masculins / OL - SC Bastia

« Je me dis que je vais avoir ma chance »

Publié le 23 septembre 2015 à 11:49 par R.B

Depuis sa reprise, le jeune Maxwel Cornet a été systématiquement sur le banc... Peu de temps de jeu cependant pour celui qui est arrivé en janvier dernier du FC Metz... L’attaquant parle de patience et de confiance en lui...

Le 27 septembre prochain, Maxwel aura 19 ans. Le 25 janvier dernier il découvrait la L1 contre le FC Metz, son ancien club avec qui il avait connu le National à 16 ans, puis la  L2 et la mise à l’écart.
« Cela m’a évidemment marqué de débuter face au FC Metz. J’avais même eu des occasions de marquer… ». L’Ivoirien de naissance a rapidement franchi les paliers. Comment parlerait-il de lui ? « Je suis gaucher mais je peux jouer des deux pieds. Avec le travail, cela ne me pose pas de problèmes. A l’entrainement, je me donnais des thèmes pour m’améliorer. Du coup quand je joue, je n’ai pas à réfléchir… ». Et de poursuivre : « mon poste de prédilection, c’est celui d’avant-centre même si en sélection je joue sur un côté. Quand tu évolues dans l’axe, tu as plus de possibilités de marquer… ». Buteur ? «Oui. Et quand je ne marque pas, je ne suis pas content. Chez les jeunes, j’ai  marqué pas mal. Quand tu joues avec la confiance, cela va tout seul… ».

Les jeunes, le National, la L2 et désormais l’OL. « Depuis que je suis à l’OL, j’ai appris le relâchement, à être plus lucide devant le but. Est-ce-que le niveau m’a surpris ? La qualité technique, c’est vraiment au-dessus. Après physiquement, je n’ai pas été trop surpris… ». Une seule titularisation en L1 depuis janvier dernier, c’était à Lorient. Trois ou quatre occasions de but entre le FC Metz et l’OGCN. 9 apparitions au total au plus haut niveau dont 59 minutes cette saison. Le banc ? « Même si tout footballeur aspire à jouer, à choisir, je préfère être sur le banc en L1 que de jouer au niveau en-dessous. Tu apprends… ». Une première saison lyonnaise où il aurait aimé remporter la Gambardella. « On perd en finale… Moi, je revenais de blessure et pendant cette finale, je me suis fait une déchirure aux adducteurs… Ces six premiers mois m’ont aussi permis de connaitre les partenaires ».

A 19 ans, il pourrait y avoir une forme d’impatience, d’amertume. « Je sais que j’ai la confiance du staff. Je suis effectivement patient et je respecte les choix du coach. On va avoir besoin de tout le monde avec tous les matches qu’il y a à jouer. Je me dis que je vais avoir ma chance. Je bosse à l’entraînement. Et quand on fera appel à moi, je dois être prêt… » Et se servir de sa vitesse : «j’ai toujours été rapide. Après j’ai progressé avec la musculation… ». Pour le début de saison de l’équipe, il est positif. « On n’a perdu qu’un match de championnat. Tout n’est pas à jeter, même si  avec l’arrivée des nouveaux joueurs, on a  manqué de l’homogénéité.  C’est correct… »

Maxwel parle d’Alex (Lacazette) et de Nabil (Fekir) comme modèles à suivre et d’Hazard : « c’est un dribbleur, un buteur… ». Né à Bregbo, Côte d’Ivoire, il a grandi en France. «Pour moi, c’est un avantage. La France m’a fait réaliser mon rêve de devenir footballeur professionnel. Il y a plus de possibilités en Europe qu’en Afrique ».

Et en cette période de cadences infernales, le jeune Maxwel sait faire la part des choses. « D’ordinaire, j’aime bien profiter de mes amis, m’amuser… mais en ce moment priorité à la récupération ».

Sur le même thème