masculins / Interview

Jean-Michel Aulas : "Il n’y a pas de crise à l’OL !"

Publié le 07 décembre 2009 à 15:45

Jean-Michel Aulas avait réuni aujourd’hui au Champions club du stade de Gerland, l’assemblée ordinaire et extraordinaire statuant sur les comptes 2008/09 d’OL Groupe.

Devant ce parterre d’actionnaires, le président de l’Olympique Lyonnais a fait un point sur le Grand Stade et a rappelé les principales dates de ce dossier comme le dépôt du permis de construire lors du second semestre 2010. Il a précisé que l’objectif de livraison du Grand Stade était fixé au 2e semestre 2013.

Et puis il a répondu aux journalistes présents sur le match face à Lille. Une nouvelle fois il a expliqué qu’il ne fallait pas s’inquiéter que l’OL était dans une mauvaise passe, mais allait rebondir. « On a toujours su redresser la barre. Il n’y a pas de malaise à l’OL. »

Il a une nouvelle fois expliqué que le club était toujours en course pour le titre, qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions et présent dans toutes les coupes nationales : « pour le moment au jour J il y a une insatisfaction, mais on va s’organiser pour réfléchir et trouver la solution. »

Il a poursuivi dans son analyse : « si nous nous devions être inquiets à un point d’être malheureux et d’être cynique il faudrait que les 16 autres clubs qui sont derrière le soit aussi et même un peu ceux qui sont devant parce que vous savez un lion blessé c’est un lion qui griffe assez souvent et rapidement. »

Avant de quitter la salle, Jean-Michel Aulas a été questionné sur son entraîneur à savoir dans quel état moral il était : « Claude était très affecté après cette défaite. Il donne le meilleur de lui-même. Il travaille beaucoup. Il a, je crois, fait tout ce qu’il fallait pour préparer son équipe pour ce match. » Enfin le président de l’OL a réaffirmé sa confiance envers Claude Puel : « non il n’est pas menacé, je l’ai déjà dit qu’il allait aller au terme de son premier contrat de quatre ans avec l’OL. Il n’y a pas l’ombre d’une réflexion dans ce sens-là. »