masculins / Caen 1 - OL 0

Grosse déception en Normandie!

Publié le 04 mars 2005 à 22:06 par R.B

[IMG4392L]Déception à Caen avec la seconde défaite en championnat des Lyonnais sur un terrain en très, très mauvais état. Malgré leurs efforts et globalement la maîtrise du jeu, les Olympiens se sont faits surprendre par un but du goleador local Mazure. La volonté des Normands a permis ensuite aux coéquipiers de Danjou de créer la surprise de cette ouverture de la 28ème journée du championnat. Après l'élimination en Coupe de France, L'OL subit ainsi une seconde défaite de rang et ce pour la première fois de la saison... Attendons les autres résultats pour connaître le véritable niveau ce "cette contre-performance"...

A Caen, Stade Michel-D'Ornano, Caen 1 OL 0(mi-temps : 0 à 0 ) ; spectateurs : 20 600 ; temps : frais; Pelouse : très mauvais état; arbitre : M. Bruno Derrien



Caen : Planté – Seune, Danjou (cap), Ben Askar, I. Faye, Dugardein, Zubar, Eudeline (puis Watier 69ème), Deroin, Lemaître (puis Hengbart 85ème), Mazure (puis Jovicic 75ème).



OL : Coupet – Diatta (puis Benzema 73ème), Cris, Essien, Abidal, Diarra, Juninho (cap), Clément, Bergougnoux, Wiltord (puis Frau 65ème), Malouda.



Buts : pour Caen, Mazure (71ème).



Avertissements : pour Caen, Danjou (24ème), Dugardein (75ème). Pour l'OL, Cris (86ème), Abidal (91ème)



D'abord et avant tout dans quel état se trouve la pelouse normande ? On entend souvent qu'il faut être deux, les équipes, pour voir un beau match de football, mais comment nier que la qualité du gazon a aussi son importance ! Jouer sur un billard ou dans une cour de ferme, ce n'est pas la même musique. Et si vous rajoutez la succession des rencontres, la 40ème ce soir pour l'OL, en cette période de l'année, un tapis « crado » transforme illico les 90 minutes en séance de muscu écoeurante pour les organismes. Sans parler du côté aléatoire que prennent toutes vos intentions. Que faire dans de telles conditions, mis à part de maudire le calendrier ? Se montrer costauds collectivement et mentalement en souhaitant que ce satané ballon aura quelques bons rebonds. Evidemment la technique et les figures artistiques risquent fort de passer aux oubliettes. La pelouse ? Elle est tout simplement innommable au coup d'envoi. Les crampons ne suffiront pas pour patauger… des chaussures de chantier plus sûrement ! Mais qui a bien pu décider de donner le coup d'envoi de cette rencontre suivie par 21 000 Caennais? Pas les Olympiens en tout cas qui ont fait constater par huissier que l'état du terrain n'était pas adapté à la pratique de ce sport et pouvait engendrer des blessures.



Puisqu'il faut jouer, jouons. Rentrés mardi soir fourbus et battus d'Auvergne, les Lyonnais reviennent à leur principal amour : le championnat. Encore quelques virages à bien négocier… sans se soucier des poursuivants… avant de soulever un quatrième trophée. Paul Le Guen en attendant les retours de Cacapa et de Réveillère, sera privé de Govou, contracture à la cuisse. Formule à 3 ou à 2 au milieu ? Essien en défense ? Ce sont les mêmes questions depuis plusieurs semaines ; surtout à l'extérieur. La dernière fois qu'Essien a joué au milieu, c'était le 2 février à Bastia et ce pendant les 70 premières minutes. C'est aussi en Corse que les Olympiens ont évolué pour la dernière fois avec « 3 récupérateurs ». Et bien, Essien sera associé dans l'axe de la défense à Cris ; Clément jouera au milieu aux côtés de Diarra et de Juninho ; et Bergougnoux remplacera Govou dans le couloir droit. Patrick Rémy a renforcé son milieu pour éviter certainement de prendre de nouveau des courants d'air.



