masculins / OL - Anderlecht : 5 - 1

Jérémy Toulalan : « Ca prend forme »

Publié le 20 août 2009 à 21:18 par BV

L’OL n’est pas encore en Ligue des Champions mais il s’en est notablement rapproché hier en s’imposant largement aux dépens d’Anderlecht (5 – 1) sur sa pelouse de Gerland. Forts d’une avance qui laisse peu de place au doute, et de la confiance en leur jeu suscitée par une telle démonstration offensive, les Lyonnais peuvent entrevoir avec sérénité le déplacement en Belgique, mardi prochain. Pourtant, malgré des statistiques qui leur attribuent 98% de chances de se qualifier, les Rhodaniens refusent de considérer comme validé leur billet pour la phase de poules de la plus prestigieuse des compétitions européennes. « En football, on ne sait jamais ce qui peut se passer, le danger serait de se dire que l’on est déjà qualifiés, analyse Jérémy Toulalan. Le coach nous l’a rappelé hier, après le match, et encore aujourd’hui. On a certes de grandes chances de passer mais ce n’est pas fait. » Irait-il jusqu’à assimiler une élimination dans cinq jours à une faute professionnelle ? « Oui ».

Si « la Toul » préfère demeurer méfiant sur l’issue d’un double affrontement que personne n’imagine tourner à la défaveur des Olympiens, il ne cache pas avoir pris du plaisir à martyriser l’arrière-garde anderlechtoise : « en première période, ce fut presque parfait. (…) Cela faisait un moment que l’on n’avait pas été aussi bons dans le jeu. La saison dernière, on a souvent été critiqués là-dessus. Le coach nous avait demandé de changer pas mal de choses. Petit à petit, ça prend forme. »

[IMG43577#R]Principal changement, qui, à vrai dire, n’en est pas vraiment un : le schéma tactique. Alors qu’il semblait avoir rangé au placard l’historique 4 – 3 – 3 « à la lyonnaise », Claude Puel a surpris tout le monde en ressortant un système qu’il avait utilisé prioritairement la saison dernière en Ligue des Champions. Même Toulalan avoue avoir été « un peu surpris » : « Lors des matches amicaux ou en début de championnat, on avait surtout joué en 4 - 4 - 2. Pourquoi a-t-il changé ? Je ne sais pas. Beaucoup des grands clubs européens jouent ainsi. C’est un système de jeu qui nous convient, qui nous permet être plus relâchés car on a davantage de repères. Les gros matches, on les a d’ailleurs souvent joués en 4 -3 – 3. Moi, ce système me plait, je m’y sens bien. Il faut maintenant arriver à convaincre le coach que face à Auxerre ce sera un gros match » Reproduire le week-end le même niveau de jeu qu’en milieu de semaine, ce fut justement, la saison passée, l’une des principales difficultés auxquelles se heurtèrent les ambitions lyonnaises.

« Comme nous l’a dit notre président, l’objectif numéro 1, c’est le championnat, déclare le milieu de terrain international. Or, c’est contre les équipes soi-disant un peu plus faibles que l’on doit gagner car c’est sur ce point que l’on avait perdu le championnat la saison dernière. Si on développe le même jeu qu’hier, il ne devrait pas y avoir de souci. Il ne faudra surtout pas trop penser au match retour face à Anderlecht. » Le résultat d’hier donne en tout cas à un mois d’août de tous les dangers une allure bien plus rassurante.
Sur le même thème