masculins / OL - Troyes

« Je suis toujours debout... »

Publié le 09 janvier 2016 à 10:00 par R.B

Clément Grenier a fait son retour sur les pelouses le 27 novembre dernier après quasiment 16 mois sans jouer... Il revient avec encore plus d’ambitions... et a déjà montré ce qu’il pouvait apporter à ce collectif olympien qu’il juge capable de faire beaucoup mieux que ce qu’il a montré...

375 minutes en 2014-2015. 397 depuis le début de cette saison. Une misère par rapport à ses trois précédents exercices lyonnais ! Une pubalgie à rallonge... une rupture totale du quadriceps de la jambe gauche expliquent cette longue traversée du désert. Le 27 novembre dernier face au MHSC, il est enfin réapparu sous le maillot olympien. Et depuis, il a enchainé et déjà montré du mieux au fil de ses prestations. Le 7 janvier, Clément a eu 25 ans. Il a disputé 130 matches avec l’OL (17 buts dont 6 coups francs et 22 passes décisives) ; il compte 5 sélections.

Clément, que faut-il te souhaiter pour cette nouvelle année ?
« D’abord d’être tranquille au niveau santé. Je souhaite aussi la même chose à mes proches ; Après, que tout aille bien sportivement en retrouvant toutes mes sensations sans appréhension pour effectuer une 2ème belle partie de saison avec l’OL et réintégrer le plus rapidement possible l’équipe de France ».

L’équipe de France est déjà dans ta tête?
« Forcément que j’y pense. J’y pense tous les jours. Cela me motive. C’est un réel objectif. J’ai quitté la sélection juste avant la Coupe du Monde, à 4 jours de s’envoler pour le Brésil. Cela a été le début de mes grosses blessures. Je me bats tous les jours à l’entraînement, puis en matches avec l’OL  pour la retrouver.  Surtout qu’il y a un Euro en France. Je n’ai pas envie de louper une 2ème grande compétition. Je veux donc mettre le doute au sélectionneur ».

J’ai envie de tout donner, de profiter. Je reviens avec de la fraîcheur, des objectifs et encore plus d’ambitions que par le passé

Revenons à tes blessures. Quel regard portes-tu sur celles-ci ?
« Cela fait partie de la vie d’un sportif de haut niveau. Mais ce qui m’a fait le plus de mal, c’est d’entendre, de lire des bêtises sur ce sujet. Et j’ai eu encore plus de mal en sachant que cela affectait mes proches. Je suis un être humain qui a reçu une bonne éducation qui vit sa vie comme il l’entend. Mais je n’accepte pas les bêtises, les rumeurs. Ces blessures, que je sache, je ne les ai pas demandées ! Je les ai subies.  J’avais avant un fort caractère, un gros mental. C’est encore plus solide désormais. Cela m’a fait grandir. Je reviens sans esprit de revanche. J’ai encaissé. Je suis toujours debout et je veux montrer que je vais le rester sur le long terme ».

Est-ce-que tu as de l’appréhension ?
« Au début, tu as une crainte comme à chaque reprise et c’est normal. Maintenant, c’est oublié. Je me sens déjà très bien physiquement. Je me suis bien préparé avant et pendant la trêve. Je suis prêt à enchaîner les matches et à être performant ».

Comment vois-tu ton rôle dans ce collectif lyonnais ?
« Je veux être d’abord utile à l’équipe en étant ou non décisif personnellement. Je veux être cohérent par ce que je fais. Les statistiques ? Je ne suis pas obnubilé par les buts, les passes décisives en sachant que si l’on est généreux sur un terrain, on est récompensé. J’essaie de jouer avec mes qualités. On me reproche parfois d’être trop altruiste, pas assez égoïste. Mais je préfère être ainsi. C’est dans mon caractère. J’aime faire des efforts pour l’équipe. Je suis plus un joueur de relais, de passes même si je suis aussi capable d’éliminer un adversaire. Le système de jeu ? Je suis capable de m’adapter. Je pense cependant que je suis plus performant dans un rôle de relayeur. Peu importe le système, c’est l’animation qui compte. Ma formation m’a permis d’être polyvalent ».

Un comportement de patron ?
« C’est difficile de répondre à cette question. Disons que je n’aime pas passer pour un con sur un terrain, que je n’aime pas perdre, ne pas être bon... Cela rejaillit peut-être sur mon attitude. Je mesure le bonheur de pouvoir jouer surtout quand tu as été absent aussi longtemps. J’ai envie de tout donner, de profiter. Je reviens avec de la fraîcheur, des objectifs et encore plus d’ambitions que par le passé ».

Quel est ton regard sur la première partie de saison de l’OL ?
« Cela a été une période difficile par manque de communication, d’efforts... par un manque de tout. C’est donc un bilan très moyen. On est à notre place. Aujourd’hui, on a envie de remonter la pente en nous appuyant sur nos fondamentaux. Si on veut viser le podium, il est indispensable d’élever notre niveau de jeu. Et j’ai confiance car on a un réel potentiel. »

L’entrée dans le nouveau stade ?
« Il faut tourner la page Gerland même s’il y a de la peine pour tout ce que ce stade a représenté pour le club. Le foot, le club évoluent. C’est donc un moment important. On a patienté. La page est vierge. A nous de la remplir, d’assumer les responsabilités qu’exigent ce nouveau stade. Il va falloir s’adapter pour être très rapidement performant afin de faire notamment une très belle seconde partie de saison. Cela commence bien sûr par ce match face à Troyes ».

Sur le même thème