Une personnalité attachante, un beau joueur qui a une belle carte à jouer dans les années à venir.

Voir aussi :