masculins / Derby J-1

Inutile de vous faire un dessin !

Publié le 24 septembre 2010 à 19:50 par R.B

Les enjeux de ce 100ème derby sont connus… les Lyonnais doivent absolument relever la tête face au leader du championnat en pleine euphorie… une victoire en forme de thérapie pour retrouver la confiance et débuter enfin une série en championnat…

Les faits de ces dernières semaines ont nourris les discours d’avant derby. Logique. L’OL ne va pas bien ; les Verts sont resplendissants. Au moment, où il serait de bon ton que les Lyonnais débutent une série victorieuse en championnat, ils savent que leur très longue période d’invincibilité (21 matchs) dans ces rencontres de voisinage est statistiquement de plus en plus en danger. Un jour il faudra bien que cela s’arrête… Pourvu que cela ne se produise pas ce samedi 25 septembre ! Le bateau olympien tangue déjà de trop. Pour le remettre un peu à flots, la défaite est absolument interdite. Non… la victoire est impérative.

Comment l’emporter ? Le jeu des partenaires de Toulalan n’a pas rassuré à ce jour les spécialistes et les supporters. Le réalisme défensif et offensif, non plus. La force de caractère semble fragile. Alors ? En considérant que tout ne peut pas venir ou revenir complètement à la demande, les Lyonnais devront faire appel à l’orgueil, la fierté, leurs hormones… ce qui se traduit dans le monde ovale par la règle des trois C : cœur, cerveau, cou….. Se battre en effet et tout donner ; se conduire en patron avant, on l’espère d’employer le mot champion ! Cris, Delgado, Ederson, Lisandro sont absents. Un handicap à assumer sans se plaindre. Ce n’est pas le moment d'avancer des excuses. Gomis va revenir. Après, il y a un milieu de terrain à former en sachant que Gourcuff est peut-être fragilisé par ses problèmes dentaires du début de semaine. A Claude Puel de faire les bons choix. L’entraineur lyonnais aime la difficulté, les défis… Il est servi à l’heure de ce rendez-vous historique qu’il aborde en position délicate.

Les Verts rayonnent. Christophe Galtier a mis de la chaleur dans cette maison stéphanoise qui a frôlé la catastrophe lors des deux dernières saisons. Mis à part l’échec au Parc pour l’ouverture de la saison, les coéquipiers de Perrin ont depuis réalisé un quasi sans faute avec 4 succès et 1 nul, sans parler de la qualification mercredi soir en coupe de la Ligue. L’ambiance, la chance,  mais aussi l’expérience, le talent… Les Verts sont les plus forts en ce moment. Euphorie passagère ? A voir au fil des semaines à venir. A voir avec ce derby si spécial. Ce groupe, il n’a rien à perdre,  rêve certainement d’entrer dans l’Histoire. Rivière, Payet, s’il peut jouer, vont-ils effacer les Despeyroux ou E. Mendy, buteurs de la dernière victoire datée du 6 avril 1994 ?

Personne n’aurait donc imaginé un tel scénario en début de saison. Bien malin qui peut savoir comment le film sera définitivement réalisé par les joueurs et entraineurs entre 21h et 22h45. L’accueil des spectateurs ? On peut aisément  le prévoir en fonction du jeu des acteurs et de l’évolution du score. Pour l’instant, place aux espoirs, aux craintes, à l’imaginaire. « Un derby, cela ne se joue pas, cela se gagne… ». Une phrase bien connue souvent prononcée avant ce genre match. Le mot de la fin au capitaine Jérémy Toulalan : « on doit le faire… »

Sur le même thème