masculins / Tignes 2009

Jean-Alain Boumsong : « La clé de la réussite, c’est l’unité »

Publié le 04 juillet 2009 à 10:00 par BV

Cela faisait un mois que Jean-Alain Bousmong n’avait plus touché un ballon de football. Hier, avant de dîner, le défenseur lyonnais a évoqué le stage à Tignes, l’équipe de France, ses ambitions pour la saison à venir, mais également Karim Benzema.

Êtes-vous content d’avoir repris l’entraînement ?
Cela fait du bien de retrouver le terrain. J’ai passé des vacances courtes mais bien remplies entre le Cameroun, Paris, Punta-Cana, New-York. C’était sympa, j’ai complètement coupé avec le football. Je n’étais au courant d’aucun transfert à part ceux de Kaka et Ronaldo. Cette prise de distance, je me l’impose mais elle vient également naturellement : il n’y a pas que le foot dans la vie. Je me l’impose pour avoir une rupture complète et être heureux ensuite de retrouver le groupe.

Vous n’avez jamais fait le stage de Tignes avec l’OL …
Avec l’OL pas encore mais je l’ai déjà fait deux fois avec l’équipe de France en 2006 et 2008. Robert (Duverne, ancien préparateur physique de l’OL et préparateur physique de l’équipe de France) n’est plus là mais il y aura des similitudes avec ce que j’ai connu. La différence réside dans le fait qu’avec l’équipe de France, généralement, il se déroule en fin de saison alors qu’on prépare un tournoi tandis qu’avec l’OL, il se situe juste après les vacances. En club, il y a également un peu plus de convivialité.

[IMG43558#R]Quel est selon vous l’objectif d’un tel stage ?
Déjà, de se couper de l’environnement quotidien. Travailler en altitude a également de bonnes vertus, la raréfaction de l’oxygène nous permettra d’être plus à l’aise lorsqu’on sera au niveau de la mer. Il faut aussi entretenir son physique, sinon on le perd. Avec les vacances, on a perdu le rythme, il faut le retrouver et cela passe par du foncier. Cela nous permet également de nous retrouver entre nous ; le foot est comme une entreprise, si certains éléments ne sont pas motivés, n’adhèrent pas à son projet, ses résultats ne seront pas maximaux. Il faut donc créer une certaine homogénéité, que tout le monde soit dirigé vers le même objectif.

Aimez-vous ce genre de souffrances ?
J’adore mon métier mais c’est vraiment la période que je déteste le plus. On est tout le temps courbaturés, du matin au soir, et on souffre.

La saison qui commence revêt-elle une importance particulière à vos yeux, en raison de la coupe du monde qui la conclura, en Afrique du sud?
C’est une saison très importante. Tout d’abord parce que j’ai envie d’être bon avec l’OL. Mais j’ai aussi envie que la France se qualifie pour la Coupe du Monde et de la jouer. Elle se déroulera en Afrique du Sud, tout est donc réuni pour que je ne ménage pas mes efforts (Jean-Alain Bousmong est originaire du Cameroun). On va se qualifier, j’en suis certain. Ca va être difficile, c’est mal parti, mais on va se qualifier. Nous ne sommes actuellement pas en position favorable mais on va y arriver. Ca va se jouer contre les adversaires directs, notamment la Serbie à Belgrade. On devra aller gagner là-bas, c’est possible. On l’a déjà fait : en 2006, on devait l’emporter en Irlande et on y est parvenu (1 – 0).

[IMG50023#L]Il y a deux ans, vous étiez venu à Lyon pour vous relancer et retrouver les Bleus. Imaginiez-vous à l’époque que cela réussirait aussi bien ?
Oui, car je n’ai pas hésité une seconde, je savais qu’en venant à Lyon, j’allais être heureux. J’ai toujours eu envie de jouer à Lyon. J’étais motivé, j’avais envie de bien faire car j’aime ce club et sa ville. Pourvu que ça dure.

Quels sont les objectifs de l’OL cette saison ?
Il ne faut pas se leurrer, notre objectif premier sera de gagner le titre. Ensuite, de faire un très beau parcours en Ligue des Champions, c'est-à-dire de viser au moins les quarts de finale. Il faudra être heureux pour donner le meilleur de nous-mêmes, chercher à kiffer. Il faut être heureux dans ce que l’on fait, se nourrir de tout ce qui est positif autour de soi pour être encore plus performant. C’est ce que je ressens mais je pense que, plus généralement, c’est la nature qui fonctionne ainsi.

On sait que vous êtes un grand compétiteur. Pourriez-vous accepter de ne pas être champion de France pour la seconde année d’affilée ?
Je ne l’imagine pas. Car c’est trop beau ; on n’a pas été champion la saison dernière, tous les supporters ont compris qu’un titre n’était pas un acquis mais une chose exceptionnelle. On va y aller, on va aller chercher ce huitième titre. Je ne doute pas de nos chances d’être champion de France. Le fait de terminer avec l’une des meilleures défenses du championnat la saison dernière n’a pas atténué ma déception. Je ne rentre pas sur le terrain en me disant qu’il faut qu’on ait la meilleure défense. Il faut gagner.

[IMG50076#R]Par rapport à l’année dernière, où se situe, cette saison, la clé de la réussite ?
Il faut qu’il y ait plus d’unité, encore plus. On s’est rendus compte la saison dernière que le championnat c’était l’OL contre les autres. Maintenant, d’autres équipes comme Bordeaux, Marseille, Paris ou Rennes jouent le titre et ne peuvent plus se cacher. Toutes ces équipes, lorsqu’elles vont jouer contre nous auront à l’esprit le fait qu’elles peuvent gagner. On se heurtera donc à plus de motivation de leur part. On se devra donc nous aussi de mettre plus d’enthousiasme, et d’être plus unis car c’est ainsi que l’on sera plus forts. Il faut qu’on le comprenne car ce sera ça la clé de la réussite.

Vous arrive-t-il d’imaginer que l’OL puisse ne pas participer pas à la Ligue des Champions ?
Non, je ne l’imagine pas même si je suis conscient que tout est possible. Il faut y croire, bien travailler et être ensemble. On sait qu’au tour préliminaire, on peut tomber contre une équipe très relevée, il faut être confiant, être sûr et fier du travail que l’on a accompli. Il ne faudra ni sous-estimer, ni surestimer notre adversaire.

[IMG50077#R]Qu’avez-vous ressenti au moment où vous avez appris le départ de Karim Benzema ?
J’étais triste comme j’étais triste de ne pas voir Juni hier lors de la reprise. Je comprends bien entendu la position de Karim, le Real est l’un des plus grands clubs du monde. Mais le football est ainsi. Il faut être réaliste : il y a une différence de niveau entre l’OL et le Real Madrid. J’espère simplement qu’un jour l’OL sera capable d’attirer des joueurs du Real. Le Real est en train de se construire une belle équipe mais les sommes dépensées me paraissent trop élevées. Ils ne sont pas cons, ils savent qu’ils vont avoir un retour sur investissement rapidement ; c’est l’économie de marché qui veut ça. Mais aujourd’hui un joueur qui vaut 10 millions est acheté 15 ou 20, il y a un peu de spéculation dans tout ça.

A l’inverse du Real, l’OL n’a pas encore recruté. Cela vous inquiète-t-il ?
Je ne suis pas inquiet car je suis certain que nos dirigeants sont en train de travailler pour constituer une bonne équipe. L’OL veut rester compétitif et pour cela, il faut avoir une très bonne équipe, les dirigeants en sont conscients. J’ai confiance en leur stratégie.
Sur le même thème