masculins / Apr�OL - PSV Eindhoven

Jean-Michel Aulas : "Pas abattu... Bien au contraire"

Publié le 06 avril 2005 à 16:23

[IMG5202L]Le PSV s'est montré dur physiquement mais pas étincelant. Est-ce une bonne raison pour tirer la sonnette d'alarme ? Pas si vite. Il reste 90 minutes de jeu pour tout faire basculer d'un côté comme de l'autre. ‘Une chance sur deux' pour atteindre les 1/2 finales comme le précise le président <b>Jean-Michel Aulas</b>. Tout reste ouvert…

Le PSV ne s'est pas montré étincelant, mais dur physiquement. Est-ce une bonne raison pour tirer la sonnette d'alarme ? Pas si vite. Il reste 90 minutes de jeu pour tout faire basculer d'un côté comme de l'autre. ‘Une chance sur deux' pour atteindre les 1/2 finales comme le précise le président Jean-Michel Aulas. Tout reste ouvert…



«C'est un sentiment de frustration puisque l'on avait le match bien en main. Sur le plan de la qualité du jeu, on a vu que l'Olympique Lyonnais n'avait rien à envier au PSV Eindhoven; bien au contraire... c'était plutôt l'inverse. Les Bataves nous ont plus posé des problèmes sur la destruction du jeu, l'occupation tactique du terrain et sur la monopolisation du ballon à partir du moment où ils ont égalisé. Sur le plan des occasions, l'avantage est nettement en notre faveur; sur le plan football, individuellement, les joueurs de l'Olympique Lyonnais ont démontré leurs qualités.

Au delà de cette frustration, il faudra marquer à l'extérieur comme nous l'avons fait un peu partout depuis le début de la saison. En inscrivant un but là-bas, la qualification pourra s'ouvrir comme elle cela aurait été le cas si nous avions gagné 2-0, même 1-0, mardi soir à Gerland



Les Gones ne se poseront pas de questions au Philips Stadion, mercredi 13 avril prochain, ils savent ce qu'il leur reste à faire. Ce qui n'est peut-être pas le cas des Hollandais. Alors, attaquer ou préserver ? Il n'y a pas de choix sans tourment. Le président Olympien à confiance : « L'organisation du match retour, il faudra voir cela avec Paul, je lui fais totalement confiance là-dessus. J'ai vu que les joueurs lyonnais étaient assez confiant après le match aller car le PSV, qui possède de gros moyens physiques, n'avait pas les qualités de football que l'on avait imaginées jusque là. Tout reste ouvert. Il y avait une chance sur deux avant la rencontre, il reste toujours autant de chance aujourd'hui de remporter cette qualification».



Il poursuit dans la foulée. «Déçu, frustré peut-être… Mais pas abattu. Au contraire. Plutôt confiant en l'avenir du fait de la qualité individuelle des joueurs d'Eindhoven.

On aura également plus de 1400 supporters qui accompagneront les joueurs de l'OL. Tout le monde se rendra sur place pour la qualification et pour montrer que ce qui a été fait tout au long du match aller n'est pas simplement une démonstration de qualité de football mais aussi d'efficacité».



Le rendez-vous est pris, les 1400 supporters et non pas spectateurs sont mobilisés. Juni, Sid (Govou), Flo (Malouda), Antho (Réveillère), Captain' Claudio, Greg (Coupet) et les autres l'ont affirmé ces dernières heures, pas question de baisser la tête, le président confirme, persiste et signe : « Même si aujourd'hui la tendance est plutôt favorable à Eindhoven sur le résultat arithmétique... sur le plan de l'évaluation des forces en présence, je me demande si nous n'avons pas pris un bon ascendant psychologique. »





S.R
Sur le même thème