masculins / OL - OM J-1

Jean-Michel Aulas est "LE PATRON"

Publié le 10 janvier 2006 à 12:51 par SC

France Football consacre ce mardi, un long reportage sur le président de l’Olympique Lyonnais. Il est en photo et sous son portrait ce titre : « LE PATRON ». Première partie de ce dossier, l’éditorial du bi hebdomadaire qui est introduit par ce titre : ‘’JMA, la voie de la France.’’

France Football consacre ce mardi, un long reportage sur le président de l’Olympique Lyonnais. Il est en photo et sous son portrait ce titre : « LE PATRON »
Première partie de ce dossier, l’éditorial du bi hebdomadaire qui est introduit par ce titre : ‘’JMA, la voie de la France.’’
Denis Chomier écrit :« Rendons grâce à ses qualités d’entrepreneur et à son savant compromis business-sport. » Et puis le journaliste poursuit : « Lyon quadruple champion de France ne serait pas ce qu’il est devenu, sans un certain Jean-Michel Aulas. L’accession de Lyon dans le cercle des meilleurs équipes d’Europe est le contraire d’un miracle. C’est le dividende d’un long, d’un très long investissement ; la somme d’efforts multipliés et rationnels ; résultat d’une vigilance de tous les instants. »

Suit cette entrée en matière, une longue, très longue interview du président des Champions de France .
Il parle de ses relations avec le ministre des sports, avec Michel Platini.
Ensuite Jean-Michel Aulas est décliné en 9 thèmes marquants.
Son Influence : « Je préfère dire que j’ai acquis, au fil des années, une très bonne connaissan
ce de rouages du football. » Il précise que c’est Guy Roux qui lui appris beaucoup dans ce milieu. Sa contribution : A la question : Vous voyez vous comme super syndicaliste du foot français ? « Oui, ça me plaît bien cette idée. »
Ses ennemis : « Des opposants farouches, je n’en connais pas beaucoup. »
Ses ambitions : « Présider la ligue ou la Fédération ne m’intéresse pas comme un poste politique à Lyon ou dans une politique politicienne. »
Ses combats : avec la FIFA par exemple, il insiste en expliquant qu’il n’est pas contre mais souhaite une modernisation et dit-il : « On ne peut pas faire fonctionner le football international sans le faire évoluer sur le plan statutaire… »
Sa stratégie : « J’essaie de réfléchir à plus long terme et j’annonce la couleur. »
Ses sorties de route : « dans le passé, j’ai parfois dérapé en utilisant les mauvais mots par manque d’expérience. C’était le côté passion et humain, les tripes qui ressortaient. » Ses politiques : « J’essaie d’être le moins possible démago. »
Ses entraîneurs : Il en parle avec du respect : « Je n’ai jamais enquiquiné les entraîneurs. Je ne discute même pas avec eux avant les matches. Chacun à sa place. » Et il arrive à la conclusion suivante en parlant de la pression des résultats qui existe sur son club: « Il sera difficile de garder dans un club de la stature de l’OL un entraîneur au-delà des 3 ou 4 ans. »
Termine ce reportage de 8 pages, un graphique illustré de photos pour expliquer la galaxie Jean-Michel Aulas…
Sur le même thème