club / Un métier à l'OL

Guillaume, le garant d’une forme olympique (1/2)

Publié le 16 janvier 2014 à 18:06 par SC

Il « apprend de jour en jour » à mieux éprouver les joueurs. Sous les conseils de Robert Duverne, expert en la matière, le jeune préparateur, Guillaume Vachaud, travaille d’arrache-pied pour la bonne santé physique de chaque membre de l’équipe.

Les aiguilles de l’horloge indiquent 15h. Les Lyonnais ne fouleront la pelouse des terrains de Tola Vologe que dans une heure et demi pour leur entraînement quotidien. Pourtant, il est déjà prêt, en tenue de sport, sur le pied de guerre. Sa mission, faire souffrir les joueurs. Ceci est une passion dans la vie de Guillaume Vachaud. C’est même devenu son métier il y a quelques années. Le jeune préparateur physique de l’OL a fait tout ce qui était en son pouvoir pour en arriver jusqu’ici. Il a d’abord suivi les études pour. « >J’ai fait une fac de sport, avec une Licence STAPS. Après, j’ai passé des brevets d’Etat ». Puis, il a fait la rencontre. Celle qui a donné un grand coup d’accélérateur à sa carrière professionnelle. « J’ai rencontré Robert Duverne dans la salle de sport qu’il a créée, Training Squad. J’ai travaillé avec lui là-bas. On s’occupait de footballeurs en phase de réathlétisation. Il y a aussi du public amateur ». C’est après quelques mois de collaboration que l’un des préparateurs physiques les plus célèbres de France lui fait une proposition toute particulière. « Il m’a dit qu’il y avait besoin à l’OL d’un préparateur physique qui aurait une tâche bien définie ». Pour rien au monde il n’aurait laissé passer cette opportunité unique, travailler dans le club de son cœur. « C’est ma passion. J’allais à Gerland avec mon père et mon grand-père depuis l’âge de 4 ans. C’est un rêve de gosse. Je suis passionné par le foot. J’ai joué en amateur pendant 15 ans ». Fini le monde amateur. Le haut-niveau, il a l’a appris aux côtés de Robert et continue de profiter de son expérience.

A chaque joueur sa peine


Une réelle relation de complicité mais aussi et surtout de confiance s’est installée entre les deux hommes. Entre eux, tout est très bien rôdé. Tous deux participent à la préparation physique de l’équipe Pro mais chacun a son rôle, chacun a son terrain d’action. Ils sont « sans cesse en concertation ». Robert Duverne assure l’animation des séances, pendant que Guillaume Vachaud effectue un travail pré et post entraînement. Il s’occupe ainsi essentiellement de la prévention des blessures et du suivi des blessés. « Depuis un an et demi, je m’occupe de la réathlétisation des joueurs, avec un aspect d’individualisation. Avant chaque entraînement, c’est un travail de prévention avec musculation, notamment du haut, et pré échauffement. C’est une préparation qu’on ne voit pas »…mais tellement fondamentale.

Pour ce qui est de la réathlétisation et de la prévention, les exercices et les outils sont nombreux. La méthode est quant à elle unique. « C’est la méthode Duverne que je pratique. Elle est reconnue à l’OL et ailleurs. Elle fonctionne très bien ». Celle-ci consiste à faire subir aux joueurs des séances rythmées et variées, pour épuiser les organismes sans jamais fatiguer la tête. Le préparateur physique décrit le menu : « On gère l’état de forme, c’est un programme sur l’année avec un système de cycles. Robert programme les séances, avec au moins une piqure de rappel une fois par semaine. Il y a trois phases. La programmation annuelle, la réalisation sur le terrain avec l’animation des séances et l’analyse du travail fait notamment avec le GPS, cardio fréquence mètre… ». Pour pousser le joueur dans ses retranchements, pas de fioriture, ni de machine de torture diablement sophistiqué. Le matériel est simple, classique mais terriblement efficace. « Nous utilisons des élastiques, des médecine ball, des appareils de musculation, des cordes à sauter, des haies ». Bref, Guillaume a tout ce qu’il faut à sa disposition pour éprouver les muscles. Mettre l’organisme à rude épreuve ne suffit cependant pas…

La préparation physique, c’est aussi la récupération. La phase d’étirement est l’étape indispensable après tout effort conséquent. Ce n’est pas un secret. Mais, Guillaume Vachaud insiste là-dessus. Et pour cause. « C’est extrêmement important. Elle permet de diminuer les douleurs musculaires, d’éviter les blessures et c’est bon pour l’assouplissement ». Le bain froid, les joueurs n’y échappent pas non plus. Dans une poubelle remplie d’eau glacée, ils plongent leur corps, les muscles fatigués et affaiblis par la dose d’effort qu’il vient de leur être infligée. « Ils prennent un bain d’eau froide après chaque entraînement ». Dans les périodes où les matchs s’enchaînent, le staff technique lyonnais fait venir à Tola Vologe un camion un peu particulier. Un camion dans lequel un système de cryothérapie est installé. « Il était notamment là en début de saison ». Le jeune préparateur physique nous dévoile les bienfaits de cet outil : « La cryothérapie est une méthode de froid et de récupération plus efficace que les bains d’eau froide ». La température y est à moins 140 degrés. Les joueurs restent immergés environ trois minutes. Effet garanti pour effacer les traces de fatigue et favoriser la guérison. « Ceci permet de bien récupérer au niveau de tout le corps. On le fait par cycle…quand le rythme est plus soutenu avec la répétition des matchs tous les trois jours ». Le rythme est désormais effréné, le football évolue. Le métier de préparateur doit se plier aux nouvelles donnes.

Sur le même thème