masculins / OL - PSG

«Il ne faudra pas oublier de jouer»

Publié le 06 février 2015 à 11:02 par SC

Christophe Jallet, l’ex-joueur du PSG, était présent en conférence de presse deux jours avant d’affronter son ancienne équipe dans un match au sommet…et en position de leader.

AS Saint-Etienne - OL

Il connait de l’intérieur le colosse qui va se présenter ce dimanche sur la pelouse de Gerland. Christophe Jallet, l’ancien joueur parisien, sait mieux que quiconque que l’effectif du PSG est truffé de talents. Et que malgré une première partie de saison décevante, la bête est prête à rugir de nouveau. « En 2015, ils sont revenus en très grande forme. Ils prennent beaucoup moins de but. Ils sont flamboyants mais ils sont plus solides. » La physionomie du match devrait être complémentent différente de celui sur le Rocher. « Contre Monaco, on a dû s’adapter face à une équipe qui joue en contre…Le PSG a plus de possession de balle, ouvre plus le jeu. Il faudra donc bien se concentrer sur le travail défensif…C’est le point essentiel. On sait qu’il est difficile de marquer plusieurs buts au PSG. » L’ambition de jouer est tout de même intacte. « Il ne faudra pas oublier de jouer. Il ne faut pas changer, ne pas déjouer, ne pas se prendre la tête et jouer comme on sait le faire. » Et ce, même sans des absences de marque…

OGC Nice - OL

Bisevac out pour plusieurs mois, Lacazette en phase de reprise…deux noms sont venus dernièrement s’ajouter à la liste des blessés. Un manque mais pas un vide, selon Christophe Jallet. « On n’a pas toutes nos forces mais il y a pas mal de joueurs qui peuvent les remplacer. A l’image de Rose contre Monaco. On a récupéré les joueurs africains. C’est un bon point pour l’émulation…Alex va manquer par sa force de finition mais il y a des solutions. »

Côté parisien, toute la force de frappe sera sur le pont. Zlatan Ibrahimovic en tête. « Il n’est pas moins bon. Il est peut-être moins efficace à la finition, mais il a une influence prépondérante. Il fait peur aux adversaires. Ces derniers n’abordent pas le match de la même manière quand ils savent qu’il est là. Quand il va bien, l’équipe rayonne. C’est un joueur de génie. Un coup d’éclair et il plie le match. » Bref, un joueur indispensable dans le jeu mais aussi de par son attitude. « Zlatan a besoin du rapport de force. C’est un jeu pour lui. Il veut marquer son territoire. C’est son caractère. Il ne faut pas s’attarder sur ça. »


Dans un format un petit plus réduit, Marco Verratti a lui aussi un tempérament bien trempé. Le latéral lyonnais qui l’a vu arriver dans la capitale a cependant été saisi par son talent. « C’est un joueur tellement talentueux. Il a une facette négative. Il est jeune, impulsif mais ce n’est jamais très méchant. Il m’a toujours impressionné. » Pour contrer tous ces éléments, les Lyonnais ont ce quelque chose qui fait la force de l’équipe et sur lequel s’appuyer encore et toujours. Le collectif, selon Christophe Jallet. « Il y a différents facteurs pour s’en sortir. Le collectif en fait partie. Au sein de ça, il y a des joueurs qui sont capables de faire des différences. Il faut bâtir autour d’eux un collectif solide, uni. Le nôtre est un peu plus huilé. »

Suffisant pour bousculer l’ogre parisien puis le laisser à distance ou s’extirper un peu plus de ses mailles ? « On a peut-être des ressources cachées pour leur poser des soucisC’est une belle affiche qui s’annonce. Ça va être un match difficile. A la fin, on pourra soit se fixer de nouveaux objectifs, soit les abaisser…Mais il ne faut pas se mettre de limite. On a le droit de rêver.»

Sur le même thème