masculins / OL - Vitoria

« J’ai travaillé dur pour en arriver là »

Publié le 03 octobre 2013 à 08:07 par SC

Nabil Fékir est l’une des révélations du début de saison lyonnaise. Ce joueur de 20 ans a de plus en plus l’occasion de montrer ce qu’il sait faire. La tête sur les épaules, il garde à l’esprit tout le chemin qu’il a parcouru.

Le parcours de Nabil Fékir n’a pas été un long fleuve tranquille…Pour celui qui a suivi sa préformation à l’OL, avant de passer par Saint-Priest et ne réintégrer le centre de formation qu’à l’âge de 18 ans, rien n’a été facile. Surtout à un âge où il est souvent très compliqué de percer dans le monde professionnel. « J’ai dû franchir plusieurs étapes, en passant par des petits clubs de la région lyonnaise. C’est sûr que ce n’est pas un parcours comme tout le monde. J’étais très motivé de jouer avec Saint-Priest, puisque c’était un retour à la source.»

Et depuis, le moins que l’on puisse dire, c’est que sa carrière a connu un grand coup d’accélérateur, à l’image de ceux qu’il affectionne réaliser sur un terrain. Il a en effet signé son premier contrat Pro avec l’OL en juin 2013. Conscient du chemin parcouru, il met en avant tous les efforts qu’il a dû fournir pour réaliser son rêve de gosse. « Je me suis battu et j’ai été récompensé. J’ai travaillé dur pour en arriver jusque-là. Je ne suis pas surpris de ce qui m’arrive. Dans la vie, on a ce que l’on mérite. J’ai beaucoup travaillé et c’est en train de payer. Je suis fier d’en être ici. »

Je me suis battu et j’ai été récompensé. J’ai travaillé dur pour en arriver jusque-là. Je ne suis pas surpris de ce qui m’arrive. Dans la vie, on a ce que l’on mérite. J’ai beaucoup travaillé et c’est en train de payer. Je suis fier d’en être ici.

« Ici », c’est son début de saison prometteur. Nabil a intégré le groupe Pro il y a quelques mois et ne l’a plus jamais quitté (excepté le 17 août 2013). « C’est nouveau tout ça pour moi. J’essaie de m’adapter aux exigences du niveau professionnel mais ce n’est pas tout le temps facile. Je tente de montrer le plus possible mes qualités à l’entraîneur. » Et, il a de plus en plus l’occasion de le faire puisque le natif de Lyon enchaîne les apparitions…six matchs joués, trois titularisations, dont une à Gerland, sa première dans ce stade si particulier pour lui. « J’avais un peu de pression. C’était particulier pour moi de jouer à Gerland. Mes coéquipiers m’ont fait confiance, ce qui m’a permis d’évacuer toute la pression. La présence de ma famille dans les tribunes m’a beaucoup aidé. »

Le gaucher virevoltant, qui se décrit comme un joueur « technique, de vitesse, de percussion »,  reste lucide sur ses premières performances. Il les juge en demi-teinte. « Je suis plutôt satisfait. Mais, je sais que je peux mieux faire et je dois mieux faire. Je n’ai pas fait de superbes matchs. Le match contre Rennes et mon entrée à la Real Sociedad ont été plutôt réussis… Je dois m’améliorer dans tous les domaines, mais c’est surtout défensivement que je dois progresser.»

Et quand on lui parle de la sélection algérienne, Nabil Fékir reste les pieds sur terre. Il trouve cela prématuré. « Non, je n’y pense pas trop. Je reste concentré à 100% sur le club, sur l’OL, et puis petit à petit ça viendra. » Il souhaite avant tout continuer son petit bonhomme de chemin pour, pourquoi pas, se rapprocher de ces joueurs qu’il apprécie. « Ben Arfa, Hazard…parce qu’ils ont cette facilité à dribbler et à éliminer. Mais, je n’ai pas d’idole…»

Humble, la tête bien accrochée sur les épaules, le milieu de terrain lyonnais reste en dehors des terrains un jeune comme les autres. « J’aime bien aller au cinéma, regarder la télévision, jouer aux jeux vidéo…comme la plupart des jeunes de mon âge. » Bref, un garçon simple qui sait d’où il vient et qui sait où il va…


Voir aussi

Sur le même thème