masculins / OL 2 - Metz 0

Ils l'ont fait... au bout de la nuit!

Publié le 15 janvier 2005 à 22:25 par R.B

[IMG4367L]Les Lyonnais ont souffert pour matérialiser leur domination face aux Messins. Un nouveau coup franc de Juninho en fin de rencontre et une frappe monumentale de Bergougnoux leur ont permis de bonifier leur récent succès à Sochaux et de garder le cap de leader dela Ligue 1. Une soirée qui aura montré une fois encore que ces diables de Gones n'abdiquent jamais... et Karim Benzema est entré en jeu à tout juste 17 ans...

A Lyon, stade de Gerland, OL 2 Metz 0 (mi-temps : 0 - 0) ; temps : très froid; pelouse : en bon état; spectateurs : 38 909 ; arbitre : M. Stephane Moulin (Franche-Comté).



OL : Coupet – Réveillère, Cris, Essien, Abidal, Diarra, Juninho, Govou (cap) (puis Bergougnoux 77ème), Nilmar (puis Clément 87ème), Frau (puis Benzema 77ème), Malouda.



Metz : Wimbée, Allegro, Pompiere (puis Contout 88ème), Borbiconi, Meniri, Signorino, Proment (cap), Leca, Tum, Renouard (puis Avezac 77ème), Gueye



Buts : pour l'OL Juninho (85ème), Bergougnoux (88ème)



Avertissements : pour l'OL Diarra (60ème), Juninho (85ème) ; pour Metz Leca (30ème), Gueye (83ème).



A Gerland, en championnat, les visiteurs ont généralement les chocottes de prendre une déculotté. La peur du « Lion » les pousse à laisser le ballon aux Gones… à se recroqueviller dans leur camp en espérant qu'il y aura un miracle au tableau d'affichage au bout des 90 minutes. Paul Le Guen le sait, ses Gones vont monopoliser « la chique » contre les Messins. Le but sera de débloquer la situation le plus rapidement possible pour éviter de gamberger et de donner confiance à ces Lorrains du genre moyens. Comment faire ? En choisissant une formule avec 4 éléments offensifs plutôt qu'un milieu à 3, le coach olympien entend certainement filer plus facilement la migraine aux Grenats et favoriser le réalisme de son groupe. Ce réalisme qui est le dernier bémol mis aux prestations lyonnaises dans l'hexagone depuis le début de la saison. Alors pour la 10ème fois en 30 rencontres, il y aura deux hommes de couloir et deux attaquants axiaux comme ce fut le cas lors de la victoire 4 à 0 contre Caen. Ce soir là Govou-Frau-Nilmar-Malouda étaient associés comme en Coupe de France dernièrement contre Viry. Le jeune Nilmar fêtera pour l'occasion sa 4ème titularisation en Ligue 1 ; la dernière remontant au 6 novembre 2004 à Lens.



Des buts… des buts… des buts pour ce 30ème match de la saison. 3 points de plus… et les partenaires de Govou pourront préparer tranquillement le déplacement à Lille sans regarder craintivement dans leur rétroviseur. Avec cette formule plus offensive, « Mike le monstre » recule d'un cran pour faire équipe en charnière centrale avec « le gendarme » Cris. Juninho et Diarra ayant les clefs du milieu. Les copains de Wimbée ont enfilé leurs gants de frileux avec un dispositif à 5 défenseurs. Ce n'est pas franchement une surprise…



