masculins / OL - FCL

Jérémie Aliadière : « On y croit »

Publié le 24 février 2013 à 09:57 par BV

Impliqué sur 18 des 41 buts du FC Lorient cette saison, Jérémie Aliadière constitue la principale arme offensive d’une équipe morbihannaise ambitieuse qui viendra dimanche à Gerland avec la volonté de confirmer ses bonnes aptitudes chez les équipes de tête de la Ligue 1.

Dans quel état d’esprit venez-vous à Gerland ?
On se sent plutôt bien. La victoire du week-end dernier face à Evian TG (2 – 1) y a contribué, cela faisait 3 matches que l’on jouait bien mais que l’on n’arrivait pas à gagner, que l’on encaissait des buts dans les dernières minutes. Prendre les trois points nous a donc soulagés, d’autant que l’on ne voulait pas perdre de terrain sur les équipes devant nous qui ont aussi gagné. Il était important pour nous de l’emporter car on aimerait rester dans le haut du classement le plus longtemps possible.

On a maintenant une bonne assise défensive, on est bien organisés en 4 – 4 – 2, autour d’une bonne organisation tactique.

Lorient est 7e du classement, à 3 points de la 4e place. Quel est votre objectif ?
On a bien commencé la saison, ce qui constitue toujours une bonne plate-forme. On a ensuite eu un petit coup de mou, une période durant laquelle on a été un peu moins bien et encaissé beaucoup de buts : contre Valenciennes (1 – 6), Ajaccio (4 – 4) ou Bordeaux (0 – 4). On pensait alors au maintien, mais on a réalisé ensuite deux superbes mois de novembre et décembre au cours desquels on a enchainé les victoires et pris conscience que l’on était capables, que l’on avait les qualités pour jouer dans la première partie du classement, pour faire un truc de spécial cette saison, pour viser haut. On est maintenant aux deux tiers de la saison, on y croit, on aimerait accrocher quelque chose, une place européenne, rester dans le haut du classement le plus longtemps possible et, pourquoi pas, jusqu’à la fin. On espère donc, tout en sachant que nos prochains matches vont être difficiles et vont nous permettre d’en savoir plus.

Selon vous, quelles sont les forces de votre équipe ?
On a maintenant une bonne assise défensive, on est bien organisés en 4 – 4 – 2, autour d’une bonne organisation tactique. C’est ce qui fait notre force. Quand tout le monde est à 100%, fait son job, on constitue une équipe très dure à bouger. On essaie d’être bien regroupés, bien organisés défensivement. On a ensuite des joueurs qui peuvent faire la différence en contre-attaque. On a beaucoup joué là-dessus cette saison, avec pas mal de réussite. Les saisons précédentes, on essayait de faire le jeu, d’avoir la possession du ballon, aujourd’hui on cherche plutôt à être organisés, à être durs à bouger et évoluer en contres. Malgré ça, on arrive parfois à bien gérer le match, à avoir davantage la possession du ballon, comme le week-end dernier contre Evian.

Contre ces grosses équipes, on n’est pas favori, on n’a pas à faire le jeu, on peut procéder en contres et cela nous réussit pas mal.

Vous avez obtenu le point du match nul à Paris (2 – 2) et à Nice (1 – 1), vous l’avez emporté à Marseille (0 – 3), à Saint-Etienne (0 – 2) et à Rennes (1 – 2). Vous êtes donc invaincu chez les équipes qui vous précèdent au classement. Comment expliquez-vous cette réussite chez les équipes de tête ?
C’est peut-être le fait de jouer chez des équipes d’un standing supérieur au nôtre, de plus gros clubs que nous, qui nous incite plus à défendre qu’à faire le jeu. Contre ces grosses équipes, on n’est pas favori, on n’a pas à faire le jeu, on peut procéder en contres et cela nous réussit pas mal. Cela nous laisse beaucoup d’espaces, que l’on exploite grâce à nos joueurs offensifs qui sont rapides dans ce type de situation.

De ce point de vue, le jeu de l’OL peut-il vous convenir ?
Depuis que je suis arrivé à Lorient, l’OL est une équipe qui nous réussit pas mal, que ce soit à l’extérieur ou à domicile. C’est une équipe qui ouvre le jeu, qui a la possession du ballon, qui aime aller de l’avant et créer du jeu. Or, on ne peut pas créer du jeu et défendre à 10 derrière, cela laisse forcément des espaces. Des espaces que l’on apprécie pour pouvoir procéder en contres. Ce sont des matches que l’on aime jouer parce que l’on sait que ce seront des vrais matches de football, des matches ouverts des deux côtés, des matches au cours desquels on a toutes nos chances.



  Depuis le début de la saison, vous avez inscrit 10 buts et donné 8 passes décisives. Est-ce la meilleure saison de votre carrière ?
Oui, sans aucun doute. Je n’avais jamais réussi à réaliser cela. C’est une satisfaction, mais la saison est longue, et loin d’être terminée. J’espère continuer sur ma lancée. Lorient n’est pas un club où la pression est forte. C’est un club familial, un club où l’on attend beaucoup de vous sur le terrain, mais où il n’y a pas de pression en dehors. C’est un club sain, avec un environnement et un encadrement qui me conviennent parfaitement. Je n’ai pas de pression, j’arrive à enchainer les matches, physiquement je me sens bien, les buts et les passes décisives suivent.

Vous définiriez-vous plus comme un buteur ou comme un passeur ?
Cette saison, j’ai changé d’état d’esprit. Les saisons dernières, j’étais plus un deuxième attaquant qu’un vrai numéro 9. Avec l’arrivée d’Alain Troaré et de Benjamin Corgnet, le coach m’a demandé de jouer plus en pointe. Je me suis donc focalisé un peu plus sur les buts que sur les passes, mais cela ne m’empêche pas de voir le jeu pour délivrer des passes décisives. C’est dû à mes dernières saisons au cours desquelles j’ai davantage joué milieu de terrain.


Source : La Tribune spéciale "OL - FC Lorient"

Sur le même thème