masculins / Champions League

Jean-Michel Aulas : "Chelsea ou la Juve"

Publié le 26 août 2009 à 19:05 par BV

Cet après-midi, en marge de la photo officielle, Jean-Michel Aulas est revenu sur la qualification de l’OL pour la phase de poules de la Ligue des Champions. « Jouer cette compétition pour la dixième saison consécutive est exceptionnel, s’est-il exclamé, c’est un bonheur immense. Quand on atteint les objectifs que l’on s’est fixés, il y a toujours un soulagement. Ce qui était important, c’était de ne pas tomber dans la peur du vide : on ne jouait pas notre peau, on visait seulement le fait d’évoluer plus haut. On a pris des risques importants, on a beaucoup investi (…) aujourd’hui, il y a une forme de sérénité ; le début de championnat ainsi que notre qualification en Ligue des Champions correspondent à nos aspirations : il y a beaucoup de buts et une manière qui rappelle ce que nous pouvions faire il y a deux ou trois ans. » Il y a un peu plus de trois ans, son club atteignait pour la dernière fois les quarts de finale de la Ligue des Champions, ne s’inclinant que d’extrême justesse contre le Milan AC (0 – 0, 1 -3).

Demain à 18h00, l’OL sera fixé sur les clubs qui animeront son automne européen. Le président lyonnais qui reconnait « aspirer à retrouver des équipes que l’on n’a jamais jouées » avoue avoir une préférence pour Chelsea ou la Juventus Turin et ne cache pas que Barcelone et Manchester United, les deux derniers tombeurs de l’OL en huitièmes de finale de l’épreuve, lui font « un peu peur ».

L’ancien Turinois Jean-Alain Boumsong aurait, lui aussi, bien aimé retrouver la Juventus. La probable présence de la Vieille Dame dans le même chapeau que l’OL (chapeau 2) devrait briser leur rêve : « Alors, Liverpool ou San Siro (le Milan AC), ce serait pas mal », dit Boum’. Et quelle destination souhaiterait-il éviter ? « La Russie, en novembre. » Traduisez : le Rubin Kazan ou son cousin ukrainien le Dynamo Kiev.

Tout en reconnaissant que le sujet n’est pas encore d’actualité dans le vestiaire lyonnais, Michel Bastos révèle n’avoir aucune préférence, assurant que l’OL a « suffisamment de qualité pour affronter n’importe quelle équipe ». « Moi, je voulais jouer au Maracana », rigole-t-il. Une raison supplémentaire d’être rapidement appelé en sélection brésilienne.