masculins / Istres - OL J-1

Istres - OL: David contre Goliath...

Publié le 22 octobre 2004 à 10:59 par R.B

[IMG3136L]Sur le papier, il n'y a pas photo. L'OL avance comme un ouragan depuis le début de saison. Istres, le promu, courbe souvent l'échine, mais ne veut pas se rendre. A Nîmes, le leader du championnat doit poursuivre sa route joliment fleurie en évitant les épines provençales...

Un club, champion de France en titre, pour la 3ème fois de suite ; une club leader du championnat actuel ; un club de plus en plus « européen » avec des Internationaux de partout, affronte ce samedi un club sans passé en Ligue 1… sans son domicile fixe… sans victoire à ce jour ; et avant dernier de la classe. Au loto sportif un succès des Istréens sur les Lyonnais serait à ranger dans la catégorie du coup fumant de la 10ème journée. Une E.NO.R.M.E surprise ! Du genre un succès de Livourne contre la Juventus, d'Ostende face à Bruges, de Crystal Palace devant Arsenal ou encore de De Graafschap au détriment d'Eindhoven…



Le foot n'est pas une science exacte et ne le sera jamais. Tant mieux. Pour présenter cette rencontre, sortons les vieux clichés. Du côté du plus faible : « Il faudra jouer à 150% de nos moyens… sur un match tout est possible… abordons ces 90 minutes comme une rencontre de Coupe de France… Je serais motivé à l'idée d'affronter mon club formateur et j'ai hâte de marquer mon premier but de la saison… ils auront peut-être du mal à se motiver après leur match à Fenerbahçe…. ». Dans les rangs du plus fort : « Nous devons respecter tout le monde… on prend les matches les uns après les autres … il faut se remobiliser… soyons humble… gardons cette envie de rester invincible… un match de foot reste un match de foot… Istres sera hyper motivé… les Provençaux veulent notre peau de leader invaincu… » Bon, mis à part « les poncifs », les différences de forces en présence sont évidentes. C'est ainsi.



Un exemple ? Cris, suspendu contre Caen, Diatta a sorti son match. Imaginons que le grand Saveljic soit absent à Istres… qui va le remplacer ? «Un détail » parmi tant d'autres. Pour aller à l'essentiel, l'OL n'a qu'à bien se tenir à Nîmes et l'affaire sera dans le sac, malgré les litres de sueur dépensées par les Provençaux. Il n'y a pas d'arrogance à annoncer les choses ! Claudio Cacapa et ses copains terminent en ce 23 octobre le triptyque des nouveaux venus au plus haut niveau de la hiérarchie française. Après un succès contre les Verts 3 à 2 ; une victoire face à Caen 4 à 0, il reste à terminer le boulot.



La force est en eux ; ce mélange africo-brésilo-français coaché brillamment par un chef breton, de plus en plus serein, avance à pas de géant vers d'autres horizons ensoleillés. La vie est belle à l'OL ; il y aura forcément un jour ou l'autre du gris dans le rose. Ils le savent ; ils le disent… cela permet d'éviter un éventuel coup de blues, de prendre « le melon », de faire attention et de continuer au final la route tracée, souhaitée par le président Jean-Michel Aulas. Et chose admirable, voire inimaginable il y a peu encore, les mentalités à l'égard des Olympiens sont en train de changer. Les télés veulent être désormais présentes dans l'aventure des Gones ; les écrits s'animent. Oui, la vie est vraiment encore plus belle lorsqu'on sent poindre l'amour.



Dans une ville célèbre pour ses rendez-vous tauromachiques, on connaît à priori qui fera le toréro et qui sera le taureau dans cette arène nîmoise d'emprunt ; on devine l'issue du combat… Il peut y avoir toutefois des coups de cornes, dangereux… fatals. « La bête » sera-t-elle brave et jusqu'où ? Savez vous qu'elle ne meurt pas toujours sous la lame de son « bourreau ». On vous l'accorde… c'est quand même plutôt rare. Les Lyonnais, en habits de lumière ou en bleu de chauffe, ont un match à jouer… Ils ne vendent pas la peau de « la bête » avant de l'avoir tué ! Ils ne sont pas repus de succès. « Sur un terrain, je n'ai qu'un objectif : gagner » Juninho, au pied droit maintes fois exécuteur des sentences entre quatre yeux, résume bien l'état d'esprit d'un groupe impressionnant... au point que l'on fait moins attention aux noms des 11 joueurs qui débutent.



R.B

Sur le même thème