masculins / VAFC 2 OL 1

Interrogations… et conséquences

Publié le 30 janvier 2011 à 14:05 par R.B

La défaite lyonnaise à Valenciennes interpelle à plus d’un titre… Entre comment, pourquoi et avec quelles conséquences pour la suite du championnat… Match retour…

L’élimination à Nice n’a pas servi à grand-chose. Le « simple » coup d’arrêt au Stade du Ray s’est transformé en effet  dans le Nord en déraillement dans la course au titre. L’OL avait avant ce déplacement une haie avec quelques épines à franchir pour atteindre son graal du titre. Il s’est désormais construit un mûr qui pourrait lui boucher définitivement l’horizon de la fameuse couronne de France. L’OL a momentanément, on l’espère, oublier de mettre le bon braquet dans cette dernière longue ligne droite transformée en sprint de tous les espoirs, de tous les dangers. Pourquoi et comment ?

 

Comment est-ce possible de mettre tout ce temps pour entrer dans un match ? Comment est-ce possible d’être absent pendant un gros ¼ d’heure après la pause au point de se faire ridiculiser par une formation mal classée privée de nombreux éléments importants ? Et surtout que l’on ne vienne pas dire que la formation lyonnaise manquait d’expérience face aux jeunes Nam, Dossevi… Comment est-ce possible de réagir de si belle façon après avoir été mené 2 à 0 ? Comment est-ce possible de répéter à l’envi ce genre de rencontres à deux visages ? Comment est-ce possible que certains joueurs passent au travers de manière si prononcée ? Après le début de championnat catastrophique, 5 points en 7 rencontres, l’OL avait aligné avec plus ou moins de maitrise une série de 13 rencontres sans défaites pour un total de 29 points et profitait de lenteur générale pour revenir en haut de tableau.

On pensait que cet OL avait acquis suffisamment de certitudes pour passer au travers de nouveaux couacs. En l’espace de 7 jours, il a enregistré 2 défaites de rang, la 2ème fois que cela se produit cette saison après l’enchainement Bordeaux-ASSE de septembre. Et surtout, il a montré des signes inquiétants d’approximations, d’erreurs, de manque de réalisme, de maitrise que ses sursauts talentueux n’ont pas pu gommer. Certes le septuple champion de France est tombé deux fois sur de drôles d’oiseaux en cage. Mais si Letizi et Penneteau ont fait des miracles, Lloris n’a pas été en reste pour retarder l’échéance ou éviter que le score n’enfle.

le 4-4-2 vu lors des 30 dernières minutes à Valenciennes peut-il être une solution ?

Où sont les explications ? Le rythme d’un match par semaine ne sied pas à ce groupe… L’activité de Makoun fait défaut… l’opposition est plus motivée… la qualité de la pelouse… la motivation… le système de jeu… le manque de concentration… la forme de certains éléments n’est pas à la hauteur des attentes… Allez savoir ! Mais il est évident, par exemple, que l’on attend toujours que Yoann Gourcuff réponde aux espoirs placés en lui. C’était d’ailleurs le sujet de discussion d’avant match entre les journalistes présents au Stade Nungesser qui ne comprenaient pas pourquoi l’ancien bordelais ne s’était pas encore imposé dans sa nouvelle équipe. Déjà en retrait à Nice, il a eu énormément de mal à Valenciennes, y compris sur les coups francs frappés, au point d’avoir été remplacé à l’heure de jeu. Les mauvaises langues diront que c’est à partir de ce moment que l’OL s’est mis bien jouer… Certes ces derniers mois tout n’a pas été facile pour l’international français et il avait besoin de temps pour s’exprimer pleinement, mais cela commence à faire long comme le disait encore un journaliste samedi soir. (Yoann a joué 20 matchs pour 1 482 minutes; 43 tirs, 2 buts en 12 frappes cadrées et 4 passes décisives)

Notons que le « grand absent » face à Nice, Lisandro, cela aussi les journalistes présents au stade ne le comprenaient pas, a montré beaucoup plus de présence, d’envie  lorsqu’il est entré en jeu que ce qu’il avait présentées face aux Aiglons, même si cela fait maintenant 5 matchs de rang qu’il n’a pas marqué. En l’état actuel des choses, le 4-4-2 vu lors des 30 dernières minutes à Valenciennes peut-il être une solution ?

La semaine avant Bordeaux va être longue. Il va falloir corriger le tir, regonfler le mental. Il va falloir peut-être faire des choix. Claude Puel a toujours dit qu’il avait un groupe élargi et qu’il comptait sur tout le monde. Mis à part Lovren et Ederson, il aura à priori tout ce fameux monde pour retrouver le chemin de la victoire.

Au final, le mois de janvier ne laissera pas un bon souvenir, sauf le soleil de Marrakech et les annonces liées au Stade des Lumières. Mais, restons optimiste, la messe est loin d’être dite à 4 mois de la fin. Ce type d’affirmation, on l’entend régulièrement dans la bouche des différents acteurs, des spécialistes, tout comme le fait que l’OL a tout ce qu’il faut pour redevenir roi de l’hexagone. D’accord ! Cependant, l’OL se retrouve désormais à 7 points du LOSC qui a aussi un meilleur goal average et de loin ; sans parler de la qualité du jeu des Dogues. Le LOSC qui accueillera fin février cette équipe lyonnaise… Cela n’est pas négligeable. Quant au PSG, le dauphin compte désormais 3 points d’avance en recevant aussi  le club olympien, ce sera en avril. Après avoir regardé devant, il faut aussi regarder derrière avec ce groupe d’équipes situées dans les crampons lyonnais. L’OL s’est quand même compliqué la tâche samedi soir.

Aux Lyonnais de se reprendre dès dimanche. Ce serait ballot d’avoir fait une si belle remontée… pour rien. Les partenaires de Cris sont de nouveau dos au mur. Une situation qu’ils connaissent. L’OL est donc reparti dans une sacrée partie de sauts d’obstacles.

Sur le même thème