masculins / Infos Club

Jean-Michel Aulas répond à l'UNAF

Publié le 10 mars 2005 à 19:19 par AT

En réponse au communiqué de l'UNAF paru en début de semaine, voici le courrier envoyé par Jean-Michel Aulas à M. Bernard Saules.





UNAF

Monsieur Bernard SAULES

60 bis avenue d'Iéna

75783 PARIS CEDEX 16



Lyon, le 10 mars 2005









Cher Président,





Je reviens sur le communiqué de l'UNAF adressé à la presse suite aux déclarations faites avant, pendant et après le match Caen / Lyon du 4 mars dernier.



J'aurais aimé être destinataire de ce communiqué dont je n'ai pris connaissance, bien entendu, que par presse interposée.



Concernant l'intervention de l'Olympique Lyonnais résumée dans la réclamation portée sur la feuillle de match, elle ne concernait en rien personnellement Monsieur Derrien lui-même, mais le principe du pouvoir "discrétionnaire" de l'arbitre pour juger ou non du report d'une rencontre.



Nous apprécions Monsieur Derrien en tant qu'arbitre, mais il ne me paraît pas équitable que dans certains cas, sans règle précise, l'arbitre puisse reporter certains matchs et dans d'autres cas, ne pas le faire (par exemple Strasbourg / Monaco – Caen / Lyon).



Ces décisions "discrétionnaires", sans un cahier des charges très précis que la Ligue ou la Fédération devraient établir, posent le problème de la régularité du championnat.



En outre, nous remarquons que les terrains les plus impraticables pour la pratique du football, et donc la valorisation du spectacle que nous développons, sont systématiquement les terrains des équipes les moins performantes sur le plan du classement du championnat de France.



Dans la mesure où l'équipe de Caen n'avait pas cru devoir respecter les consignes de la Ligue, à savoir recouvrir son stade d'une bâche le protégeant des nombreuses chutes de neige intervenues l'avant-veille, la veille et le jour même, il paraissait évident que le terrain serait dans une situation inadéquate pour la pratique du football et pénaliserait l'équipe la plus technique avec une sorte de "préméditation" de l'équipe organisatrice.



Dans les faits, les travaux de déblaiement de la neige n'ont commencé que quelques heures avant le match, alors qu'ils auraient dû être mis en œuvre la veille et la pelouse protégée.



Je sais que Monsieur Derrien a cru devoir faire jouer le match en son âme et conscience, mais l'épisode de Strasbourg 15 jours avant avait probablement laissé des traces …



Au demeurant, la pelouse était non seulement impraticable à la mise en œuvre d'un jeu de qualité, mais rendait aussi beaucoup plus prévisibles des accidents musculaires ou entorses qu'une pelouse en état normal.



En aucun cas, il n'a été fait référence au nombre de matchs joués antérieurement par telle ou telle équipe comme vous l'insinuez dans votre communiqué, et je crois qu'il aurait été préférable de prendre le problème par le bon bout, à savoir imposer un cahier des charges à la Ligue et à la Fédération, et imposer aux clubs recevant des obligations en matière de qualité de terrain.



Ma démarche n'est ni agressive, ni orientée vers le corps arbitral. Elle a simplement pour but de faire progresser le football professionnel pour éviter des injustices qui tendent systématiquement, par la qualité de l'accueil des clubs recevant (pression sur les arbitres et sur les dirigeants) ou la qualité des installations mises à disposition, à privilégier les soi-disant plus faibles pour rétablir l'équilibre sportif.



Il s'agit là aussi de valeurs morales qui sont à respecter, mais qui semblent relever de l'éthique et de l'intérêt des arbitres aussi.



Je reste à votre disposition pour en débattre.



Je vous prie de croire, cher Président, en l'expression de mes meilleures salutations.



Jean-Michel AULAS

Président