masculins / OL - Reims

Hubert Fournier : « Retrouver l’élite est une grande fierté »

Publié le 18 novembre 2012 à 08:00 par BV

L’entraîneur rémois évoque les retrouvailles du Stade de Reims avec la Ligue 1.

Il fait part également de son plaisir de retrouver l’Olympique Lyonnais où il a évolué deux saisons (1998 – 2000). S’il s’attend à « un match difficile » dimanche, il ne cache pas sa « volonté de titiller l’équipe lyonnaise. »

 

Le Stade de Reims est un club historique de la Ligue 1. Cela se ressent-il lorsque l’on y travaille ?
Oui, malgré le fait que la grande époque du Stade de Reims soit terminée. Les anciennes générations ont rappelé tout ce qu’elles avaient connu, il y a avait donc une énorme attente et pas mal de pression autour du club depuis quelques saisons dans l’optique d’un retour parmi l’élite. Le fait de l’avoir accompli était important pour nous tous, cela nous a soulagés d’un poids. Les anciens parlaient de cela aux nouvelles générations. Il y avait chez ces dernières une certaine frustration, née du fait d’avoir été bercé par l’histoire du Stade de Reims, la meilleure équipe française à un moment de l’histoire, et de ne pas avoir pu connaître ces moments de gloire. En retrouvant l’élite, la nouvelle génération s’identifie un peu plus à l’image du club. Aujourd’hui, il y a une grande fierté d’avoir permis au club de retrouver un peu de son lustre d’antan.

Du National à la Ligue 1, l’ascension du club a semblé rapide…
Au quotidien, ce fut un peu moins rapide. Ce fut un long périple. Lorsque je suis arrivé, le club était en National, il a fallu beaucoup de temps et de travail pour y arriver. Les infrastructures d’entraînement, de formation, ont du mal à suivre car elles ne sont pas adaptées à la Ligue 1, elles sont un peu en retard par rapport à la locomotive de l’équipe première. Le club travaille pour suivre le rythme mais ça va vite. On a la chance d’avoir un stade aux normes de la Ligue 1, c’est un atout important.

Quel bilan faites-vous du début de saison ?
Sur le plan comptable, il est assez satisfaisant car on connait la difficulté pour un promu d’évoluer en Ligue 1, même si on est actuellement dans une série un peu plus difficile. L’équipe est un peu moins bien car elle a laissé beaucoup de jus en début de saison pour grappiller des points. On avait de plus un calendrier qui n’était pas facile avec notamment les déplacements à Paris et à Rennes. Le seul bémol est d’avoir laissé des points à domicile contre Evian ce week-end (1 – 2) et contre Troyes (1 – 1), des adversaires directs, et ça, c’est pénalisant.  Toutefois, avec un peu de recul, on aurait sans aucun doute signé pour avoir 15 points à la 12e journée.

Où situeriez-vous les forces et les faiblesses de votre équipe ?
Nos forces se situent surtout au niveau collectif car nous n’avons pas d’individualités marquantes dans notre équipe. On s’appuie sur un collectif fort, en espérant arriver à tenir la cadence sur 38 journées. Je situerais nos faiblesses dans le domaine de la gestion des matches, des temps forts, des temps faibles car on a un groupe assez inexpérimenté à ce niveau qui découvre la Ligue 1. Cette mauvaise gestion nous a fait perdre des points alors que nous avions auparavant plutôt bien géré nos matches.

Sur quels principes de jeux aimez-vous vous appuyer ?
Je souhaite avoir une équipe audacieuse, qui entreprend plutôt qu’une équipe qui attend les fautes de l’adversaire. Mais quand on est promu, on est obligé de faire attention aux forces de l’équipe adverse. Autant l’année dernière,  nous pouvions nous permettre d’être très ambitieux, d’avoir une philosophie de jeu basée sur une importante possession du ballon, à vouloir imposer notre jeu, autant cette saison, on a l’humilité de penser que lors de certains matches, on est obligés de faire le dos rond. Cela change de notre période en Ligue 2.

Est-ce particulier pour vous, à titre personnel, de retrouver l’OL ?
Contre l’OL, c’est un peu un match de gala bien que pour un promu, tous les matchs soient importants. A titre personnel, cela me fait plaisir de retrouver Gerland avec mon équipe. Il y aura sans aucun doute un aspect sentimental. Je suis content d’y retourner car l’OL fut un très bon passage dans ma carrière de footballeur. De celui-ci, je retiens la qualité humaine du groupe dans lequel j’ai eu la chance d’évoluer, une qualité humaine que j’ai rarement retrouvée durant ma carrière. J’ai eu la chance de côtoyer de très grands joueurs et surtout de bons mecs. J’ai gardé pas mal de contacts avec Christophe Delmotte, Greg Coupet, Flo Laville, Alain Cavéglia.

Que pensez-vous de l’Olympique Lyonnais saison 2012 – 2013 ?
Je trouve cette équipe encore plus équilibrée que ses devancières. On sent une équipe homogène capable de marquer beaucoup de buts, l’une des meilleures attaques du championnat, mais également plus solide que les saisons précédentes.  Dimanche, je m’attends à un match difficile que l’on aborde en outsider, mais avec la volonté de titiller cette équipe lyonnaise.

Sur le même thème