masculins / OL - AJA

« Je ne m’y attendais pas… J’en profite… »

Publié le 07 avril 2012 à 10:02 par R.B

Samuel Umtiti a fait une entrée remarquée dans le monde des pros… Regards variés et lucides sur ses trois premiers mois au plus haut niveau…

Depuis le début du mois de janvier, la carrière footballistique de « Sam » s’est sacrément accélérée en raison notamment des blessures de Cris, Lovren et de l’absence de B. Koné parti à la CAN. L’occasion de montrer un potentiel que ses différents entraineurs avaient évidemment décelé au fil de sa formation. Et ce défenseur de 18 ans sent déjà la différence après ses 13 matchs en pros dont 12 comme titulaire. « J’ai progressé. Je suis plus concentré sur le terrain et avant les matchs. Je suis plus agressif, plus serein dans les matchs. Je parle aussi. Le coach me le demande avec le poste que j’occupe. Je le faisais dans les équipes de jeunes. C’est naturel. Quant à savoir si une hiérarchie existe désormais en défense centrale, je n’y pense pas. Je travaille aux entrainements. Je fais de mon mieux en match. Je ne réfléchis pas trop. Le coach fait ses choix ».

Treize matchs dans trois compétitions différentes, mais pas en Ligue des Champions. Déçu ? « Je suis encore jeune. Du banc ou de la tribune, cela m’a permis de voir ce que c’était le très haut niveau ». Pour le reste, il n’hésite pas à ressortir ce qu’il a fait de bien et de moins bien. «J’ai été content de mon match face au PSG au Parc. J’ai répondu présent même si cela a été compliqué. Là, j’ai réalisé que j’avais fait des progrès. En revanche, contre Caen et à Marseille, je ne me suis pas trouvé très bon. Je fais mon analyse à la fin de chaque rencontre. Cela t’aide à progresser ». A Marseille, justement, où il affronté un solide gaillard qui l’a marqué. « Brandao, c’est l’attaquant à ce jour qui m’a le plus impressionné J’ai eu du mal avec lui. Je n’étais pas habitué à jouer contre un tel physique… ». « Sam » qui ne regarde pas spécialement le jeu de ses futurs adversaires directs – on les a souvent vus- mais qui est un assidu des matchs à la télé et qui revoit tous ses matchs –une façon de voir ses erreurs-.

Je prends chaque match comme un bonus. Je ne m’attendais pas si vite  à ce qui m’arrive. J’en profite. Il reste pas mal de gros matchs à disputer. Chaque match est décisif. Il faut tous les gagner. Il faut se mettre ça à l’esprit

Avec les blessures, les suspensions, il a déjà eu l’occasion de jouer avec trois partenaires différents dans l’axe centrale sans que cela le contrarie. « C’est différent, mais on se parle avant chaque début de match pour savoir s’il faut plus couvrir, plus jouer le hors-jeu. Je ne pense pas que cela change fondamentalement mon jeu ».

Le terrain et les coulisses pour de natif de Yaoundé qui a signé son premier contrat pro vendredi 31 mars. Avec le rythme d’enfer, a-t-il eu le temps de fêter ce moment particulier ? « J’ai arrosé cela avec ma famille. Mais pour le fêter vraiment, j’attends la fin de saison. Je suis du genre sage mais je sais m’amuser. J’aime rigoler, « déconner ». Quand il le faut, je suis là. Dans les équipes de jeunes, je mettais l’ambiance… ».

Après avoir joué 9 matchs de rang en tant que titulaire, il est retourné sur le banc avant de revenir sur le devant de la scène depuis la blessure de Cris à St-Etienne. Pas question de se prendre la tête pour autant. « Je prends chaque match comme un bonus. Je ne m’attendais pas si vite  à ce qui m’arrive. J’en profite. Il reste pas mal de gros matchs à disputer. Chaque match est décisif. Il faut tous les gagner. Il faut se mettre ça à l’esprit ».



A 18 ans et avec de tels débuts, il pourrait aussi se projeter plus loin, plus haut en sachant qu’il y a déjà une belle concurrence à son poste parmi les jeunes. « C’est vrai, il y a de bons jeunes français à mon poste, mais je ne me préoccupa pas de cela. J’essaie de bien jouer et je reste concentré. Après Varane est impressionnant avec le Real Madrid. Isimat, le Valenciennois, c’est pas mal… »

« Sam », plus tout à fait un gamin dans le monde des adultes. Un joueur qui n’a jamais eu de modèle en crampons. Un gars foot, foot, foot en termes de sport comme il le dit lui-même. « Oui, je suis foot, foot, foot. J’ai un peu joué au basket, mon frère en faisait. A la télé je peux regarder du hand, du tennis… ».
« Sam », la relève de l’OL déjà présente à plein temps ou presque depuis début janvier. Sa réussite est aussi celle du club olympien.

Sur le même thème