masculins / Lorient - OL J-2

Hatem Ben Arfa a « tellement envie de jouer »

Publié le 16 août 2007 à 18:55 par BV

Il en faudrait bien plus pour déstabiliser Hatem Ben Arfa. Samedi 11 août à Toulouse, l’OL a connu sa première défaite de la saison.

« Elle est digérée, assure l’attaquant lyonnais, même si on n’est jamais content de perdre, que l’on soit champion ou dernier (du classement). On s’est bien préparés cette semaine. On est prêts pour samedi ».

En raison de la participation de Lens au tour qualificatif de la coupe de l’UEFA (ce soir contre les Young Boys de Berne), l’OL a disposé d’une semaine complète pour préparer son second déplacement consécutif, à Lorient. « On va aborder ce match de la meilleure des façons, prévient-il. On va chercher à gagner à nouveau pour rapidement retrouver de la confiance. Ce n’est pas maintenant que l’on va avoir la pression. Lorient est une bonne équipe mais je pense que l’on peut gagner là-bas. Il ne faut jamais perdre deux fois d’affilée ».

Confiant, à ses yeux, les blessures à répétition qui ont touché l’effectif rhodanien semblent même avoir renforcé, si besoin en était, la motivation des sextuples champions de France. « Le club va savoir rebondir, assure-t-il. On a perdu Cris et Gerg (Coupet), deux joueurs majeurs, mais on va faire quelque chose en pensant à eux ».

Peu utilisé depuis le début de la saison (il a joué 24 minutes lors du Trophée des Champions puis 23 minutes lors de la réception d’Auxerre), il pourrait bien profiter de la blessure de Sidney Govou pour retrouver en Bretagne un coté gauche qu’il avait souvent occupé lors des matchs d’avant-saison. « Hatem aura du temps de jeu » a ainsi assuré Alain Perrin.

Une décision qui n’est pas pour déplaire au Francilien. « J’ai tellement envie de jouer et d’éclater, clame-t-il. Quand on est compétiteur, on en a toujours envie car c’est le jeu qui nous rend heureux. Depuis notre retour de Corée, je n’ai pas encore été titularisé. J’étais bien entendu déçu mais ce sont les choix du coach. J’ai été patient pendant trois ans. On ne peut plus me reprocher mon impatience. J’ai besoin de jouer ».

Impatient mais lucide, il confie devoir s’améliorer « dans tous les domaines ». « Mais il y a tellement de grands joueurs dans le club, constate-t-il, que je ne peux que progresser ».
Sur le même thème