feminines / Le coin des filles

J'ai la volonté de faire progresser le foot féminin

Publié le 24 novembre 2007 à 14:00 par MG

Mercredi soir dans une banlieue intimiste de Londres nommée Boreham Wood, devant une 10aine de supporters français et 300 anglais, les féminines ont gagné leur qualification pour les demi-finales de la Coupe d’Europe. Une rencontre historique pour le club olympien...

... rencontre à laquelle le président Jean-Michel Aulas a tenu à assister. Voici l’entretien qu’il nous a accordé après le match…

Les féminines se sont imposées 3-2 à l’issue d’un match à rebondissement, de très haut niveau. Président, comment avez-vous trouvé les deux équipes ?

C’est un match de passion. Un match gagné haut la main. C’étaient les pires conditions pour nos joueuses [déluge]. On jouait contre l’une des meilleures équipes d’Europe, le champion en titre, à domicile, sous un temps anglais, dans un petit stade qui favorisait les grands gabaries d’Arsenal. Vraiment, on a assisté de la part de nos joueuses à une démonstration de technicité, de qualité, mais aussi à une démonstration de valeur mentale.
Ce qu’ont fait les féminines ici à Arsenal est remarquable.
Il y a une fierté immense qui se dégage de cette victoire. Et d’aller en demi finale de Coupe d’Europe pour une première participation, c’est tout à fait formidable.

On a pu constater que dans les tribunes vous étiez aussi engagé que le match l’a été. Cela vous a changé d’un match des Pro ?

On peut se lâcher beaucoup plus. On est au stade premier du supporter de base, au fin fond de Londres, perdu dans les tribunes où il y avait 10 français. On peut être soi même, on oublie la fonction pour ne garder que cette émotion du supporter.
Nous étions un peu Badgones ce soir. C’était bien parce qu’il y avait cette proximité avec les filles.
Cet après-midi, nous sommes allés visiter la boutique d’Arsenal. J’ai réussi à trouver un poster de l’équipe féminine, ce que nous n’avons pas encore à Lyon. Je vais l’offrir à la capitaine de notre équipe. Ce sera une sorte de « scalpe » récupéré auprès d’Arsenal [sourire]. Pour tout vous dire, comme il faisait vraiment très froid, j’ai été obligé d’acheter un pull « made by Arsenal ». J’ai découpé l’étiquette, qui doit rester quelque part [il cherche sous son pull]. C’est un contre porte bonheur… le pull et l’écharpe d’Arsenal… Voilà regardez… Bien évidemment, si on n’avait pas gagné je ne l’aurai pas montré mais là ! Paul [Piémontaise, président de la section féminine], qui gère parfaitement cette équipe féminine m’a dit qu’il ne fallait pas être superstitieux, donc nous sommes complètement habillés d’Arsenal mais vainqueur d’Arsenal [sourire].

Une prochaine ligne de vêtements OL féminin en vue ?

Pourquoi pas [rire]. On a vu dans la boutique qu’il y avait des produits magnifiques. Certains les ont testés. La gamme de produits féminins est fantastique et ça donne des idées. Les anglais jouent bien au foot et ils ont aussi de très bonnes idées, donc il faut les suivre.

Revenons au match. Vous êtes allé féliciter les filles dans les vestiaires et vous leur avez annoncé une belle prime de 200 000 euros ? Ca représente quoi pour vous et pour le club ?

Il faut le voir comme un symbole d’une réussite exemplaire. Même si le championnat est semi professionnel en France, il faut que la Fédération se penche le plus vite possible sur le statut des féminines, qui est un statut hybride. Si on veut, comme chez les garçons, faire du haut niveau, le sport d’élite en France doit comporter une organisation et une finalité professionnelle. On a donc fait, avec Paul Piémontaise, ce qu’on doit faire quand on veut faire de l’élite, c'est-à-dire primer une très grande performance.
C’est un geste important à leurs yeux à elles, mais c’est un geste d’autant plus important qu’on veut montrer au football français qu’il y a des efforts à faire sur le plan du professionnalisme féminin. C’est plus qu’un combat . Faire progresser et avoir une vision de l’élite, généralement c’est prendre le risque de se faire critiquer. Et bien, nous avons la volonté de faire progresser le football lyonnais, et au travers de cela, le football français. D’une manière générale en Europe, les autres sont beaucoup plus avancés que nous.

Prochain match de féminines de l'OL : OL - Toulouse FC. Dimanche 15h. Plaine des jeux de Gerland. Diffusé en intégralité sur OLTV mercredi 28 novembre à 20h avec les commentaires de Maryline Genevrier et Cécile Locatelli.
[IMG42488#C]
Sur le même thème