masculins / OL 3 - PSG 1

Ils sont tout simplement extraordinaires!

Publié le 10 décembre 2006 à 23:08 par R.B

Dans les dernières minutes, l'OL a signé un nouveau succès "extraordinaire". Une soirée folle qui confirme la suprématie lyonnaise dans ce championnat...

Le football, rien que du football ! Le PSG fait son retour sur un terrain hexagonal après les incidents que l’on connaît. Des Parisiens en mal de points après 15 journées poussives. Guy Lacombe a convié sa troupe à passer les derniers jours en stage à Aix-les-Bains pour préparer au mieux ce 3ème rendez-vous de la saison avec les Lyonnais, mais aussi celui continental pouvant amener une potentielle qualification en Coupe UEFA la semaine prochaine. Rothen, Traoré, Frau, Chantôme sont absents pour diverses raisons ; Armand le polyvalent jouera au milieu de terrain, Diané et Kalou encadrant Pauleta.

Le PSG a des problèmes… l’OL aussi, mais d’un ordre complètement différent. L’OL n’a plus d’avant centre. Carew s’est blessé ; Fred et Benzema poursuivent leur remise en forme. Du coup Sylvain Wiltord va occuper ce poste maudit. « Nino » a l’expérience et le talent pour faire oublier les 3 neufs. Pour le reste, Gérard Houllier a «rappelé » logiquement Squillaci, Cris, Juninho, Réveillère, Abidal, Malouda et Juninho… tous au repos en milieu de semaine européen. Des Olympiens devenus faiblards en terme d’efficacité : 6 buts lors des 6 dernières journées traduits heureusement par 5 succès dont 4 sur le score minimum. Et quand l’attaque bégaie, la défense répond présent : 2 buts encaissés pendant la même période et 0 depuis 284 minutes.

Le match commence vers la 4ème minute avec un contact entre Cris et Hellebuyck à la limite mais dans les règles ; puis Pauleta dans la surface allume la première frappe captée à genou par Coupet. Les Parisiens montrent leur envie. Les Lyonnais aussi avec la combinaison Govou-Wiltord conclue par l’arrêt de Landreau (10ème) ; « Sid » tentant en suivant un lob trop aérien. Hellebuyck (15ème), sur une remise de Pauleta, trouve les gants de Coupet, tout comme Yepes (17ème) après un coup franc. Sans dominer outrageusement, les coéquipiers de Pauleta posent de sérieux problèmes à ceux de Juninho.

La bataille du milieu fait rage ; Dramé prend du jaune (23ème), avant que Wiltord ne touche la transversale de Landreau à la réception d’un superbe ballon en profondeur. L’OL fait souffrir le PSG ; Juninho, malheureusement prend un carton jaune soit disant pour gain de temps avant de tirer un coup franc. Il sera suspendu à Lens… Les visiteurs multiplient les fautes ; les locaux utilisent en quelques secondes la frappe lointaine par Juninho, 2 fois, et Govou (35ème). Landreau s’envolant sur la tentative du numéro 14. Pas de but, mais une sacrée intensité et beaucoup d’engagement. Pauleta est à 2 doigts d’ouvrir le score (40ème) en enroulant un bijou de tir. Cris s’énerve (44ème)… cela lui vaut du jaune ; puis Armand coupe gentiment l’élan de Wiltord. Le jaune sort sévèrement de la poche de Monsieur Hamer et sur le coup franc « Juni » dépose le ballon sur le crane de « Nino » après une déviation de Yepes. L’OL marque son 9ème but de la tête… son 3ème de rang après un coup franc du maitre brésilien. Les 7 derniers buts lyonnais toutes compétitions confondues ont été inscrits après des coups de pied arrêtés ! Une première période équilibrée.

Rodriguez a pris la place de Dramé. Place à l’offensive dans les rangs parisiens. Juninho ne trouve pas d’entrée le cadre sur une remise de Govou. Le PSG revient immédiatement dans le camp olympien sous la baguette de Kalou ; Diané, Hellebuyck s’essaient de loin sans réussite. Paris a incontestablement le ballon, mais l’OL balance 2 missiles par Wiltord et Toulalan. Remarquable partition de Wiltord. Mais que dire du coup franc de Pauleta à l’heure de jeu synonyme de1 partout à 30 minutes de la fin ? Somptueux.

Incertains, acharnés, les débats deviennent crispants. Wiltord, grimace en se tenant la cuisse et cède sa place à Ben Arfa ; Tiago est averti, il sera suspendu en Coupe de la Ligue contre Nancy. D’un camp à l’autre le ballon voyage sans souffler et déjà le dernier quart d’heure. Källström remplace Govou. Les Lyonnais en bavent pour trouver des solutions face à un collectif solidaire, bien en place et toujours autant motivé. Ben Arfa réalise un solo époustouflant contré par Landreau. Quel talent ce gamin! Et sur le corner Juninho trouve en 2 temps le pied droit de Cris. Incroyable… avant que Malouda, servi en profondeur, n’ajoute une nouvelle page inoubliable à l’histoire olympienne de son pied gauche. 2 buts en 60 secondes et encore des buts dans le dernier 1/4 d’heure. L’OL est sur une autre planète. Merveilleux.
Sur le même thème