masculins / OL - TFC

« Je m’éclate à Toulouse »

Publié le 04 décembre 2013 à 21:00 par SC

Prêté par le PSG, son club de toujours, il profite de sa nouvelle expérience au TFC, malgré les résultats en dent de scie, en retrouvant du temps de jeu et du plaisir à son poste. Avec ambition, Clément Chantôme se déplace à Lyon…un club qui lui évoque forcément des choses.

Quel bilan fais-tu du début de saison du TFC ? Quelles sont les ambitions ?
Pour l’instant, c’est un bilan mitigé. Puisqu’on était très mal parti avec les cinq premiers matchs sans victoire. Puis, on a fait deux meilleurs mois, avant de connaître une nouvelle période difficile. Donc, pour le moment c’est forcément moyen par rapport aux qualités que l’on a pu montrer sur certaines rencontres. L’ambition du TFC est de faire toujours mieux que la saison passée. On avait fini 10ème du classement la saison passée, donc l’objectif est d’être dans la première partie de tableau à la fin du championnat.

Qu’est ce qui a changé depuis votre début de saison raté ?
On a eu un début de saison difficile pour différentes raisons. On a eu beaucoup d’arrivées tardives. Il y a fallu du temps pour que tous les nouveaux joueurs s’intègrent et s’adaptent. Il y a fallu aussi rattraper notre retard en termes de condition physique. On a du assimiler un système tactique particulier. Et puis, on a eu un calendrier pas du tout évident. Après cette période difficile, on s’est bien repris avec une belle victoire contre Sochaux qui nous a fait du bien.

On a un peu le même problème que Lyon. Il nous faut beaucoup plus de constance dans les résultats. Certaines fois, on a fait des bons matchs mais on a perdu. Il nous a manqué l’efficacité mais aussi de la réussite sur certaines rencontres.

Vous alternez entre de bons résultats et des moins bons, comment l’expliquer ? Qu’est-ce qui vous manque pour passer dans la première partie de tableau ?
On a un peu le même problème que Lyon. Il nous faut beaucoup plus de constance dans les résultats. Certaines fois, on a fait des bons matchs mais on a perdu. Il nous a manqué l’efficacité mais aussi de la réussite sur certaines rencontres. La gifle contre Rennes nous a fait beaucoup de mal dans les têtes. On avait fait un non-match, avec beaucoup d’erreurs.

A quel poste tu te sens le mieux ? Milieu relayeur ou milieu offensif axial ?
Mon poste de prédilection est milieu relayeur. J’ai joué un peu partout dans ma carrière dans l’axe ou sur les côtés. J’aime bien défendre et aller très vite de l’avant. Je préfère jouer dans l’axe que sur les côtés.

Quel regard portes-tu sur l’OL version 2013-2014 ?
Ce n’est pas évident de les juger. Les Lyonnais ont fait un bon début de championnat, mais après ils ont eu beaucoup de blessés. L’entraîneur a dû aller chercher des jeunes inexpérimentés. Et, puis il y a la Coupe d’Europe qui prend beaucoup d’énergie. L’OL est dans une phase de transition, après sa très grande époque. Mais, c’est une équipe agréable à voir jouer avec des qualités et qui essaie de faire le spectacle.

Les deux équipes sont ex aequo sur le plan comptable, est-ce que vous abordez ce match comme une confrontation face à un concurrent direct ou comme un match contre une bonne écurie qui jouera sûrement le haut de tableau ?
D’un point de vue personnel, l’OL se doit d’être un club du haut de tableau. On va aller là-bas pour faire quelque chose, pour faire un résultat. On sait que ce sera un match difficile. On va tout faire pour ramener les trois points, qui nous feraient beaucoup de bien et qui nous permettraient de grappiller quelques places au classement.



As-tu des souvenirs particuliers de vos matchs contre l’OL ? Finale de Coupe France perdue en 2008, un Trophée des Champions perdu en 2006, un titre à Gerland…
Oui, les deux finales perdues sont forcément des mauvais souvenirs. En plus, la finale du Trophée des Champions c’était mon premier match en professionnel, donc ça marque encore un peu plus. Pour la finale de Coupe de France de 2008, on venait d’assurer notre maintien dans une saison très compliquée. On avait fait un gros match face à l’OL, mais Govou avait marqué dans les prolongations…Mais, j’ai aussi un bon souvenir contre l’OL. L’année dernière, avec le titre que je remporte avec le PSG sur la pelouse de Gerland. C’est toujours un plaisir de jouer dans ce stade, où il y a une très belle ambiance.

Tu as gagné le titre avec ton club formateur, qu’est-ce que cela représente ?
C’est comme dans un rêve. C’est quelque chose d’exceptionnel. Je ne pouvais pas espérer mieux, que de gagner le titre avec le club où je joue depuis l’âge de 12 ans.

Tu as largement contribué à ce titre avec beaucoup de matchs joués, pourquoi être parti ?
J’avais l’impression d’avoir fait le tour avec le PSG. J’ai passé 15 années là-bas. Je voulais tenter une nouvelle aventure et connaître autre chose. Je jouais beaucoup moins et quand je jouais, c’était le plus souvent sur le côté. Je souhaitais retrouver du plaisir et du temps de jeu, dans le poste où je préfère jouer. J’avais dit à mes dirigeants que je souhaitais partir.

Tu es lié au PSG jusqu’en 2015, as-tu toujours l’objectif de t’y imposer ?
Je ne pense pas à ça. Mais c’est vrai que de s’imposer à Paris actuellement, ce serait quelque chose de fort. Le plus important pour moi est que je prends beaucoup de plaisir et que je m’éclate à Toulouse, en enchaînant les matchs dans un bon club.

Pourquoi avoir choisi Toulouse ? L’OL te suivait aussi, pourquoi cela ne s’est pas fait ?
L’entraîneur Alain Casanova m’a appelé plusieurs fois, tout comme le Président du TFC. Il a été très convaincant. Et Paris ne voulais pas que j’aille dans un club du haut de tableau. Le PSG s’est donc mis d’accord avec Toulouse pour un prêt, sans option d’achat, cette saison. Avec l’OL, ce ne s’est pas fait pour les mêmes raisons. Paris a refusé que je signe chez un concurrent et que je renforce un adversaire direct.

Quand on a une sélection en Equipe de France (en octobre 2012 contre le Japon) et que le Mondial approche, on se dit qu’on n’est pas loin du niveau requis ou au contraire qu’on a laissé passer sa chance ?
Je ne peux pas vraiment répondre. Ce qui est sûr, c’est que j’essaie de tout faire pour y retourner. Après, ce n’est pas à moi d’en juger. Mais, c’est sûr que jouer une Coupe du Monde au Brésil avec l’équipe de France serait quelque chose d’exceptionnel.  

Sur le même thème