Site officiel de
L'Olympique Lyonnais

masculins / OL - FCGB J-2

« Je suis heureux d’être pleinement footballeur »

Publié le 28 septembre 2012 à 18:00 par R.B

Avec le départ d’Hugo Lloris, Rémy Vercoutre a changé de statut… Avant d’affronter Bordeaux, il parle de sa nouvelle vie… de son comportement sur le terrain… de la concurrence avec Anthony Lopes… et évidemment du match à venir…

Rémy n’est plus le gardien remplaçant de l’OL. Passé de l’ombre à la lumière en quelques semaines, il découvre un autre univers. « Oui, je découvre sur la durée ce que j’avais entrevu ponctuellement. Du coup, je suis plus tranquille pour aborder les matchs… Et puis maintenant, je sais pourquoi je bosse toute la semaine. » Si vous pensez qu’il y a un sentiment de revanche, d’aboutissement, de doute… vous avez tout faux. « Je suis juste heureux de faire mon métier pleinement. Je suis pleinement footballeur. Il n’y a aucun autre sentiment… »

On le titille en lui parlant des doutes, des interrogations qu’il  pourrait susciter sur ses capacités à tenir ce poste, il ne s’en offusque pas. « Il y en a ou il y en a eu sur chaque joueur. Déjà à l’OL quand Hugo a remplacé « Greg ». A la limite je comprends que cela existe. Mais je n’en tiens pas compte car cela pourrait me faire déjouer en voulant trop prouver. Je fais ce que je sais faire ». Et pour faire ce qu’il sait faire en étant titulaire, il aborde différemment ses entraînements au point qu’on lui a demandé d’en faire moins.

Le banc, c’est la frustration. Tu subis les événements. Acteur, tu peux influer sur le match.

  Du banc au terrain, le bonhomme n’a plus la même façon de s’exprimer. « Et je ne me force pas. Le banc, c’est la frustration. Tu subis les événements. Acteur, tu peux influer sur le match. Oui, en jouant je suis naturellement plus calme. Il faut que je reste concentré, que je sois rassurant pour mes partenaires. Mon comportement est différent parce que le contexte est  différent ».  Est-il méchant, fou, génère-t-il  de la peur ? « Je ne suis pas méchant. Je suis agressif dans mon jeu ; le gardien doit l’être. Cette agressivité, on peut l’assimiler à de la rage pour tenir tête à ses adversaires. Imagine, ils sont 10 en face et même 11 avec ces gardiens qui montent ! Fou, en revanche, oui. J’ai une case en moins sur un terrain et en dehors et je l’assume. Et on ne peut pas me changer. Je me suis  fait un peu tout seul en partant de chez moi à 10 ans. Et puis, j’ai joué à Montpellier où on aime bien les barjots. La peur que j’inspire ? Peut-être chez  des jeunes… C’est vrai que certains anciens adversaires devenus partenaires m’en ont parlé et sont ensuite surpris de me voir au quotidien ».

La venue des Girondins de Bordeaux était aussi l’occasion de parler du temps où il était le remplaçant qui dépannait plus ou moins longtemps. Alors ce fameux match du 24 janvier 2007 face à Bordeaux à Gerland avec un succès des Marines 2 à 1 et cette sortie musclée sur Darcheville dans la surface de réparation qui entraînera un penalty tout en occasionnant une fracure du péroné de l’attaquant guyanais.  « Elle était mal maitrisée parce que justement je voulais trop prouver à cette époque. Le temps a passé. Je vois mon métier différemment. J’ai plus d’expérience et j’ai pris de l’âge…». Et d’enchaîner sur ces matchs face aux Girondins. « Ce sont toujours des confrontations compliquées. Bordeaux  est depuis longtemps un des rivaux du club en raison du palmarès, de l’aura… Cette équipe arrive toujours à faire de bons matchs contre nous. La saison dernière, les Girondins ont fait une superbe seconde partie de championnat et ils sont dans le même ton depuis le mois d’août. Ce sera une belle opposition entre deux équipes au parcours assez similaire. Il faudra que l’OL se surpasse. Carrasso ? Je ne le connais pas, mais c’est un très bon gardien, un bon mec d’après ce que je sais ».



Lui qui a toujours été remplaçant  à l’OL sans espoir de détrôner  « Greg » et Hugo comment voit-il la concurrence avec Anthony Lopes  et estime-t-il qu’il y a la même différence avec lui qu’avec les deux phénomènes ? « Je ne le vis pas ainsi car j’ai trop longtemps été de l’autre côté de la barrière. « Antho », c’est un petit mec doué. Oui la concurrence existe et on s’en rendra compte très vite. Cela me booste d’avoir quelqu’un qui me mord les mollets. Mais j’espère qu’il ne mordra pas trop… J’ai envie d’en profiter ».   En profiter pour faire des partitions de haute volée comme à Lille où il considère  qu’il a effectué son plus bel arrêt depuis qu’il est titulaire, en sortant la tentative acrobatique de Payet.

Source : La Tribune OL

Participez au tournoi de poker de l’OL sur PokerStars ce soir à 21h :
places VIP et maillots dédicacés offerts ! Cliquez ici !

Sur le même thème