Faisant fi de l'absence de moquette, les Gones prennent le match par le bon bout. Bergougnoux plante sa tête à côté du but de Planté dès la 2ème minute de jeu, avant que la reprise pied droit de Malouda sur un coup franc de Juninho ne frise le poteau gauche du grand gardien local (8ème). Cependant, malgré la maîtrise du ballon, Coupet est obligé de sortir 2 parades décisives dans les pieds des Normands sur des ballons en profondeur (4ème et 11ème). Les Champions de France insistent en jouant au ballon. Toujours 0 à 0 après 20 minutes de jeu. Une superbe action collective met Malouda en position de centre (23ème), puis les corners s'enchaînent. Les Lyonnais dominent comme en témoigne encore cette frappe écrasée de Wiltord sur une passe profonde de Clément (27ème).



Peu importe le terrain, l'OL a décidé d'opérer en passes courtes avant de trouver des espaces. Les Rouge et Bleu ne restent pas les 2 pieds dans le même sabot avec ce diable de Mazure très dangereux en prenant sa chance de loin (33ème), au dessus, et dans la surface (35ème) pour une frappe contrée. Le match est agréable à regarder… Les leaders du championnat accélèrent encore ; en 2 minutes, Malouda et Juninho créent le danger et une superbe action initiée par Clément est stoppée pour une position limite de hors jeu (41ème). Surprenante cette qualité affichée par les coéquipiers de Juninho et cette recherche permanente de l'excellence en s'appuyant aussi sur un pressing efficace… si on en revient au champ de patates. Les 22 joueurs peuvent regagner les vestiaires avec la satisfaction de devoir accompli sur ce score de 0 à 0.



Alors tenir ou courir… d'un côte comme de l'autre ? Les Gones repartent avec les intentions de faire la différence ; Bergougnoux ne cadre pas sur un excellent travail de Wiltord (46ème). Les Caennais n'hésitent pas eux aussi à combiner intelligemment. Les Blancs sont encore à la limite d'ouvrir le score sur une récupération, un centre du gauche de Wiltord juste devant le bout des crampons de Bergougnoux (51ème). Ces hommes de boue sont extra… Abidal centre fort dans les gants de Planté ; la défense locale se déchire et sauve 2 fois en corner. Clément met le feu du pied droit… à côté. L'OL récupère quasiment tous les ballons en superbe machine à broyer. Eudeline rappelle cependant que son équipe existe en dévissant une reprise dans la surface de réparation (60ème). Mis à part l'absence de buts, on se régale.



Wiltord laisse sa place à Frau (65ème) qui fait briller immédiatement Planté. Puis Diarra allume de loin une mèche non cadrée. Mais coup de massue, sur un mauvais dégagement, Mazure est à la conclusion (71ème). Quel Coup de froid sur le Champion !

Benzema remplace alors Diatta (72ème)… il faut revenir au score après cette réalisation normande. Les Lyonnais campent dans le camp adverse ; Essien fait trembler les supporters rouge et bleu (77ème), mais juste trembler. Et peu après Jovicic, qui vient d'entrer, vendange l'occasion du KO (79ème). C'est un va et vient incessant. 10 minutes encore. Benzema fait des siennes avec sa couverture de balle et son culot. Rien ne passe face à ces promus survoltés à l'idée d'empocher les 3 pions. Cris prend du jaune en ayant musclé une intervention (86ème) sur Deroin. Cela sent de plus en plus la seconde défaite de la saison en championnat et pourtant Frau, Diarra tentent une nouvelle fois leur chance à l'approche du temps additionnel. Le Stade Michel-D'ornano est en ébullition, d'autant que les copains de Danjou n'hésitent pas à aller de l'avant. Abidal fauche Watier et prend son carton jaune (91ème). C'est râpé sur une énième poussée du leader. Et bien… pour une surprise, c'est une surprise… 72 heures après l'élimination en Coupe de France… Un voyage en Normandie et une défaite qui vont motiver les poursuivants des Olympiens.











Statistiques :



Corners pour Caen : 2

Corners pour l'OL :

Hors jeu pour Caen : 0

Hors jeu pour l'OL : 5

Coups francs pour Caen : 12

Coups francs pour l'OL : 20

Tirs cadrés pour Caen : 2

Tirs cadrés pour l'OL : 2

Tirs non cadrés pour Caen : 8

Tirs non cadrés pour l'OL : 15

Coupet arrêts : 4

Coupet arrêts décisifs : 2



R.B

Sur le même thème