masculins

Jan Vennegoor of Hesselink

Publié le 04 avril 2005 à 08:37

L'attaquant du PSV Eindhoven se méfie du résultat au match aller

Jan Vennegoor of Hesselink : “On n'a absolument pas encore gagné”



Ce sont des heures supplémentaires pour les joueurs du PSV Eindhoven: Compétition, Coupe et Ligue des Champions, les matches se suivent tous les trois jours. Pas de problème pour l'attaquant robuste du Rouge et Blanc, Jan Vennegoor of Hesselink (26 ans ). L'international avec le nom imprononçable en français a pris le temps de répondre en exclusif aux questions d'OLWEB.fr.



Jan, le jour J arrive. Que sens-tu au moment de l'hymne européen mercredi-soir vers 20h43 ?

« Cela me donne vraiment des frissons. C'est superbe qu'on est arrivé aux quarts de finale. De plus, on vient d'obtenir un bon score à Lyon. »



Est-ce que tu es nerveux pour une affiche si importante ?

« Mwoah, c'est plutôt une tension saine et positive. Les dernières semaines on a joué pas mal de matches importants. Dans un programme si chargé, on s'adapte vite à gérer un peu cette tension. Franchement, on en a besoin pour arriver à des prestations encore meilleures. »



Ce match nul au Stade Gerland, te donne de la confiance ?

« Le résultat était bon. Oui, un score de 1-1 en France n'est pas mauvais, quoi ! Mais je dois être réaliste et reconnaître que l'OL est une très bonne équipe. Les joueurs montrent un bon jeu. Même que les statistiques nous sont favorables, on n'a absolument pas encore gagné ! Ce sera très difficile pour nous. Quand on réussit à jouer en pleine concentration et avec un peu de chance, on pourrait nous qualifier. C'est déjà super qu'on a continué notre parcours jusqu'à ici. Comme on a maintenant goûté à ce succès, on a terriblement envie de continuer ce chemin. Imaginez-vous la demi-finale !»



« Ce sera très difficile pour nous »



Dans ce cas-là le PSV affrontera probablement le Milan AC. Une motivation de plus ?

« Cela m'est vachement égal. On est en démi-finale de la Champions League. Peu importe qui sera l'adversaire, c'est déjà un exploit. Á part de la Coupe du monde et l'EURO, La Ligue des Champions est le plus beau tournoi au monde pour un joueur. Personne ne doit se motiver pour une demi-finale ! L'entraîneur n'a pas besoin de organiser énormément des séances car on est déjà à 100% motivé. On sait ce qu'on attend de nous. »



Revenons sur terre, que sais-tu de la force d'Olympique Lyonnais ?

« Bien sûr, on reçoit aussi des informations comment notre adversaire va développer son jeu. J'ai déjà mes propres indications car on les a tenu tête chez eux. Je connais leurs points forts et faibles. »



Étais-tu étonné par l'OL ?

« Non, je sais déjà que c'est une équipe de haut niveau. On a vraiment souffert durant quelques périodes du match de la semaine dernière. Je n'ai pas honte à l'avouer. Je suis toujours d'opinion que c'est inadmissible quand on se donne peu ou pas. Quand un adversaire nous vainc et on ne peut rien nous reprocher, je peux le supporter. L'Olympique dispose d'excellents joueurs. On va essayer de les battre. »



Á quel scénario tu t'attends à Eindhoven?

« Un 0-0 nous suffit. Le fait qu'on joue devant notre public nous stimulera sans aucun doute. Une telle ambiance donne des impulsions extra. Mais Lyon est un maître dans la récupération. Ils attendent et puis après la récupération du ballon, ils se trouvent en quelque pas devant notre but. On doit être extrêmement prudent ! Peut-être sont-ils un peu plus fatigué à cause du voyage. Il faut qu'on en profite. »



« On va essayer de les battre »



Avant le match à Monaco, l'Équipe t'a consacré un article. « Après Van Nistelrooy et Kezman, c'est VOH qui veut écrire de l' histoire pour le PSV»

« Cela me fait du bien. C'est toujours un plaisir quand un journal français écrit de tels mots. Puis, que je marquais un but contre Monaco, était très beau. Ce qui compte, c'est qu'on avance comme équipe. Personnellement, ce qui marque enfin le but ne m'importe pas. Je suis hyper content quand le club réussit un bon résultat. »



Que penses-tu quand je te dis que le PSV est en train d'écrire une nouvelle page dans son histoire. Voyez : le FC Porto a gagné en 1987, le PSV en 1988. Porto gagne en 2004…De plus PSV a fait match nul contre les champions de France. Au Parc Lescure, Bordeaux était mieux mais le PSV a accroché un solide 1-1 et a réalisé un 0-0 aux Pays-Bas….

« Si cela serait vrai…C'est bien un très beau scénario ce que tu me dis. Consultes-toi encore une fois ton bol magique svp ! Si je peux en faire confiance : trop beau ! On fera de notre mieux de réaliser ce parcours. On va lutter pour chaque mètre carré. Si on perd et on a bien joué et lutté, tant pis. Mais franchement, je suis convaincu que l'OL a été un peu effrayé par le match nul. Maintenant, ils doivent marquer. C'est sûr. Par contre, cela se passe aussi souvent qu'on laisse trembler les filets nous-mêmes. La demi finale sera super. Peu importe qui marque, l'important c'est qu'on passe le tour. »