masculins / Interview

Hugo Lloris : " Les cadres sont là et montrent l’exemple"

Publié le 07 avril 2009 à 19:55 par KK

Le gardien lyonnais évoque le sprint final, les principaux rivaux et ses performances actuelles.

Hugo après deux jours de repos, comment se sent-on ? Fait-on des calculs pour savoir qui est le rival le plus dangereux ?
Non non pas du tout On ne tombe pas dans ce jeu là de faire des calculs. Au contraire, il faut se focaliser sur nous-mêmes, voir les choses qui ne vont pas trop et garder les choses qui vont bien surtout. On s’est bien reposés, on se sent d’attaque pour bien préparer le match de dimanche. On a la chance de pouvoir préparer pendant une semaine les rencontres de championnat au contraire de Marseille par exemple ou de Paris. Cela permet déjà de bien travailler physiquement mais aussi de mettre en place des situations, de travailler devant le but, ce que l’on n’a pas l’occasion de faire la plupart du temps. A nous de bien préparer ce match pour espérer une belle victoire.

Dans ce sprint final tout compte. La participation du PSG et de l’OM en Coupe de l’UEFA peut-il être un avantage pour l’OL ?
Oui peut-être. Maintenant ça peut aussi leur donner beaucoup de confiance s'ils se qualifient. On ne doit pas s’occuper des autres. On a la chance d’avoir beaucoup de cadres dans l’équipe qui ont l’expérience nécessaire pour tirer le groupe vers le haut. A nous de faire le nécessaire pour prendre le maximum de points.

Du côté de Marseille, Hatem Ben Arfa disait que l’avantage de l’OM était d’avoir plus faim de titres, les Lyonnais en ayant déjà beaucoup. Quelle est votre réaction à ce sujet ?
Je ne sais pas trop. En tout cas, il y en a qui ne sont pas rassasiés dans le groupe. Tout le monde a envie d’être champion dans le vestiaire, il n’y a vraiment aucun souci là-dessus. On répondra présent jusqu’à la fin. Qui plus est, on est pas mal à vouloir remporter notre premier championnat. Mais il n’y a pas de différences d’envie selon le nombre de titres de certains joueurs. Ceux qui ont 5, 6 ou 7 titres sont des grands champions, ils ont l’habitude d’être présents dans les grands rendez-vous et sont là pour tirer le groupe vers le haut. Les cadres sont là et montrent l’exemple, c’est là l’essentiel.

Hugo, ça fait quelques matchs où à titre personnel vous montrez vous aussi l’exemple justement. Comment jugez-vous vos performances ?
Ce n'est pas à moi d'en juger. Ce qui compte c’est avant tout le collectif et de voir où on sera dans huit matchs. Mon seul but c’est que l’équipe soit au top et qu’on soit champions à la fin. On reste tous en retrait, on a un objectif en commun et c’est le plus important. On doit prendre le maximum de points. De toute façon on n’a pas le choix. On est là, on donne tout. On est surtout sur le terrain pour gagner. On se doit tous d’être à 200%. Le tout, c’est de sortir du match sans regrets.

Karim Benzema a retrouvé le chemin des filets ce week end. Est-ce un réel atout pour l’OL ?
C’est bien pour l’équipe. On a besoin de lui comme lui a besoin de nous. C’est vrai que quand Karim marque, l’équipe va souvent très bien donc c’est un bon signe. Maintenant, c’est un collectif qui prime et ensuite les individualités sont là pour faire la différence. Et Karim en est bien évidemment une.

On dit souvent qu’une grande équipe a besoin d’un grand gardien et d’un grand buteur. Est-ce que cette pression qui repose sur vos épaules vous transcende ?
Je pense que cela met de l’enjeu. C’est toujours intéressant. Il y a vraiment une envie de se surpasser. Et c’est dans ce contexte qu’on peut progresser. Il y a beaucoup de concurrents et puis ça renforce les liens. Les matchs sont de plus en plus importants. Les équipes en face ont toutes envie de nous battre. C’est un super challenge. On verra où on en sera au bout des huit matchs mais si on arrive à être champions, on aura fait quelque chose de beau.

Vous êtes en tête du championnat depuis le mois de septembre. Est-ce important de toujours rester leader dans ce sprint final ?
L’essentiel c’est de prendre le maximum de points. Il faut se mettre dans la tête que les compteurs sont remis à zéro dans ces huit derniers matchs. Il faut se dire qu’il n’y a pas de points d’écart.

Monaco est une équipe capable du meilleur comme du pire. Est-ce compliqué dans l’avant-match de gérer cette part d’incertitude ?
Non parce que de toute évidence les équipes qui viennent à Gerland sont là pour prendre des points et nous causer des problèmes. C’est vrai que Monaco est capable de tout. Mais je sais très bien que les Monégasques répondront présents dimanche soir. On doit prendre les trois points et continuer cette série. En ce qui me concerne, ma page à Nice est tournée. Je suis Lyonnais donc jouer contre Monaco n’a pas d’importance particulière.

L’OL a connu des hauts et des bas cette saison à Gerland. Comment expliquez-vous cette irrégularité ?
On doit tirer un trait sur tout ce qui s’est passé cette saison. Là, c’est un mini-championnat qui a débuté. On ne va pas refaire le monde, on doit juste donner le meilleur de nous-mêmes maintenant. On a besoin de se faire respecter chez nous, surtout dans ce sprint final. Cela n’a pas été le cas dans cette deuxième partie de saison. Je pense donc qu’on a besoin de se racheter vis-à-vis de notre public et de notre club. Et pour cela, il n’y a rien de mieux que cette dernière ligne droite où les points sont très précieux.

Derrière ce match, l’OL se déplace à Bordeaux. Les trois points sont-ils encore plus importants dans ce contexte ?
On doit se mettre dans la meilleure position possible en allant à Bordeaux puis en recevant Paris. Et c’est dans ce genre de matchs, contre des équipes qui jouent le maintien que les points sont vraiment très importants. Après, on connaît l’issue des confrontations directes. Le perdant aura alors diminué ces chances de gagner le titre. Il y a beaucoup de concurrents qui sont derrière et qui sauteront sur la moindre occasion de nous passer devant. A nous d’être forts mentalement, physiquement et sur le terrain. Aucune équipe ne prendra le maximum de points, on doit en profiter mieux que les autres.