masculins / Tirage au sort 1/4 de finale

Jérémy Toulalan : « C’est du 50 – 50 »

Publié le 19 mars 2010 à 14:43 par BV

Jérémy Toulalan revient sur le tirage au sort des quarts de finale de la Champions League. « La gestion des groupes et les blessures pourraient faire la différence » confie le milieu de terrain lyonnais.

Ce sera donc Bordeaux…
Ca ne fait pas trop match de Champions League, c’est ce qui est un peu embêtant. Généralement, on dispute cette compétition pour affronter des grosses équipes venant d’un championnat différent. Bordeaux doit se dire la même chose. C’est du 50 – 50. La gestion des groupes et les blessures pourraient faire la différence. De plus, Alou (Diarra) sera suspendu lors du match aller. Pour nous, c’est une bonne chose. Ce qu’il y a de bien, c’est qu’il y aura un club français en demi-finales. En revanche, ce sera délicat à gérer pour l’équipe qui se fera éliminer.

La mauvaise nouvelle, c’est que le match aller aura lieu à Gerland.
Ca ne changera pas grand-chose. On a vu contre le Real Madrid que ce n’était pas forcément un inconvénient, que cela ne nous dérange pas de faire le jeu et de marquer des buts à l’extérieur. Ce qui est important, c’est d’être bon et de ne pas encaisser de but.

Le sentiment qui prédomine est-il la déception ?
Non. Nous comme Bordeaux, on se dit que l’on a peut-être plus de chances que si l’on avait tiré une équipe comme Barcelone ou Manchester United. Il y a en jeu une place en demi-finales. Si on n’est pas motivés, il vaut mieux s’arrêter.

Avant le match aller, vous allez jouer le vendredi alors que Bordeaux disputera la finale de la Coupe de la Ligue le samedi. Cela constitue-t-il un sérieux avantage ?
Non. On aura pas mal de matches également. Depuis le début de la saison, on joue tous les trois jours. Comme Bordeaux, Lille et Marseille, on est habitués à cette cadence. Une finale, cela pompe pas mal d’énergie, mais nous, de notre coté, on n’a que des gros matches à jouer, on ne va disputer que des matches de Champions League. C’est donc un faux argument.

Avez-vous jeté un œil sur le tirage au sort des demi-finales ?
Non, je sais seulement que l’on pourrait recevoir au retour.

Le Bayern ou Manchester United…
(Rires.) Moi, surtout ce que je voulais, c’était éviter Barcelone parce que j’ai joué deux fois contre eux et que cela avait été très dur là-bas. J’ai également rencontré l’Espagne il y a quelques jours : c’est vraiment une équipe peu évidente à jouer.

Sur le même thème