masculins / OL - ASSE

« Je suis content de faire partie de l’histoire de l’OL »

Publié le 26 avril 2013 à 17:05 par SC

Edmilson était de retour dans les locaux de l’Olympique lyonnais pour une interview…Toujours aussi souriant, le défenseur brésilien est revenu sur son passage à l’OL...

Edmilson était de retour dans les locaux de l’Olympique lyonnais pour une interview…Toujours aussi souriant, le défenseur brésilien est revenu sur son passage à l’OL, sur les personnes qu’il y a rencontré, sur le derby, sur le reste de sa carrière, sur sa fondation ou encore sur sa vie actuelle…

Lyonnais de 2000 à 2004, Edmilson a laissé de très bons souvenirs au club, aussi bien sur le plan sportif que sur le plan humain. L’OL a été son premier club en Europe, « un club toujours respecté et grand au Brésil…où j’ai beaucoup appris en tant que footballeur ».  Son premier match avec ses nouveaux coéquipiers, quoi de mieux que de le disputer contre…Saint-Etienne : « J’ai disputé mon premier match pour le derby alors que je venais d’arriver. C’était difficile mais j’étais déjà préparé pour jouer ce match important car il y a beaucoup de derbies au Brésil ».

A son arrivée, il a pu compter sur Sonny Anderson, son compatriote : « c’était la personne la plus importante. C’est lui qui m’a appris le français, qui faisait la traduction ». Pour lui, l’OL n’a pas été seulement une histoire sportive : « J’y ai rencontré des amis, et cela ça vaut plus que des contrôles ratés, ironise-t-il ». Il a gardé quelques contacts avec ses anciens coéquipiers, « je parle souvent avec Juninho, Claudio Caçapa…Quand je viens en France je parle aussi avec Sonny mais ça fait longtemps ».

Edmilson a rappelé qu’il avait « tout donné pour l’OL…que tous les moments que j’ai passé ici je voulais faire grandir le club ». Concernant la forme actuelle de son ancienne équipe, le défenseur brésilien ne se fait guère de soucis, « je pense que l’OL va revenir fort, avec pour base les jeunes ». Il s’est montré fier et « content de faire partie de l’histoire de l’OL ».

Il faut être aussi un grand Monsieur hors du terrain

 Ses capacités techniques hors-normes pour un défenseur central, nous gratifiant de longues transversales, de coups du foulard ou encore de crochets, qui étaient parfois dangereux, mais « c’était ma façon de jouer ». Il regrette qu’il y ait « moins de défenseurs qui prennent des risques ».

Il a aussi évoqué sa nouvelle vie, d’ex-footballeur, « un métier qu’il a arrêté fin 2011 ». Edmilson « ne sait pas trop ce qu’il va faire » les années prochaines « mais toujours dans le foot car c’est ma vie », avec l’idée de devenir entraîneur qui lui trotte dans la tête, « Entraîneur au Brésil, c’est dur, ça dépend beaucoup des résultats et ça va beaucoup plus vite ». Peu importe, pour le moment il s’occupe de sa fondation pour laquelle « il travaille depuis 7 ans, pour s’occuper des enfants, de 6 à 14 ans, et leur donner de l’éducation ». Il souhaite se mettre avant tout au service des autres, « il y ‘a beaucoup de gens qui en ont besoin… il faut être aussi un grand Monsieur hors du terrain ».