Gerland avait envie de revoir ses chers petits après un mois d'abstinence. Gerland a fait le plein ; peu importe le niveau du thermomètre vous invitant à rester au coin d'une belle cheminée. Marie-José Perec, Gwendal Peizeirat et Jean-Christophe Rolland étaient invités à donner le coup d'envoi sous les yeux du ministre des Sports Jean-François Lamour. Quelle superbe brochette olympique ! Et jamais, oh grand jamais il n' y avait eu une telle ferveur avant le coup d'envoi avec une énorme banderole dans le virage nord… Un fabuleux moment à vous filer la chair de poule ; à vous tirer des larmes de bonheur. Les Messins évoluaient bien avec 5 défenseurs, mais s'évertuaient à sortir très vite vers l'avant. Les Olympiens avaient donc du mal à les mettre en difficulté, malgré les bons mouvements élaborés sur le côté gauche par le tandem Abidal-Malouda. Diarra mettait un pétard au dessus de la cage du grand Wimbée (15ème) ; Nilmar plaçait sa tête à côté après une belle action collective (19ème), puis de nouveau Diarra, sans succès.



Les Lorrains jouaient intelligemment en essayant de trouver leurs deux pointes Gueye-Tum. Mais le gendarme Cris et son associé Essien verrouillaient sans problèmes les abords de la cage de Coupet. Frau obligeait Wimbée à s'envoler sur une tentative bien pensée (23ème) ; Frau encore, puis Nilmar avant qu'un coup franc de Juninho ne passe au dessus de la lucarne droite du but grenat. 0 à 0 à la mi-temps… pas facile, facile à bouger ce collectif visiteur.



Dès la reprise Govou manquait un face à face avec Wimbée sur un excellent ballon en profondeur de Réveillère. La marche avant était enclenchée ; les Gones s'installaient dans le camp lorrain en cherchant toujours la faille. Un coup à droite ; un coup à gauche… le ballon voyageait, mais les centres ne déstabilisaient pas la défense des coéquipiers de Proment. Et quand il y avait une possibilité, Wimbée jouait les acrobates : sur une tête d'Essien, une frappe de Frau, un missile de 30 mètres d'Abidal (72ème). Gerland se demandait si ses gars allaient trouver l'ouverture. Govou vendangeait un excellent décalage d'un très bon Juninho (73ème).



On se disait alors que c'était à Paul Le Guen de faire quelque chose. Et Paul le fit. Chapeau pour le coaching. Govou et Frau sortaient ; Bergougnoux et Benzema entraient. Ce dernier étant le 13ème jeune lancé dans le grand bain par l'entraîneur olympien ! Pour fêter sa première titularisation le gamin de 17 ans plaçait une tête que Wimbée stoppait. Cela poussait toujours… cela tenait encore Jusquà la 85ème minute de jeu. Une faute sur Nilmar et Juninho délivrait partenaires et supporters d'un énième coup franc d'orfèvre (son 15ème). On disait ouf dans les travées quand Benzema réalisait 2 grands ponts avant de servir Bergougnoux à 25 mètres. Et boum, Bryan déclenchait l'artillerie lourde dans la cage messine (88ème). De la folie à l'état pure… Au bout de la nuit, le champion de France avait réussi à bonifier ses 3 points sochaliens. Ce 12ème succès n'avait pas été facile. Mais que la conclusion restera gravé dans nos mémoires. Décidemment ces Gones sont épatants !



Statistiques :



Corners pour l'OL : 6

Corners pour Metz : 1

Hors jeu pour l'OL : 2

Hors jeu pour Metz : 1

Coups francs pour l'OL : 17

Coups francs pour Metz : 12

Tirs cadrés pour l'OL : 10

Tirs cadrés pour Metz : 3

Tirs non cadrés pour l'OL : 8

Tirs non cadrés pour Metz : 5

Coupet arrêts : 6

Coupet arrêts décisifs : 0



Diarra à la loupe :



Le Malien a joué 82 ballons ; 67 passes à destination ; 12 manquées ; 3 tirs. Dans ce chiffre de 82, il a réussi notamment 16 interceptions ; il a effectué 9 têtes. Il a fait 3 fautes (un carton jaune) et subi une faute. Il a joué 47 fois vers l'avant ; 7 fois derrière et 16 fois latéralement (les ballons perdus ne sont pas comptabilisés dans cette analyse).



Quant à Cris il a réussi 18 interceptions significatives !



R.B

Sur le même thème