masculins / Metz - OL J-3

Jean-Michel Aulas: "L'aboutissement d'une politique"

Publié le 19 août 2004 à 10:31 par R.B.

[IMG2806L]Le <b>18 août 2004 </b>pourrait être une date très importante dans l'histoire du club lyonnais. Ce jour là, un peu après 19h Hatem Ben Arfa a signé en effet son premier contrat professionnel pour une durée de 3 saisons. Soit un peu plus de 2 ans, <b>3 avril 2002</b>, après son arrivée au club. Pour le président Jean-Michel Aulas, l'aboutissement des négociations montre clairement quelle est la politique du club lyonnais.

Le 18 août 2004 pourrait être une date très importante dans l'histoire du club lyonnais. Ce jour là, un peu après 19h Hatem Ben Arfa a signé en effet son premier contrat professionnel pour une durée de 3 saisons. Soit un peu plus de 2 ans, 3 avril 2002, après son arrivée au club. A cette époque là, le gamin au maillot 92 avait déclaré « je vois mon avenir à l'OL où j'espère devenir professionnel… ».

Le président Jean-Michel Aulas, ce même jour, affirmant : « en signant à l'OL, Hatem montre qu'il a un plan de carrière élevé. Cette signature est un point de départ important pour lui, mais le plus important sera le point d'arrivée… ».

Tout le monde l'attendait, c'est donc maintenant officiel, Hatem Ben Arfa, 2 matches en Ligue 1 (47 minutes), a rejoint le monde des pros. Et pourquoi le cacher, il était convoité par de grands clubs européens, Chelsea notamment... Le qualificatif de prodige est déjà souvent associé à son nom…



Pour le président Jean-Michel Aulas, l'aboutissement des négociations montre clairement quelle est la politique du club lyonnais.



Président, que signifie pour vous cette signature?



« C'est l'aboutissement d'une politique que tout le monde a remarquée depuis 2 ans : le rajeunissement des cadres. C'est aussi la concrétisation que l'OL est le lus grand club français du moment. Compte tenue du talent d'Hatem, il fallait être costaud pour qu'il reste chez nous. On peut dire que l'OL sait former des joueurs, mais qu'il attire aussi des jeunes après leur première période de formation. Il faut que demain les jeunes réussissent dans leur catégorie d'âge, mais aussi ensuite chez les professionnels.

Il fallait donc vraiment avoir envie de concrétiser ; il fallait aussi se donner les moyens de le faire face à des concurrents qui ont des avantages fiscaux, voire d'autres protections… Cette signature est tout à fait cohérente avec l'ambition et la politique du club ».



Avez-vous conscience de « posséder » un joyau avec Hatem ?



« On l'espère. Il a la possibilité de réussir. A lui de faire en sorte de prendre ce que l'on lui a offert ; de confirmer cet investissement ; de valoriser ses moyens. Aujourd'hui, c'est la meilleure machine de l'Usine OL. Il a le talent ; il sait où il va ; et il sait ce qu'il veut. Nous l'avons constaté lors des négociations. Incontestablement, il peut devenir à terme, un des meilleurs joueurs européens ».



Comment réagit le spectateur que vous êtes aussi?



« Je l'avais déjà vu jouer chez les jeunes ; dans un autre registre, bien sûr, puisqu'il maîtrisait totalement son football à ce niveau là. Il est évident que son jeu de gaucher est spectaculaire. Il y a chez lui de l'inspiration, de la vitesse, de la créativité. On dit que la jeunesse est insouciante. Cette insouciance liée à son invraisemblable créativité, à tout moment, me font dire que s'il y a des Brésiliens à l'OL, il y a maintenant un Hatem Ben Arfa, un peu prestidigitateur avec ce pied gauche fabuleux ».



Propos recueillis par A.T/:R.B.

Sur le même thème