masculins / Caen - OL J-1

Il est temps que cela change...

Publié le 30 octobre 2007 à 11:11 par R.B

3ème compétition en 4 matchs pour le sextuple champion de France qui a accéléré la cadence depuis bientôt un mois. Place à la Coupe de la Ligue en Normandie face à un promu qui a relevé la tête depuis 3 rencontres…

Qui s’en souvient ? L’OL ne s’est plus qualifié à l’extérieur en Coupe de la Ligue depuis un ¼ de finale disputé à Amiens en 2001 ! Cela fait donc un bail que les coéquipiers de Sidney Govou n’ont plus rien ramené de leurs voyages. Dans le meilleur des cas, ils sont tombés aux tirs au but, soit 4 fois. La saison dernière, ils avaient retrouvé le Stade de France après un sans faute à domicile. Malheureusement, la tête d’Henrique avait gâché la fête.

Sur le papier, il n’ya pas photo entre Caen et l’OL. Les Normands ont retrouvé la L1 après 2 saisons en L2. Ils vivotent pour l’instant au dessus de la ligne de flottaison grâce essentiellement à un bon parcours à domicile où ils ont pris 11 de leurs 12 points… et inscrits la totalité de leurs buts (8). Pour le reste, c’est un peu la misère d’autant qu’il y a des blessés dans le groupe de Franck Dumas : Lemaitre, Deroin, Svensson… Et Benjamin Nivet sera suspendu. Mais en 1/16èmes de finale, les Caennais ont arraché leur qualification à Toulouse avec une équipe mixte. Qualification aux tirs au but. Cela prouve que le Stade Malherbe a du tempérament. Un groupe qui n’a plus encaissé de but depuis 3 matchs.

Les Lyonnais sont sur une autre planète. Ils enchainent les compétitions et les victoires. Ils ont retrouvé un très bon jeu collectif ; certains joueurs ont élevé leur niveau de jeu ; d’autres ont franchi un cap… et le banc peut entrer à tout moment. Alain Perrin va donner du temps de jeu à Keita et Fred. D’autres vont en profiter pour souffler. Govou ? Benzema ? Juninho ? Le cas Cléber Anderson étant réglé avec son expulsion au Parc.

Les Olympiens ne peuvent se permettre de faire l’impasse sur ce match, cette compétition. L’OL a les moyens de jouer sur tous les tableaux. Cela permet, au-delà des ambitions, de garder l’ensemble du groupe en éveil. Pour l’instant, il y en aura pour tout le monde, même si les mets n’ont pas tous une saveur identique.

Reste à vaincre cette espèce de chat noir qui se faufile sous les crampons lyonnais en déplacement depuis l’édition 2001. Bordeaux, Sochaux, Lens, Lille, Nantes sans parler de Bordeaux au Stade de France. Que des voyages retours tristes. Cela commence à faire beaucoup. Il est temps que cela change…