masculins / Ajaccio - OL J-2

Grégory Coupet : "La victoire est impérative"

Publié le 02 mars 2006 à 20:30 par BV

Entre un match avec l'équipe de France et un déplacement à Ajaccio, Grégory Coupet nous livre ses impressions sur les Bleus, l'OL et le prochain match de championnat en Corse.

Comment réagissez-vous aux sifflets qui ont accompagné la prestation de Fabien Barthez hier soir lors de la rencontre France – Slovaquie ?
Je suis peiné. Au delà de la polémique qui peut exister entre nous, je suis peiné car il s’agit d’un joueur français qui se fait conspuer par son propre public. Ce n’est certainement pas la meilleure des façons d’aider le groupe à gagner. Au contraire, le soutien du public est indispensable car l’équipe de France n’est pas forcément au mieux actuellement. On peut bien sûr le prendre comme un soutien à mon endroit mais je pense qu'à certains moments il faut avant tout chercher à aider la sélection. On n’a pas besoin que le public se ligue contre nous. On est tous touchés par ces sifflets.
Je ne me complais pas lorsque Fabien fait une erreur ou est en difficulté. On est dans une situation qui nous met tous les deux dans l’embarras car tout est analysé. Je le répète : lorsqu’on est sous le maillot bleu, on n’a qu’un seul objectif c’est de gagner ensemble.

Une défaite à 100 jours du mondial est-elle de mauvais augure ?
Ce n’est certes pas rassurant mais dans le jeu on s’est procuré beaucoup d’occasions. On a déployé pas mal de jeu mais cela n’a pas suffi. On se rassure en se disant qu’on n’aura pas à chaque fois un tel manque de réussite en attaque.
Nous sommes malgré tout réalistes : la France se doit de gagner à domicile contre la Slovaquie. Ce ne fut pas le cas hier. Cette rencontre constituait malheureusement le dernier match officiel avant la Coupe du Monde. Désormais on va attendre la liste des 23 pour bien travailler tous ensemble, revoir les images et analyser cet échec afin de corriger au plus vite ce qui n’a pas fonctionné.

Comment avez-vous vécu cette rencontre sur le banc ? Cela faisait longtemps que vous n’y étiez pas retourné.
(Rires) Oui. Ce n’était pas spécialement agréable. Je l’ai pris très positivement. Dans ma situation, on imagine que beaucoup aimeraient être à notre place. On peut ainsi relativiser mais il est certain que cela ne constitue pas mon idéal.

« Je suis peiné par les sifflets qui ont accompagné la prestation de Fabien Barthez»


La rencontre face à Ajaccio constitue la prochaine échéance pour l’OL. Après la lourde défaite contre Rennes (4 -1), attendez-vous une réaction de chacun ?
Oui mais on est pas les seuls. Le coach attend également une grosse réaction. On sait qu’Ajaccio abat ses dernières cartes en vue du maintien, ce sera donc très tendu. Après le match contre Rennes durant lequel on est passés complètement au travers, on doit faire preuve d’abnégation et nous remettre en cause afin de repartir sur le droit chemin en gagnant là bas. On espère avoir commis toutes nos erreurs contre Rennes et ne plus en faire jusqu’à la fin de la saison. C’est désormais à nous de considérer cette défaite comme un accident et nous rappeler qu’on n'a perdu que deux matchs durant la saison. Il ne faut pas cogiter pour pouvoir être présents dans les différentes compétitions dans lesquelles on est engagés.
[IMG39629#R]La victoire est impérative. On a besoin de prendre des points pour se rassurer avant le match contre le PSV et confirmer les propos du coach qui affirmait qu’ « une bonne équipe ne perd jamais deux fois ».
Produire du jeu sera probablement très difficile au regard de l’état du terrain mais on va devoir faire montre de beaucoup d’envie face à une équipe qui nous a déjà bien ennuyé avec une formation « bis » en Coupe de France. Ce devrait être un match engagé et nous permettre de nous jauger quelques jours avant l’affrontement contre le PSV.

Depuis un an, l’OL n’a plus perdu à l’extérieur ? Comment expliquez-vous que vous soyez si forts loin de Gerland?
A l’extérieur, on est moins contraints de produire du jeu. Cela nous permet de plus resserrer les lignes qu’à domicile. Les matchs sont moins « champagne » mais plus stricts et sérieux. A l’extérieur, on fait probablement preuve de plus de rigueur qu’à domicile.
Sur le même thème