masculins / OL - Bordeaux

Jean-Michel Aulas : « Il y a un temps pour tout »

Publié le 04 février 2016 à 11:51

Président, que s’est-il passé hier soir en zone mixte ?

« Je tiens tout d’abord à préciser que je me suis arrêté en zone mixte à la demande des journalistes et non de ma propre initiative ce qui peut être le cas quand les résultats ne sont pas au rendez-vous et que je m’efforce de protéger les joueurs et l’institution. Il y a eu une première question sur le match puis immédiatement derrière la référence à une banderole déployée par certains supporters. Je pense qu’il y a un temps pour tout et qu’après un match gagné 3 – 0 contre Bordeaux qui restait sur une très bonne performance contre Rennes, il y avait d’autres questions à poser sur l’aspect sportif du match et du résultat avant d’aborder un autre point de la soirée ».

Ce n’est donc pas la question elle-même sur la banderole qui vous a interpellé ?

« Je pensais que l’intérêt premier de la soirée pour les journalistes était le résultat, le comportement de l’équipe, l’efficacité d’Alexandre Lacazette, bref les enseignements sportifs d'un match. A fortiori quand je pense à toutes les analyses purement sportives de nos derniers résultats que j'ai pu lire ou entendre ces dernières semaines. Il y a eu un tel décalage que j'ai préféré stoppé cette interview. Mais il n'y avait aucun tabou à parler de cette banderole".

A savoir ?

"Nous avons à l'OL un dialogue permanent avec les supporters et nous respectons totalement leur volonté d'expression, sous la seule réserve évidemment d'une correction dans le fond et la forme. Nous avions donc connaissance de cette banderole dont nous avions accepté la présence même si le groupe de supporters qui l’a sortie ne correspond pas toujours à ce que nous attendons. Quant à la banderole elle-même, je respecte le point de vue de ceux qui estiment que l'équipe ne serait pas actuellement à la hauteur de ce projet mais je ne le partage évidemment pas. Je suis au contraire convaincu de la qualité de notre groupe, staff et joueurs, et tout aussi convaincu de nos performances à venir".

Aucun regret donc pour hier ?

"En fait un seul, pour les journalistes des radios qui n'étaient pas dans cet atelier de la zone mixte et qui du coup n'ont pas pu poser leurs questions sur les enseignements du match".