masculins / Toulouse - OL J-2

Hugo Lloris : « On remonte la pente »

Publié le 05 février 2010 à 14:52 par BV

Au terme de l'entraînement de ce matin, Hugo Lloris a évoqué l'état de forme de l'OL ainsi que le déplacement de dimanche à Toulouse.

Vous avez souffert d’une angine la semaine dernière. Comment allez-vous ?
Ca va. En raison du froid et de la fatigue, j’attrape des angines. On essaie de trouver des solutions. L’année dernière, j’en ai déjà eu quatre ou cinq. Cette saison, c’est déjà ma deuxième. Je commence à connaître ce genre de maladie. Mais ce n’est pas grave.

Qu’avez-vous pensé du match contre Paris (2 – 1) ?
On a encaissé un but sur un coup de pied arrêté, comme cela a déjà été le cas plusieurs fois depuis le début de la saison. Cela se joue sur des petits détails. Lorsque l’on commence à frapper sur les poteaux, on se pose des questions mais on est heureusement parvenus à trouver la solution, la clé pour débloquer la rencontre. En seconde période, on a trouvé un peu plus de profondeur dans le jeu, le bloc a défendu plus haut, ce qui nous a permis de nous créer des situations. Rémy (Vercoutre) a su nous maintenir dans le match à des moments importants.


"Les résultats sont là,

l'esprit est là"

Que devez-vous améliorer pour produire deux mi-temps de bonne qualité ?
On se doit de gagner 5 à 10 mètres, de jouer plus haut, ce qui nous éviterait de trop subir. On doit mieux gérer nos temps faibles. Mais quand il y a de la qualité en face, c’est normal de se retrouver dans cette situation.

Que devez-vous améliorer en prévision de l’affrontement avec le Real Madrid ?
On ne pense pas à Madrid. C’est dans un coin de nos têtes mais on prend les matches les uns après les autres. Le championnat est très important, on a besoin de points. On doit rester sur notre lancée. Il faut essayer de garder une certaine solidité, de régler quelques petits détails, notamment sur coups de pied arrêtés. En tout cas, les résultats sont là, l’esprit est là. On sait que lors des grands matches, tout le monde sera mobilisé à 200%. La mauvaise passe que l’on a connue nous a fait du mal mais on remonte la pente petit à petit.

A quel type de rencontre vous attendez-vous face à Toulouse ?
A Toulouse, ce sont toujours des matches peu évidents. Toulouse est une équipe très compétitive, jeune mais qui a pas mal de caractère. Ils ne sont pas à leur place à la 10e place du classement. C’est un adversaire compliqué à jouer, qui défend très bien et contre très vite.

Que pensez-vous d’André-Pierre Gignac, qui marque moins cette saison ?
Cela n’enlève rien à ses qualités et à son apport à l’équipe. C’est un joueur généreux, un grand buteur. On connait tous des bonnes et des moins bonnes passes. Il ne terminera pas la saison avec ce total de buts (6 buts). Je suis persuadé qu’il sera beaucoup plus décisif en seconde partie de saison. Mais il n’y a pas que Gignac dans cette équipe.

Le titre est il redevenu jouable ?
On ne pense pas au titre. On verra où l’on en est et où en est Bordeaux au mois d’avril. Nous, ce qui nous intéresse, c’est surtout le podium. C’est très serré. Le championnat est encore long. Il ne faut pas se tromper.

llorisQu’est ce qui a le plus changé en 2010 ?
On a retrouvé une confiance, même si on s’est fait éliminer des deux coupes. On a retrouvé une certaine maitrise, une certaine assise, même si c’est loin d’être ce que l’on souhaite tous. Si on veut faire de belles choses, il faut être plus ambitieux et travailler dans ce sens. Que ce soit sur les plans défensif et offensif, il faut arriver à jouer de manière plus collective, à jouer plus librement, de façon moins stéréotypée. On est en train de retrouver cela petit à petit. Mais c’est à travers la confiance que l’on pourra évoluer plus librement. Lors de chaque match, on a montré des qualités. A Lorient, en championnat, lors de la seconde période, ce fut intéressant. On a eu une révolte collective, on a été beaucoup plus agressifs, on a joué plus haut. Notre première mi-temps à Monaco fut également intéressante. Tous les ingrédients sont là pour que l’on fasse de belles choses. Il faut maintenant que l’on évite de réagir plutôt que d’agir. Depuis le début de l’année, nos entames de matches sont intéressantes.

Accordez-vous de l’importance à tout ce qui se dit sur de la succession de Raymond Domenech ?
Non, je n’y attache aucune importance. Pour l’instant, ma priorité, c’est l’OL. Il y a aujourd’hui des choses beaucoup plus importantes.

Sur le même thème