Site officiel de
L'Olympique Lyonnais

masculins / Portrait

Gourcuff… au nom du collectif

Publié le 27 juillet 2012 à 10:01 par RB

Il y a eu Lorient à ses débuts jusqu’à l’âge de 14 ans, puis le centre de formation du Stade Rennais. Son premier contrat pro en 2003...

Son premier match de L1 le 7 février 2004 contre l’AJA après avoir remporté en 2003 la Coupe Gambardella. Un départ en 2006 au Milan AC pour deux saisons avec qui il remportera la Ligue des Champions, la Coupe du Monde des Clubs mais où il ne s’imposera pas vraiment. Retour en France. Direction Bordeaux en 2008 pour un prêt « payant ». Yoann explose dans ce collectif entrainé par Laurent Blanc. Des buts, des passes, du jeu, des titres (Trophée des Champions, Champion de France, Coupe de la Ligue, meilleur joueur de L1), la médiatisation, l’attente de plus en plus vive à l’égard « du nouveau Zizou ».

« Yo » et les Girondins repartent sur les mêmes bases en 2009-2010  pendant un peu plus de six mois avant de craquer. On connait la suite… jusqu’à cette Coupe du Monde en Afrique du Sud… le transfert à l’OL… la présentation en grandes pompes le 25 août 2010 au Stade de Gerland. L’OL a acheté (22M d’euros) son Messie, son nouveau « Juni », celui qui va le propulser un peu plus haut… Mais en deux saisons, le Breton, né à Ploemeur le 11 juillet 1986 ne va jouer que 56 matchs sur 107 possibles en inscrivant 6 buts… Il va susciter plus d’interrogations, de frustrations que d’admiration. Il sera absent plusieurs semaines en raison de blessures. Il aura du mal à s’intégrer dans le jeu,  dans le groupe, à être cette étoile qui brille et rejaillit sur ses partenaires.

L’impatience grandissante des uns et des autres l’envoie même ailleurs pour se ressourcer. Au final, il reste à l’OL et finit très correctement la saison2011-2012 avec cette Coupe de France remportée. Il n’y aura pas pour autant d’Euro malgré une convocation dans la liste élargie. « Yo » en est toujours à 29 sélections et 4 buts.

Et si la longue patience à son égard allait payer ? On l’a vu aminci, souriant  pendant le stage à Tignes. On a vu un athlète qui bosse physiquement toujours très professionnellement. On sent l’exigence, la recherche de la perfection. Sa montée en vélo de l’Iseran vaut plus que toutes les paroles. Du début à la fin, il a fait corps avec sa machine sans se laisser distraire pour avaler ses rares concurrents et la pente ardue. Un joli moment de sport. Du grand art ! « J’ai besoin d’être bien physiquement pour m’exprimer sur un terrain… J’aime courir, me dépenser…». Yoann parle peu de lui, mais il a répété cela maintes fois. Oui, ce Breton parle peu et rarement de lui. Il en revient toujours au collectif. Il est réservé, posé, certainement pudique. Il semble apprécier la tranquillité. Il n’aime pas être mis en avant alors que sa personne et son jeu le prédisposent à l’inverse, à cette lumière dont d’autres raffolent, usent.

Cet esthète laisse à penser souvent qu’il recherche avant tout le beau geste, jusqu’à le décomposer au point de ralentir l’action et de ne plus faire le bon choix. Cet esthète aux allures de romantique est en fait un travailleur du collectif. On l’imagine en smoking de chef d’orchestre, il enfile plutôt le bleu de chauffe de l’ouvrier très spécialisé. « Seul, je ne suis rien. Mes qualités sont faites pour jouer avec les autres. Dans mon foot idéal, il n’y a pas de dribbles, juste des passes. Cela veut dire qu’il y a du mouvement, des joueurs disponibles, des solutions… Moi, je ne vais pas dribbler  cinq/six joueurs et marquer. Je n’ai pas cette qualité et ce n’est pas ma conception de ce sport…». Propos tenus, il y a déjà quelques années.

Yoann n’aime pas se mettre en avant, on l’a enfin compris. Mais l’OL aimerait bien qu’il redevienne le  Gourcuff de sa première saison girondine, celui qui fait la différence d’une façon ou d’une autre. L’OL et ses supporters l’attendent, ses partenaires aussi. Et pourrait devenir ainsi la superbe recrue de l’été 2012.

Voir aussi :

CLAIREFONTAINE, partenaire officiel de l’Académie OL.