masculins / Le Mans - OL J-1

Jérémy Berthod: "Je n'abdique jamais"

Publié le 30 juillet 2005 à 10:45 par R.B

[IMG4968L]Tout va tellement vite dans le football d'aujourd'hui que l'on en arrive à oublier le facteur temps. On a par exemple l'impression que <b>Jérémy Berthod </b>est dans le groupe lyonnais depuis plusieurs saisons. En fait, il a débuté le 13 septembre 2003 contre Auxerre à Gerland… il n'a que 48 matchs de Ligue 1 à son actif… et seulement un peu plus de 21 ans! Jérémy nous parle de ce début de saison... avant d'être le <b> témoin</b> de la journée de championnat...

Tout va tellement vite dans le football d'aujourd'hui que l'on en arrive à oublier le facteur temps. On a par exemple l'impression que Jérémy Berthod est dans le groupe lyonnais depuis plusieurs saisons. En fait, il a débuté le 13 septembre 2003 contre Auxerre à Gerland… il n'a que 48 matchs de Ligue 1 à son actif… et seulement un peu plus de 21 ans ! En 2 exercices au plus haut niveau, le latéral gauche ont déjà connu beaucoup de choses, appris énormément. Titulaire, remplaçant, non retenu dans le groupe ; costaud, moins à l'aise. Il a compris très tôt qu'il fallait tout donner dans ce métier pour réussir et surtout durer. « Aujourd'hui, je vis à 100% pour le football. Je vis pour le football afin plus tard de pouvoir vivre du football ». Pas étonnant alors qu'il privilégie entraînements, soins récupération, qu'il se remette en cause en permanence en sachant aussi ce qu'il veut. «Il ne faut pas s'enflammer et toujours regarder devant. Ce métier est difficile. Il faut être là au bon moment ; prêt lorsque tu as l'opportunité de t'exprimer. Moi, j'ai saisi ma chance. Après, il ne faut pas lâcher… C'est une des force de mon caractère… je n'abdique jamais. Quand je regarde mes copains du même âge, je me dis que c'est dur pour certains. Mais c'est la loi du football. Je suis content d'être à l'OL. C'ets le meilleur club en France pour se faire un palmarès. J'ai remporté 2 championnats, 2 trophées des champions. J'espère que ce n'est que le début ».



Que pense l'international espoir du début de saison de l'équipe ? « Le succès à Auxerre s'est conclu sur un gros score. Nous avons marqué rapidement et mis les Auxerrois dans le doute. Nous avons montré nos qualités collectives et mentales. J'ai aimé. Les gens ont pu voir que l'OL, ce n'était pas 11 titulaires, mais bien un groupe de 22/23 joueurs ; un groupe complet. Le coach compte sur tout le monde B et le fait savoir ; c'est important pour les joueurs. On a déjà montré que nous étions ambitieux, même si la saison sera longue. On sait que nous allons être attendus. Nos succès doivent lasser et peuvent pousser les gens à souhaiter notre chute. La saison dernière, on a tué rapidement le suspense. Difficile de dire ce qui va se passer dans le championnat. Le plus important ? Etre en tête au soir de la 38ème journée ; peu importe que cela soit dur ou facile ; peu importe la manière ».



Le groupe 2004-2005 vivait super bien ensemble. Comment vit celui-ci après quelques semaines de partage ? « C'est toujours pareil. On est bien ensemble. Nous sommes des compétiteurs ; nous jouons chaque match pour le gagner. Les victoires te poussent, nous poussent vers d'autres succès. Je me sens bien physiquement et dans mon jeu. C'est la première fois que je peux faire une préparation complète. Je me suis donné du mal dans la préparation pour être prêt ».



Un second trophée des champions pour Jérémy avant de débuter son troisième championnat. Ce sera au Mans dimanche. « C'est un promu. Je me rappelle qu'il y a 2 ans nous avions gagné 2 à 0 en souffrant. C'était mon deuxième match chez les pros et mon premier à l'extérieur. Mon adversaire direct était Fanchone. Je me souviens que j'avais fini au mental. Les Manceaux vont vouloir faire de leur mieux, c'est évident… ». Et Jérémy risque fort, s'il joue, de retrouver ce diable de Fanchone, meilleur buteur (13 buts) de sa formation la saison dernière en L2. Ce jour là, son papa routier avait fait le déplacement pour embrasser très rapidement le fiston après la rencontre. « Il est toujours routier et maman continue de faire des navettes avec Tola Vologe. Elle le faisait pour moi les jours d'entraînement quand j'étais plus jeune; maintenant, c'est pour mon frère. Heureuseument, il va bientôt avoir 18 ans… Il est cette saison dans le groupe de la Gambardella».



Première journée du championnat et premier témoin. Jérémy aime ce jeu des pronostics. « J'ai fait mon loto. Choisir un match ? C'est une colle. Tiens, ASSE – Ajaccio. Je parie sur une victoire des Corses. Cela me plairait qu'ils gagnent… et en plus j'aime bien Courbis. Sinon, je vois Strasbourg, PSG, Marseille, Monaco, Lille, Nantes et Nice prendre les 3 points. Un nul entre Sochaux et Toulouse. Inutile de faire un pronostic pour le Mans – OL ! ». Et comme toujours, « Paolo » suivra avec attention ses copains. « Je regarde toujours ce qu'on fait mes potes de l'Equipe de France Espoirs. Il y a notamment Bryan Bergougnoux avec qui j'ai vécu plein de bons moments. Cela créé des liens ».



R.B