masculins / Bordeaux - OL J-3

Hatem Ben Arfa : "Ne pas baisser la tête"

Publié le 04 octobre 2007 à 19:08 par BV

Deux jours après la déception née d’une soirée de Ligue des Champions pas comme les autres, et sous une pluie de circonstance, l’humeur n’était pas à la franche rigolade ce matin à Tola Vologe.

Pourtant lorsqu’Hatem Ben Arfa a trompé Joan Hartock d’un geste technique ahurissant de simplicité et de génie, les supporters et journalistes présents n’ont pu réprimer un murmure d’admiration. Très logiquement, lorsque ce dernier se présenta en salle de presse quelques minutes plus tard, l’instant de grâce fut évoqué. « On est à l’entraînement pour tenter, analysa-t-il simplement. Après, il faut réussir ces gestes en match car le plus important demeure l’efficacité en match. » Comme il l’avait fait à Metz pour inscrire son unique but de la saison. De belles promesses entrevues et puis des « bouts » de rencontres contre Barcelone (15 minutes), Lille (19 minutes) et les Rangers (30 minutes) et un forfait contre Lens…
Alors, forcément, lui qui aime tant s’échapper balle au pied commence à avoir des fourmis dans les jambes. « Je suis prêt à être titulaire, confie-t-il, J’ai été patient. J’ai 20 ans, et j’ai envie de jouer. C’est clair et net, mais, même si c’est une « phrase bateau » : ce n’est pas moi qui décide. »

Le discours est ambitieux et déterminé mais dénué de toute mutinerie ou ressentiment face aux choix de l’entraîneur lyonnais : « Je ne prends pas ça comme une injustice. Tout le monde sait que je veux jouer. Je suis un compétiteur. J’ai toujours envie de jouer, contre n’importe quelle équipe ; mais il n’y a aucun problème avec Alain Perrin. Il fait simplement ses choix. »

Mardi, c’est du banc qu’il a vu ses coéquipiers sombrer face au réalisme écossais. « Comme tout le monde, j’étais très déçu, confie-t-il. Perdre 3 buts à 0 à domicile devant nos supporters, ce n’est pas facile à vivre. Ca fait mal. » Hatem Ben Arfa est trop jeune pour avoir disputé les campagnes de Coupe de l’UEFA ou Coupe Intertoto. Son Europe à lui est étoilée, jalonnée de déplacement à Manchester, Milan et Barcelone. Alors, il s’y accroche. « Personnellement, j’espère encore passer, martèle-t-il. La Ligue des Champions est la plus belle des compétitions. Bien sûr que si l’on joue la Coupe de l’UEFA, on la disputera à fond, mais il reste quatre matchs (en Ligue des Champions). On va essayer de les gagner et après on verra. Les Rangers vont jouer deux fois Barcelone. Ce sera très délicat pour eux de prendre des points. Il faut donc rester optimiste même si ca va être très difficile. En foot, tout peut aller très vite. Il faut se remobiliser et ne pas baisser la tête. »

Et quoi de mieux qu’un choc face à Bordeaux, troisième de la Ligue 1 pour panser les plaies ? « Il est important de se remettre rapidement dans le bain, concède-il. Face à Bordeaux, on a l’obligation de gagner mais on ne peut pas oublier ce match (contre les Rangers) comme cela. Ce n’est pas sur une rencontre que l’on va oublier un match pareil. C’est sur la durée. »



 

Bande Annonce Bordeaux-OL

Bande Annonce

copyright OL Images 2007