masculins / OL - Stade Rennais

« Hubert a la fibre de l’éducateur en lui »

Publié le 10 août 2014 à 09:00 par sc

Ce sont deux amis dans la vie qui vont se livrer une bataille tactique au bord du terrain ce dimanche. Philippe Montanier, très proche de Hubert Fournier, débute sa deuxième saison sur le banc rennais à Gerland, nouvelles terres de son adjoint à Boulogne.

Quel bilan faîtes-vous de la saison passée avec le Stade Rennais ?
« C’était une saison difficile au niveau des résultats et du classement, avec cette douzième position. On peut la considérer comme une saison de transition. Je suis arrivé à Rennes il y a un an et il y a eu beaucoup de chamboulements notamment dans l’effectif. J’ai par exemple fait signer un contrat professionnel à six jeunes joueurs du centre de formation. Il ne faut pas tout jeter dans cette saison. On a fait une bien meilleure seconde partie de saison que la première. Il y a donc eu des satisfactions. On a réalisé aussi quelques bons matchs, mais il nous a manqué de la régularité tout au long du championnat. On a perdu aussi cette finale de Coupe de France contre Guingamp, c’est dommage. Avec quelques points en plus et une Coupe remportée, le bilan de la saison aurait été sûrement différent. Donc, c’est plutôt mitigé ».

J’espère que l’on va entamer une nouvelle ère à Rennes. C’est l’avenir qui le dira. On va tout faire pour en tout cas. Ce n’est pas une révolution, mais une évolution qui a eu lieu lors de l’intersaison. Il y a eu des changements, mais pas de chamboulement.

Quels sont les objectifs, les ambitions au moment de débuter cette nouvelle saison ?
« On a l’ambition de faire la meilleure saison possible. On souhaite surtout être plus régulier dans nos performances et nos résultats. Il faudra être dans la première partie de tableau, ce que nous n’avons pas réussi à faire l’année dernière. Mais, il ne faut surtout pas se fixer de limites, les choses peuvent aller très vite dans un sens comme dans l’autre. Ne pas avoir de problèmes, notamment des grosses blessures, peut changer une saison ».

Un effectif largement remanié, un changement dans l’organisation du club…est-ce qu’on est à l’aube d’une nouvelle ère ?
« J’espère que l’on va entamer une nouvelle ère à Rennes. C’est l’avenir qui le dira. On va tout faire pour en tout cas. Ce n’est pas une révolution, mais une évolution qui a eu lieu lors de l’intersaison. Il y a eu des changements, mais pas de chamboulement. Il y a aura une nouvelle organisation dans le secteur sportif, de nouveaux joueurs ».

Vous avez désormais la main sur tout le secteur sportif avec une promotion au poste de directeur technique. Qu’est-ce que cela va changer concrètement dans la gestion ?
« Oui, il va y avoir cette nouvelle organisation dans le secteur sportif. L’objectif est de centraliser davantage tout ce qui concerne l’aspect sportif. Il y avait de très belles choses de faites, notamment dans le recrutement et dans la formation. Donc, on va rester dans la lignée de tout cela. Je vais juste chapeauter tout cela pour centraliser et ainsi être le plus efficace et le plus cohérent possible ».

Hubert Fournier a été votre adjoint durant 4 ans à Boulogne. Pourquoi lui avoir fait confiance alors qu’il n’avait encore aucune expérience dans le métier ?
« Tout d’abord puisque c’est un ami. Ce n’est pas un copain, c’est un ami. J’ai toujours senti en lui la fibre de l’éducateur nécessaire à ce métier. Je n’ai donc pas hésité. Je cherchais à l’époque un adjoint pour travailler à mes côtés. Je voulais une personne fidèle et passionnée. Je l’ai donc choisi car il avait ces qualités même s’il n’avait aucune expérience en tant qu’entraîneur ».

Qu’est-ce que cette collaboration vous a apporté ?
« J’ai beaucoup appris à ses côtés…on a beaucoup appris l’un à côté de l’autre. On s’est régalé durant tout ce temps passé ensemble sur le banc. Je ne le considérais pas du tout comme un adjoint, mais réellement comme un collaborateur. On travaillait ensemble et ça s’est très bien passé. Ce sont de beaux souvenirs ».

Comment voyez-vous sa belle ascension récompensée par ce nouveau poste à l’OL ?
« Je ne suis pas du tout étonné de le voir déjà à ce niveau. Il a commencé comme moi, en tant qu’adjoint. Il a appris. Il s’est construit, il n’a pas été parachuté. Il n’est pas arrivé jusque-là par hasard. Il a effectué beaucoup de travail, avec du sérieux, du professionnalisme mais aussi énormément de passion. C’est amplement mérité tout ce qui lui arrive ».

Est-ce que cela change quelque chose dans la manière de préparer un match lorsqu’on connaît le technicien adverse ?
« Non, ça ne change rien du tout. C’était déjà arrivé la saison passée lorsqu’Hubert était sur le banc du Stade de Reims. L’équipe est différente, il a de nouveaux joueurs et est dans un autre club. On se focalise davantage sur nos forces, sur nos qualités, sur ce qu’on a à faire. On s’intéressera bien entendu à regarder les qualités de l’adversaire. Mais lui comme moi, ça ne nous perturbe pas du tout dans la manière de préparer le match ».

Quel regard portez-vous sur cette équipe lyonnaise ?
« Ils sont vite prêts. Ils ont atteint en très peu de temps le très haut niveau, comme on a pu le voir lors des matchs amicaux qu’ils ont disputés. Mais aussi en Ligue Europa où ils ont survolé leur première confrontation face à Mlada Boleslav. Hubert Fournier a déjà réussi à façonner cette équipe, composée de joueurs jeunes mais déjà très talentueux. L’équipe est déjà prête ».

L’OL a déjà joué deux matchs de compétition, dont un ce jeudi. Est-ce un avantage ou un désavantage de les rencontrer à ce moment-là ?
« Ce sera forcément un avantage pour eux. Les joueurs lyonnais ont déjà disputé des matchs de très haut niveau, ils ont déjà regoûté à la compétition, ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres équipes, dont la mienne. Nous n’avons joué que quels matchs amicaux. L’OL a une longueur d’avance, c’est certain. Je pense que c’est l’équipe la plus prête de ce championnat ».


Philippe Montanier, né le 15 novembre 1964, à Vernon (Eure).

  • Parcours de gardien : Caen (1984-90), Nantes (1990-91), Caen (1991-94), Toulouse (1994-97), Gueugnon (1997-99), Saint-Etienne (1999-2000).
  • Parcours d’entraîneur : adjoint en sélection ivoirienne (2002-04), Boulogne-sur-Mer (2004-09), Valenciennes (2009-11), Real Sociedad (2011-13), Rennes (depuis juillet 2013).

Hubert Fournier, un ami de terrain et de banc : son coéquipier à Caen de 1989 à 1990, puis de 1991 à 1993. Son adjoint à Boulogne-sur-Mer de 2004 à 2008 (titre de CFA, puis accession en National et enfin en L2).

Sur le même thème