masculins / OL - TFC J-3

Grégory Coupet passe en tête

Publié le 09 août 2006 à 16:15 par R.B

« Privé » de terrain lors de la Coupe du Monde, Grégory Coupet revient en cage ce samedi contre Toulouse, soit 3 mois presque jour pour jour après son dernier match contre Le Mans. Il est cette saison le joueur le plus expérimenté de L1

«Greg » va entamer sa 14ème saison en L1 ; il a débuté en 93-94 du côté de St-Etienne (le 26 mars 94 contre Angers). Il a disputé 384 rencontres en L1 (66 à St-Etienne) sans oublier les 22 en D2 (St-Etienne). Dehu parti en Espagne, le gardien de but international est désormais le joueur ayant le plus de matchs de L1 à son actif sans être le plus âgé, puisque 16 joueurs le devancent.

Greg savais tu que tu étais le joueur de L1 avec le plus de matchs à son actif ?
« Non, on me l’a appris. C’est un sentiment de fierté. Ce n’est pas si facile que cela d’enchainer au tant de rencontres. Je me souviens quand Cavéglia avait fêté son 300eme ; j’étais admiratif. En revanche je sais que je ne suis pas le plus vieux ».

Quelles sont tes ambitions cette saison ?
«¨Que le club soit champion de France et franchisse encore une marche. Personnellement, je vais essayer d’être plus serein et d’être à mon meilleur niveau ».

As-tu un sentiment de revanche à l’esprit après ce Mondial ?
« Aucun. Je ne dois rien à personne. J’ai juste la volonté de me sentir en forme, d’être toujours fort. C’est un peu un sentiment d’orgueil, très masculin que de dire cela. La régularité fera partie de ce bonheur. Ce qui s’est passé au Mondial m’a renforcé. Si je l’utilise bien, je n’en serai que plus fort. Il n’y a plus aussi cette obsession de l’Equipe de France, cela devrait me permettre de me relâcher psychologiquement ; de faire moins attention à ce que l’on pense de moi ; à regarder le parcours d’un autre. En un mot, je veux être moi-même ; un gars très professionnel et qui n’oublie jamais son éducation. »

La coupure de 3 mois sans match n’a pas été trop longue ?
«C’est trop, trop long. Imagine 3 mois sans compétition, sans stade, sans cette sensation d’être sur le fil du rasoir. En plus, j’en ai sous le pied. Pendant la Coupe du Monde, j’ai bossé en évitant juste la blessure. La peur ? Il y a longtemps que ce sentiment ne m’habite plus. Mon but, c’est de défendre ma cage, d’aider mes coéquipiers, le partage avec eux. A l’entraînement, tu es obligé de faire attention. Je suis moins kamikaze que par le passé. En match, en revanche, tu lâches tout au nom du collectif. Tu vois, c’est pour cela que j’admire un mec comme Cris. Est-ce que je rêve à mes futurs arrêts? Non. Uniquement à défendre ma cage ».

[IMG41054#R]Un mot sur ta sélection ?
« Le coach a estimé que je pouvais rendre service. Il n’y aura pas de calcul de ma part ; je ne suis pas quelqu’un de tordu. Avec Raymond Domenech, j’ai toujours été poli, respectueux. Je saurais mettre mon amertume de côté, remettre pourquoi pas les choses à plat. L’Equipe de France entre dans une nouvelle phase ; elle se reconstruit. Je vais me reconstruire aussi. Buffon ? Il a confirmé plus que jamais qu’il était actuellement le numéro un ».

Que t’inspire la venue du TFC ?
« De la méfiance, surtout sur notre pelouse. Ce match devrait correspondre avec la rentrée de nombreux mondialistes. Après la performance du groupe aligné à Nantes, on se doit de l’emporter… Il y a une forme de pression ».
Sur le même thème