masculins / Stage de Tignes

Gourcuff au sommet de l’Iseran

Publié le 10 juillet 2012 à 15:23 par R.B

Ces 11 kilomètres sont toujours aussi ardus à avaler… Un récital de Gourcuff en un peu plus de 50 minutes…

Même quand vous êtes spectateur, il faut se préparer pour une telle épreuve. La veille au soir, pas question de rechigner sur le plein de « carburant ». Rendez-vous chez la Mère Mao, un resto déjà fréquenté par le passé. Cette patronne est toujours en rogne surtout quand elle doit faire la cuisine. Pas intérêt à râler ou à dire que vous êtes pressés… L’Alsacienne a la stature pour vous en coller une et le parler haut en couleur pour vous calmer. Heureusement sa serveuse est à peu près accorte…  Il faut dire que SG a sorti son numéro pour la dérider ; SG dont c’est la dernière soirée à Tignes va s’octroyer un nouveau repas gargantuesque ! La photo et les clowneries, cela creuse…

Mardi matin, grand soleil sur Tignes. 9h 15, Robert , le chauffeur, a approché son bus  de l’hôtel. Direction le Pont  St-Charles lieu du départ de la montée. Robert Duverne donne ses recommandations : «attention, il y a des voitures, des motos… Pour le reste, il n’y a aucun risque pour des sportifs de haut niveau. Tout se passe dans la tête. C’est un dépassement de soi. Le but ? Simplement arriver en haut à son allure… ». Rémi Garde donne des conseils mécaniques à certains. Grande première pour Lisandro ou encore B. Koné, Gourcuff. Le Breton a le sourire e, balançant : il parait que cela pique… ». Jo Bats part devant avec Bruno Génésio ; Jo sur son vélo assisté. Et ceux qui ont envie de monter dans leur monde ont embarqué leur musique.

Dès le départ, le peloton ses disloque. En queue de ce peloton, Lacazette plaisante : « tous les noirs sont derrière ». Les Lyonnais partagent notamment le  bitume avec un groupe d’anciens assis sur des vélos de course. Odile peine mais attire le respect.

Devant « Yo » est dans son monde. Le Breton est parti comme un avion et ne sera plus jamais rattrapé augmentant au fil des kilomètres son avance. Derrière, il y a des grimaces, des sourires…. « Licha » chante sur son vélo, histoire d’oublier l’effort. A deux kilomètres du sommet, le froid et le vent piquent sérieusement les organismes. Plaques de neige, cailloux. Plus haut, on devine le glacier de l’Iseran qui se meurt année après année.

A 2 770 mètres, le sommet. « Yo » Gourcuff peut souffle après 50 minutes et 45 secondes de grimpée. Il faudra attendre 2minutes  trente pour voir le Doc Ohrant et le Kiné Sylvain Rousseau… Il faudra très longtemps pour que le dernier olympien pose son vélo. Bako Koné en a plein les chaussettes. Il est peut-être le premier burkinabais à cette altitude : « P….. que c’est dur ». Il  ira prendre une photo au pied du panneau Iseran avec le groupe d’anciens.

Dabo est fourbu ce qui inspire le Doc : « tu es tout blanc… et aussi le premier sénégalais. Gomis a pulvérisé son dernier temps. Le papy Cris a battu son record de la montée en se classant dans la première partie du peloton. Il est heureux en se disant que c’est certainement la dernière fois qu’il fait cette montée… Rémi Garde a donné l’exemple en étant sous l’heure.

Pas le temps de s’éterniser dans ce froid et ce vent. Les joueurs regagnent le  bus et se changent. Direction Bourg-Saint-Maurice pour déjeuner avant le rafting. Ce sera beaucoup plus ludique.

Photos

Tignes Iseran 2012

10 photos