masculins / OL - OM J-1

Jean Fernandez: "pas la pression du résultat"

Publié le 10 janvier 2006 à 09:41 par R.B

Le natif de Mostaganem aura 52 ans dans l’année ; il n’a rien perdu de sa passion pour la ballon rond, ni de sa gentillesse. Ce gars là, sans vous connaître, vous lui laissez un message sur son répondeur, il vous rappelle et discute avec vous comme si vous l’aviez déjà rencontré.

Jean Fernandez, il est nature et tout simplement adorable. Quand vous lui dites que vous voulez le déranger quelques minutes pour parler de l'OM, il vous répond: "ce n'est pas un problème, j'ai du temps..." Il vit depuis toujours quasi exclusivement pour ce sport qui l’a emmené à Béziers Marseille, Bordeaux, Cannes en tant que joueur ; à Cannes, Nice, en Arabie Saoudite (plusieurs fois), à Lille, en Tunisie, à Sochaux, à Metz et à Marseille actuellement, en tant qu’entraîneur. L’OM, un club où il avait déjà fréquenté ce banc si bouillant. Jean, partout où il passe, il fait l’unanimité y compris chez les supporters et avec les médias. «Effectivement, j’ai toujours la même passion, la même énergie, le même enthousiasme. Je profite au maximum de mon bonheur. Quand tu es entraîneur, tu apprends tous les jours des choses nouvelles. Et puis, c’est un milieu où je me sens bien. Alors oui, je prends aussi du plaisir avec les supporters, les médias ».

Et chose rare à l’OM, les dirigeants lui laisse le temps de peaufiner son groupe, ses résultats. Cela avait pourtant très mal commencé en championnat avec 2 points en cinq rencontres ! «Effectivement, nous avons eu un début de saison difficile à cause de la Coupe Intertoto et en raison du fait que nous avions une équipe en reconstruction ; il y a eu tout de même 18 départs. Il a fallu rebâtir une équipe. Depuis, nous nous sommes ressaisis après ce retard à l’allumage. Nous avons le potentiel pour terminer dans les 5 premiers. Nous avons progressé collectivement dans le domaine offensif et défensif ». Indéniablement ce groupe a encaissé moins de but après ces 5 premières journées catastrophiques (13 lors des 15 dernières rencontres au lieu de 9 dans les 5 précédentes).

Ce groupe ayant progressé, l’ancien coéquipier de Bernard Lacombe à Bordeaux regarde-t-il vers une qualification à la prochaine Ligue des Champions ? «Franchement, non. Mais nous pouvons toujours rêver. Je le répète si nous finissons dans les 5 premiers, nous aurons très bien travaillé. Nous connaissons nos qualités et nos défauts. Avec la base de cette saison plus des renforts, nous bossons qualitativement pour le futur ». Est-ce que cela explique la patience, nouvelle, des dirigeants marseillais ? « Bien sûr. Ils savent exactement ce qui se passe et où nous en sommes actuellement. Nous avons toujours des manques d’efficacité défensivement et offensivement. Le groupe est capable de faire de très bons matchs, mais de passer, encore aussi, à côté de son sujet ».

L’OM se déplace mercredi à Gerland ; c’était l’occasion de demander au coach phocéen ce qu’il pensait de l’OL. « Cette équipe est encore plus forte que ses devancières. Elle sera championne de France une nouvelle fois et je n’ai pas attendu que le championnat démarre pour l’annoncer. C’était prévisible en regardant son effectif. Il y a un énorme potentiel ; c’est en plus une des meilleures équipes européennes qui peut remporter cette saison la Ligue des Champions. La seule chose qu’il faut en plus du potentiel, c’est le paramètre réussite comme l’a eu Porto par le passé.»

Cela veut-il dire pour autant que les partenaires de Fabien Barthez viendront entre Rhône et Saône sans ambitions ? « Pour nous, le match le plus important se disputera en fin de semaine au Stade Vélodrome contre Rennes. Ce match contre Lyon va nous permettre de voir où nous en sommes en constatant je le souhaite nos progrès. En aucun cas, il y aura une pression du résultat. La seule pression réside dans le fait de faire un bon match. Nous allons essayer, à partir d’une bonne organisation défensive, de jouer. Avec le Mercato, nous avons enregistré les arrivées de Bonnissel, Maoulida et de Pagis. Ils seront du déplacement. Quant à la CAN, elle nous prive de Meité, Beye et de Niang. Nous aurons pour ce match Oruma ; et nous faisons tout pour récupérer Taiwo ». Après avoir mis au repos Lamouchi et Dehu en Coupe de France et en ayant fait les efforts de recruter rapidement 3 nouveaux joueurs, il n'est toutefois pas du tout évident que ces Marseillais viennent à Gerland sans la pensée de faire un résultat comme ils le firent à l'occasion de leurs deux dernières visites...
Sur le même thème