masculins

Jean-Michel AULAS : « Philippe MEUNIER mérite d’être écouté. »

Publié le 26 septembre 2008 à 16:45

Elu UMP lors des dernières élections dans une circonscription traditionnellement socialiste, Philippe MEUNIER est un leader d’opinion légitime que Jean-Michel AULAS a su écouter et lire, avant d’avoir ici le plaisir de lui répondre sur les différents points qu’il a évoqués lors d’une récente interview à Lyon Mag.

Pierre CREDOZ
« Je voudrais rappeler que le Maire de Décines, Monsieur Pierre CREDOZ, a toujours été aux côtés du Président du Grand Lyon, Monsieur Gérard COLLOMB, et de moi-même dans les différentes présentations de ce projet qu’il a toujours soutenu.

Taxe sur les spectacles
Contrairement à ce qui a pu être imaginé, il n’y a pas de lobbying, ni à Paris ou ailleurs, pour faire supprimer la taxe sur les spectacles.
Le sujet relève du Ministère des Finances. Monsieur Eric BESSON étudie la possibilité de remplacer la taxe sur les spectacles par une T.V.A qui concerne pour l’instant une partie seulement des recettes des clubs de football et qui pourrait être généralisée à l’ensemble des activités.

Un stade financé par le privé
Ce type de projet d’infrastructure dont l’agglomération lyonnaise, mais également la France, est cruellement dépourvue, était jusque-là traditionnellement à la charge des Collectivités Locales, voire de l’Etat, d’où le retard que nous connaissons aujourd’hui par rapport à l’ensemble des autres pays européens.
L’originalité du projet O.L. est qu’il est financé par le privé. Une grande partie des aménagements (routiers à la charge du Conseil Général et du Grand Lyon, échangeurs à la charge de l’Etat) était prévue de longue date dans le cadre du développement de cet endroit du Grand Lyon dont on dit qu’il a un besoin urgent de se désenclaver. Le projet de ce stade n’est donc pas seul à l’origine de ces infrastructures d’équipement. Il sera au contraire un accélérateur pour sa mise en œuvre au service de l’ensemble des habitants de l’est de l’agglomération.
Afin de ne pas saturer les zones proches du grand stade, des solutions originales testées dans d’autres pays ont été prévues : des navettes fonctionnant en site propre permettront de relayer au stade les différents parkings agrandis comme à Meyzieu ou optimisés comme à Eurexpo. L’accès pourra ainsi se faire aussi bien en véhicule jusqu’au stade ou aux parkings décentralisés, que grâce aux lignes du Sytral qui desservent la ville (via le carré de soie), les parkings et Saint Exupéry pour les spectateurs venant de l’est du Grand Lyon ou par avion.
La mise en œuvre de ce type de mode d’accès a déjà été testée au Mondial 2006 en Allemagne et à l’Euro 2008 en Autriche et en Suisse et a confirmé toute son efficacité.

L’argent public
Il apparaît que Philippe MEUNIER et moi-même avons le même souci d’économie d’argent public. En effet, si le stade devait être financé par les collectivités ou l’Etat, cet investissement de plusieurs centaines de millions d’euros reviendrait à la charge des contribuables (tout comme d’ailleurs les solutions en P.P.P. qui aboutissent in fine à la prise en charge des investissements par les collectivités).
Il faut rappeler qu’il y a actuellement très peu de projets de stades en France financés par le privé comme celui de Lyon. Pour mémoire celui de Lille, sous forme de P.P.P., représentera un coût global final à la charge des collectivités de près de 700 M€, Madame AUBRY ayant d’ailleurs demandé un complément de subvention à l’Etat de 45 M€.
Le projet privé de l’Olympique Lyonnais nous semble une opportunité fantastique pour Décines, les communes avoisinantes et le Grand Lyon. Il a en tout cas fait l’objet d’un rapport favorable de la part de la Commission Grand Stade en vue de la candidature de la France, donc de Lyon, à l’organisation de l’Euro 2016.

Nicolas SARKOZY
Concernant le Président de la République, contrairement à ce qui a été écrit, je ne me suis jamais vanté d’avoir son éventuel soutien. J’ai simplement précisé que, conformément aux orientations prises par les pays européens les plus modernes, il apparait que ce projet et son mode de financement peuvent intéresser les plus hauts dirigeants de la France.
Comme Philippe MEUNIER, je pense pouvoir disposer de l'écoute des nombreux responsables rencontrés tout au long de ma carrière d’entrepreneur qui a permis, outre le développement de l’Olympique Lyonnais, de créer plus de 2000 emplois depuis 25 ans, pour la plus grande majorité à Lyon.

Gerland
La perspective de réaménager le stade de Gerland a été envisagée bien avant que Philippe MEUNIER s’intéresse au sport professionnel et à ses infrastructures. Dès 2005, le cabinet CONSTANTIN a été interrogé par l’Olympique Lyonnais qui n’a pas donné suite pour 4 raisons :
1/ La zone est classée SEVEZO.
2/ Le stade est classé par les Bâtiments de France et les modifications possibles ne sont pas compatibles avec les exigences actuelles.
3/ La surface disponible est insuffisante au projet.
4/ Les accès sont d’ores et déjà sursaturés.

Toutes les études effectuées par des cabinets indépendants démontrent qu’il sera possible aux 60.000 personnes de quitter facilement le Grand Stade, à Décines, en un maximum d’1h00, alors qu’il faut actuellement plus d’1h30 à certains des 39.000 supporters de Gerland.
Malheureusement, le choix de Gerland n’a pas bénéficié visiblement d’études indépendantes préalables à ses réaménagements successifs puisque les accès aux infrastructures routières de proximité sont limtés, conférant au quartier une situation d’impasse rédhibitoire à un nouveau développement.

Enfin, je rappelle que le football est le sport le plus populaire en France, qu’il est un formidable vecteur de passion pour tous et d’ambition pour le Grand Lyon, la région Rhône Alpes et la France à travers la Coupe d’Europe.

Le football offre également une solution exceptionnelle en réponse aux problèmes sociaux, humanitaires ou d’intégrations.
La Fondation OL en est l’illustration en assistant un certain nombre d’associations, et en particulier Sport dans la Ville dont la réussite professionnelle est exemplaire.