masculins / Interview

« Il faut faire très attention à Lyon »

Publié le 16 mars 2014 à 09:56 par R.B

Samuel Umtiti s’est installé dans l’axe gauche de la défense olympienne. A 20 ans, le capitaine de l’Equipe de France Espoirs parle de ses découvertes… de son évolution… de ses ambitions… de sa confiance pour la fin de saison de l’OL…et de la venue de l’AS Monaco ce dimanche à Gerland…

 

Quels étaient les objectifs fixés en début de saison ?
« Le premier objectif était de se qualifier pour la Ligue des Champions, tout en visant les deux premières places. Le titre de champion de France ? Non…on savait que Paris allait être favori. C’est normal que ça se passe comme cela, ils ont des ambitions très importantes et ont recruté de très grands joueurs. Ils jouent ensemble depuis presque trois ans. C’est devenu une très belle équipe.

Quel bilan faîtes-vous de ce que vous avez réalisé jusqu’à maintenant ?
On est satisfaits de nos résultats en championnat. On est deuxièmes du classement. Il ne faut pas que les gens oublient que Monaco est un promu. C’est sûr que nous avons un statut particulier puisqu’il y a eu beaucoup d’investissements de faits. Je pense que Monaco est à sa place. Le titre encore dans un coin de la tête ? Ça va être très compliqué d’aller chercher les Parisiens, ils ont pas mal d’avance. Mais, dans le football, tout est possible. Ce qui est sûr, c’est qu’on les a titillés et qu’on va tout faire pour continuer à les titiller jusqu’au bout.

Les Lyonnais sont en pleine forme depuis quelques mois. Il va falloir faire très attention à eux. Je suis persuadé qu’ils peuvent accrocher la troisième place. Lille a un peu d’avance mais tout peut aller très vite

Qu’est-ce que ça vous apporte de jouer aux côtés de joueurs comme Abidal, Carvalho, Falcao…?
Ce n’est que du bonheur. Je ne peux que savourer ces moments. Mon parcours est atypique. J’ai passé presque la totalité de ma carrière en Ligue 2 et en National. Je n’ai découvert la Ligue 1 que tardivement. Je prends beaucoup de plaisir à jouer à côté de ces grands joueurs. C’est une chance. J’apprends beaucoup en côtoyant ce type de joueurs.

Qu’est-ce que Claudio Ranieri a de particulier en tant qu’entraîneur ?
C’est un coach avec beaucoup d’expérience. Il suffit de regarder les clubs où il a entraîné, ce ne sont que des grandes équipes. Il connaît très bien le football. Il a apporté à Monaco sa très grande rigueur sur le plan tactique, mais aussi au niveau de la discipline. C’est un meneur d’hommes. Il ne laisse rien passer, que ce soit avec les grands joueurs ou avec les joueurs un peu plus modestes. Il ne laisse vraiment rien passer.

Est-ce que vous êtes surpris, au vu de votre parcours, d’être devenu un pilier d’une équipe qui joue les premiers rôles ?
Je suis très heureux d’évoluer dans une équipe comme celle de Monaco. Sur un plan personnel, ce n’est que du bonus. On fera les comptes plus tard. Je ne me prends pas la tête et ça se passe plutôt bien. Je vais continuer à travailler pour enchaîner les matchs au plus haut-niveau.

Quel regard portez-vous sur l’OL actuellement ?
Lyon reste une très belle équipe. Les Lyonnais sont en pleine forme depuis quelques mois. Il va falloir faire très attention à eux. Je suis persuadé qu’ils peuvent accrocher la troisième place. Lille a un peu d’avance mais tout peut aller très vite. S’ils continuent sur leur lancée, ils peuvent finir sur le podium…Ils sont sept fois Champion de France et ont une grande culture de la gagne. Les anciens de l’OL m’en ont parlé et ne m’en ont dit que du bien. Ce sera un match très difficile à jouer, surtout à Gerland. On y va pour produire notre football et pour gagner, même si j’ai beaucoup de respect pour l’OL.

Vous aviez marqué votre premier but en L1 lors du match aller. Qu’est-ce que cela représentait pour vous ?
Sur un plan personnel, ça fait énormément plaisir de marquer un but. C’était mon premier but en Ligue 1 et mon premier avec Monaco. C’était forcément un moment très particulier. Mais, le plus important reste la victoire que l’on a obtenue.



 Comment avez-vous vécu votre transfert de Troyes, en difficulté en L1, à Monaco, en L2 mais qui était en train de changer de dimension ?
J’ai été un peu étonné. Monaco est un très grand club du championnat de France. C’était quelque chose de magnifique que ce club m’appelle. L’ASM avait de grandes ambitions avec un gros projet sportif. A la fin de saison, j’ai été déçu que mon ancienne équipe, Troyes, descende.

Finalement une  promotion ce transfert ?
Oui, je ne vais pas mentir. Même si je quittais un club de Ligue 1 pour un club de Ligue 2, j’étais très heureux et fier de rejoindre Monaco. Ca fait quelque chose quand un club comme l’ASM vous appelle.

Est-ce que c’est plus dur mentalement de vouloir s’inscrire dans la continuité dans un club qui a les moyens de recruter les plus grands joueurs ?
Bien sûr, je ne vais pas le cacher. Je sais que ça sera de plus en plus difficile. La concurrence sera de plus en plus importante. L’ASM a de très grandes ambitions. Le Président a beaucoup investi, il y a beaucoup d’argent. Je suis un compétiteur, la concurrence ne me fait pas peur. Elle est présente dans les tous les grands clubs européens. J’essaie de m’accrocher, pour jouer le plus possible. Je sais que je viens de loin.

Le Maroc n’a plus joué de Coupe du Monde depuis 1998. Comment expliquer cette longue absence sur la scène internationale ?
La sélection marocaine est en difficulté. Il y a eu beaucoup de changements, que ce soit chez les entraîneurs, chez les joueurs ou à la fédération je crois. Il va falloir retrouver une ossature à tous les niveaux. On n’a pas de sélectionneur pour le moment. Il faut en trouver un et j’espère que beaucoup de choses vont changer…Le Maroc est un pays de football. Le peuple marocain attend du beau jeu. Un pays comme celui-ci se doit d’aller à la Coupe du Monde et faire de bonnes performances à la Coupe d’Afrique des Nations. Il faudra être bon lors de la prochaine, qui se déroule au Maroc ».


Voir aussi

- Toutes les infos sur la rencontre OL - ASM
- Le classement avant la 29ème journée
- Le calendrier de l'OL saison 2013 - 2014

Sur le même thème